L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de ExtremeXOS

vulnérabilité CVE-2016-0702 CVE-2016-0705 CVE-2016-0797

OpenSSL : sept vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Prime Collaboration Manager, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco PRSM, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, XenServer, Debian, PowerPath, ExtremeXOS, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FreeBSD, HP Switch, AIX, Domino, Notes, IRAD, Rational ClearCase, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Copssh, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Juniper Network Connect, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Web Gateway, Meinberg NTP Server, Data ONTAP, Snap Creator Framework, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, ROX, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Grid Manager, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, Ubuntu, WindRiver Linux, VxWorks, X2GoClient.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 01/03/2016.
Date révision : 07/03/2016.
Références : 000008897, 046178, 046208, 1979498, 1979602, 1987779, 1993210, 2003480, 2003620, 2003673, 2012827, 2013020, 2014202, 2014651, 2014669, 2015080, 2016039, 7043086, 9010066, 9010067, 9010072, BSA-2016-004, bulletinapr2016, bulletinjan2016, CERTFR-2016-AVI-076, CERTFR-2016-AVI-080, cisco-sa-20160302-openssl, CTX208403, CVE-2016-0702, CVE-2016-0705, CVE-2016-0797, CVE-2016-0798, CVE-2016-0799, CVE-2016-0800, CVE-2016-2842, DSA-3500-1, ESA-2016-080, FEDORA-2016-2802690366, FEDORA-2016-e1234b65a2, FEDORA-2016-e6807b3394, FreeBSD-SA-16:12.openssl, HPESBHF03741, ibm10732391, ibm10733905, ibm10738249, ibm10738401, JSA10722, JSA10759, K22334603, K52349521, K93122894, MBGSA-1602, NTAP-20160301-0001, NTAP-20160303-0001, NTAP-20160321-0001, openSUSE-SU-2016:0627-1, openSUSE-SU-2016:0628-1, openSUSE-SU-2016:0637-1, openSUSE-SU-2016:0638-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, openSUSE-SU-2016:0720-1, openSUSE-SU-2016:1566-1, openSUSE-SU-2017:1211-1, openSUSE-SU-2017:1212-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, PAN-SA-2016-0030, RHSA-2016:0301-01, RHSA-2016:0302-01, RHSA-2016:0303-01, RHSA-2016:0304-01, RHSA-2016:0305-01, RHSA-2016:0306-01, RHSA-2016:0372-01, RHSA-2016:0445-01, RHSA-2016:0446-01, RHSA-2016:0490-01, RHSA-2016:1519-01, RHSA-2016:2073-01, RHSA-2018:2568-01, RHSA-2018:2575-01, SA117, SA40168, SB10156, SOL22334603, SOL40524634, SOL52349521, SOL79215841, SOL93122894, SSA:2016-062-02, SSA-623229, SUSE-SU-2016:0617-1, SUSE-SU-2016:0620-1, SUSE-SU-2016:0621-1, SUSE-SU-2016:0624-1, SUSE-SU-2016:0631-1, SUSE-SU-2016:0641-1, SUSE-SU-2016:0678-1, SUSE-SU-2018:2839-1, SUSE-SU-2018:3082-1, TNS-2016-03, USN-2914-1, VIGILANCE-VUL-19060, VN-2016-004, VU#583776.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut se positionner en Man-in-the-Middle sur un serveur utilisant SSLv2 les algorithmes EXPORT (cette configuration est considérée comme faible depuis des années), afin de lire ou modifier des données de la session. [grav:2/4; CVE-2016-0800, VU#583776]

Un attaquant peut provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée lorsque OpenSSL traite une clé privée DSA (cette situation est rare), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-0705]

Un attaquant peut lire un fragment de la mémoire via SRP_VBASE_get_by_user, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:1/4; CVE-2016-0798]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans BN_hex2bn(), afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2016-0797]

Un attaquant peut utiliser une chaîne très longue (taille INT_MAX), pour provoquer une corruption de mémoire dans les fonctions BIO_*printf(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-0799]

Un attaquant peut utiliser des conflits de cache sur Intel Sandy-Bridge, afin d'obtenir des clés RSA. [grav:1/4; CVE-2016-0702]

Un attaquant peut utiliser une chaîne très longue (taille INT_MAX), pour provoquer une corruption de mémoire dans la fonction interne doapr_outch(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-2842]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2015-7547

glibc : buffer overflow de getaddrinfo

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, disposant d'un serveur DNS malveillant, peut répondre avec des données trop longues à un client utilisant la fonction getaddrinfo() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code dans l'application cliente.
Produits concernés : ArubaOS, Blue Coat CAS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco Catalyst, IOS XE Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Cisco Prime DCNM, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco IP Phone, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Wireless Controller, XenDesktop, PowerPath, Unisphere EMC, VNX Operating Environment, VNX Series, ExtremeXOS, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, QRadar SIEM, Trinzic, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, McAfee MOVE AntiVirus, VirusScan, McAfee Web Gateway, openSUSE, openSUSE Leap, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, RealPresence Distributed Media Application, Polycom VBP, RHEL, ROX, RuggedSwitch, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, ESXi, VMware vSphere, VMware vSphere Hypervisor, WindRiver Linux.
Gravité : 4/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 16/02/2016.
Date révision : 17/02/2016.
Références : 046146, 046151, 046153, 046155, 046158, 1977665, 478832, 479427, 479906, 480572, 480707, 480708, ARUBA-PSA-2016-001, BSA-2016-003, BSA-2016-004, CERTFR-2016-AVI-066, CERTFR-2016-AVI-071, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, cisco-sa-20160218-glibc, CTX206991, CVE-2015-7547, ESA-2016-020, ESA-2016-027, ESA-2016-028, ESA-2016-029, ESA-2016-030, FEDORA-2016-0480defc94, FEDORA-2016-0f9e9a34ce, JSA10774, KB #4858, openSUSE-SU-2016:0490-1, openSUSE-SU-2016:0510-1, openSUSE-SU-2016:0511-1, openSUSE-SU-2016:0512-1, PAN-SA-2016-0021, RHSA-2016:0175-01, RHSA-2016:0176-01, RHSA-2016:0225-01, SA114, SB10150, SOL47098834, SSA:2016-054-02, SSA-301706, SUSE-SU-2016:0470-1, SUSE-SU-2016:0471-1, SUSE-SU-2016:0472-1, SUSE-SU-2016:0473-1, USN-2900-1, VIGILANCE-VUL-18956, VMSA-2016-0002, VMSA-2016-0002.1, VN-2016-003.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque glibc implémente un résolveur DNS (libresolv).

Une application peut alors appeler la fonction getaddrinfo(), qui interroge les serveurs DNS. Lorsque le type AF_UNSPEC est utilisé dans l'appel à getaddrinfo(), deux requêtes DNS A et AAAA sont envoyées simultanément. Cependant, ce cas particulier et un cas avec AF_INET6 ne sont pas correctement gérés, et conduisent à un débordement si la réponse provenant du serveur DNS dépasse 2048 octets.

Un attaquant, disposant d'un serveur DNS malveillant, peut donc répondre avec des données trop longues à un client utilisant la fonction getaddrinfo() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code dans l'application cliente.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2014-9293 CVE-2014-9294 CVE-2014-9295

NTP.org : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de NTP.org.
Produits concernés : GAiA, CheckPoint IP Appliance, IPSO, CheckPoint Power-1 Appliance, CheckPoint Security Appliance, CheckPoint Smart-1, CheckPoint VSX-1, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Clearswift Email Gateway, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Ridgeline, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, HP-UX, AIX, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSMXpress, MBS, Meinberg NTP Server, NetBSD, NTP.org, openSUSE, Oracle Communications, Solaris, RHEL, ROX, RuggedSwitch, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, lecture de données, déni de service du service.
Provenance : client intranet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 19/12/2014.
Date révision : 17/02/2016.
Références : c04554677, c04574882, c04916783, CERTFR-2014-AVI-537, CERTFR-2014-AVI-538, CERTFR-2016-AVI-148, cisco-sa-20141222-ntpd, cpuoct2016, CVE-2014-9293, CVE-2014-9294, CVE-2014-9295, CVE-2014-9296, DSA-3108-1, FEDORA-2014-17361, FEDORA-2014-17367, FEDORA-2014-17395, FreeBSD-SA-14:31.ntp, HPSBHF03432, HPSBPV03266, HPSBUX03240, JSA10663, MBGSA-1405, MDVSA-2015:003, MDVSA-2015:140, NetBSD-SA2015-003, openSUSE-SU-2014:1670-1, openSUSE-SU-2014:1680-1, RHSA-2014:2024-01, RHSA-2014:2025-01, RHSA-2015:0104-01, sk103825, SOL15933, SOL15934, SOL15935, SOL15936, SSA:2014-356-01, SSA-671683, SSRT101872, SUSE-SU-2014:1686-1, SUSE-SU-2014:1686-2, SUSE-SU-2014:1686-3, SUSE-SU-2014:1690-1, SUSE-SU-2015:0259-1, SUSE-SU-2015:0259-2, SUSE-SU-2015:0259-3, SUSE-SU-2015:0274-1, SUSE-SU-2015:0322-1, USN-2449-1, VIGILANCE-VUL-15867, VN-2014-005, VU#852879.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans NTP.org.

Un attaquant peut prédire la clé par défaut générée par config_auth(), afin de contourner l'authentification. [grav:2/4; CVE-2014-9293]

Un attaquant peut prédire la clé générée par ntp-keygen, afin de déchiffrer les sessions. [grav:2/4; CVE-2014-9294]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans crypto_recv(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2014-9295]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans ctl_putdata(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2014-9295]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans configure(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2014-9295]

Un attaquant peut provoquer une erreur dans receive(), qui n'est pas détectée. [grav:1/4; CVE-2014-9296]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-3197

OpenSSL : utilisation d'algorithmes SSLv2 désactivés

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut se connecter sur un serveur SSLv2 avec des algorithmes de chiffrement désactivés dans OpenSSL, afin de créer une session TLS peu sécurisée avec le serveur.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco IP Phone, Black Diamond, ExtremeXOS, Ridgeline, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, AIX, Tivoli Storage Manager, Copssh, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, Data ONTAP, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, Slackware, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, VxWorks, X2GoClient.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 28/01/2016.
Références : 2003480, 2003620, 2003673, 9010060, BSA-2016-004, bulletinjan2016, c05390893, CERTFR-2016-AVI-041, cisco-sa-20160129-openssl, cpuoct2016, cpuoct2017, CVE-2015-3197, FEDORA-2016-527018d2ff, FEDORA-2016-e1234b65a2, FreeBSD-SA-16:11.openssl, HPESBHF03703, JSA10759, NTAP-20160201-0001, openSUSE-SU-2016:0362-1, openSUSE-SU-2016:0442-1, openSUSE-SU-2016:0627-1, openSUSE-SU-2016:0628-1, openSUSE-SU-2016:0637-1, openSUSE-SU-2016:0638-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, openSUSE-SU-2016:0720-1, RHSA-2016:0372-01, RHSA-2016:0445-01, RHSA-2016:0446-01, RHSA-2016:0490-01, SA111, SB10203, SOL33209124, SOL64009378, SSA:2016-034-03, SUSE-SU-2016:0617-1, SUSE-SU-2016:0620-1, SUSE-SU-2016:0621-1, SUSE-SU-2016:0624-1, SUSE-SU-2016:0631-1, SUSE-SU-2016:0641-1, SUSE-SU-2016:0678-1, VIGILANCE-VUL-18837, VN-2016-002.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque OpenSSL désactive par défaut SSLv2, sauf si l'option SSL_OP_NO_SSLv2 est utilisée.

Des algorithmes ciphers SSLv2 peuvent être désactivés dans un serveur. Cependant, un client malveillant peut tout de même utiliser ces algorithmes.

Un attaquant peut donc se connecter sur un serveur SSLv2 avec des algorithmes de chiffrement désactivés dans OpenSSL, afin de créer une session TLS peu sécurisée avec le serveur.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2016-0701

OpenSSL : obtention de l'exposant privé via DH Small Subgroups

Synthèse de la vulnérabilité

Dans certaines configurations particulières, un attaquant peut trouver l'exposant DH privé du partenaire OpenSSL, afin de déchiffrer d'autres sessions.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco IP Phone, Black Diamond, ExtremeXOS, Ridgeline, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, HP Switch, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, Copssh, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, Data ONTAP, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, Oracle Communications, Solaris, Puppet, stunnel, Ubuntu, VxWorks.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 28/01/2016.
Références : 1979602, 2003480, 2003620, 2003673, 9010060, BSA-2016-005, bulletinjan2018, c05390893, CERTFR-2016-AVI-041, cisco-sa-20160129-openssl, cpuoct2017, CVE-2016-0701, FEDORA-2016-527018d2ff, HPESBHF03703, JSA10759, NTAP-20160201-0001, openSUSE-SU-2016:0637-1, SA111, SOL33209124, SOL64009378, USN-2883-1, VIGILANCE-VUL-18836, VN-2016-002, VU#257823.

Description de la vulnérabilité

Depuis la version 1.0.2, la bibliothèque OpenSSL peut générer des paramètres DH non sûrs de style X9.42 (subgroup size "q"), pour supporter la RFC 5114.

Dans ce cas, un attaquant peut trouver l'exposant DH privé du partenaire, si la clé DH est réutilisée. La clé DH est réutilisée dans les cas suivants :
 - SSL_CTX_set_tmp_dh() ou SSL_set_tmp_dh() est utilisé sans l'option SSL_OP_SINGLE_DH_USE affectée, ce qui est rare.
 - SSL_CTX_set_tmp_dh_callback() ou SSL_set_tmp_dh_callback() est utilisé dans un mode non documenté.
 - Des ciphersuites DH statiques sont utilisées.

Dans certaines configurations particulières, un attaquant peut donc trouver l'exposant DH privé du partenaire OpenSSL, afin de déchiffrer d'autres sessions.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-0777 CVE-2016-0778

OpenSSH : obtention de clé via Roaming

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant disposant d'un serveur SSH malveillant peut inviter un client à s'y connecter avec OpenSSH, puis appeler la fonctionnalité Roaming, afin d'obtenir des informations sensibles sur les clés utilisées par le client SSH.
Produits concernés : DCFM Enterprise, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, Fedora, FreeBSD, AIX, WebSphere MQ, Copssh, Juniper J-Series, Junos OS, NSM Central Manager, NSMXpress, Meinberg NTP Server, Data ONTAP, OpenBSD, OpenSSH, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Symfony, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, WindRiver Linux.
Gravité : 3/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du client.
Provenance : serveur internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 14/01/2016.
Date révision : 14/01/2016.
Références : 046062, 7043086, 9010059, BSA-2016-002, bulletinoct2015, CERTFR-2016-AVI-022, CERTFR-2016-AVI-128, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, CVE-2016-0777, CVE-2016-0778, DSA-3446-1, FEDORA-2016-2e89eba0c1, FEDORA-2016-4556904561, FEDORA-2016-67c6ef0d4f, FEDORA-2016-c330264861, FreeBSD-SA-16:07.openssh, JSA10734, JSA10774, NTAP-20160126-0001, openSUSE-SU-2016:0127-1, openSUSE-SU-2016:0128-1, openSUSE-SU-2016:0144-1, openSUSE-SU-2016:0145-1, PAN-SA-2016-0011, RHSA-2016:0043-01, SSA:2016-014-01, SUSE-SU-2016:0117-1, SUSE-SU-2016:0118-1, SUSE-SU-2016:0119-1, SUSE-SU-2016:0120-1, USN-2869-1, VIGILANCE-VUL-18729, VN-2016-001, VU#456088.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSH implémente un client et un serveur SSH.

Le client SSH contient une fonctionnalité expérimentale (non documentée) nommée Roaming, qui est implémentée dans le fichier roaming_client.c. Cette fonctionnalité est activée par défaut, et permet de redémarrer une ancienne session. Elle est impactée par deux vulnérabilités.

La fonctionnalité de Roaming permet à un serveur SSH de lire le contenu de la mémoire du client SSH, pour obtenir ses clés. [grav:3/4; CVE-2016-0777]

La fonctionnalité de Roaming permet à un serveur SSH de provoquer un débordement et une fuite de descripteur dans le client SSH, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-0778]

Un attaquant disposant d'un serveur SSH malveillant peut donc inviter un client à s'y connecter avec OpenSSH, puis appeler la fonctionnalité Roaming, afin d'obtenir des informations sensibles sur les clés utilisées par le client SSH.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2015-7691 CVE-2015-7692 CVE-2015-7701

NTP.org : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de NTP.org.
Produits concernés : ArubaOS, Blue Coat CAS, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ACE, ASA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Unity ~ précis, Debian, ExtremeXOS, Ridgeline, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, AIX, Juniper EX-Series, Juniper J-Series, Junos OS, SRX-Series, McAfee Web Gateway, Meinberg NTP Server, NetBSD, NTP.org, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, pfSense, RHEL, ROX, RuggedSwitch, Slackware, Spectracom SecureSync, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, VxWorks.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, lecture de données, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 22/10/2015.
Références : 045915, ARUBA-PSA-2015-010, BSA-2016-004, BSA-2016-005, bulletinjan2016, c05270839, CERTFR-2015-AVI-449, CERTFR-2018-AVI-545, cisco-sa-20151021-ntp, CVE-2015-5196-REJECT, CVE-2015-7691, CVE-2015-7692, CVE-2015-7701, CVE-2015-7702, CVE-2015-7703, CVE-2015-7704, CVE-2015-7705, CVE-2015-7848, CVE-2015-7849, CVE-2015-7850, CVE-2015-7851, CVE-2015-7852, CVE-2015-7853, CVE-2015-7854, CVE-2015-7855, CVE-2015-7871, DSA-3388-1, FEDORA-2015-77bfbc1bcd, FEDORA-2016-34bc10a2c8, FreeBSD-SA-15:25.ntp, HPSBHF03646, JSA10711, JSA10898, NetBSD-SA2016-001, ntp_advisory4, openSUSE-SU-2015:2016-1, openSUSE-SU-2016:1423-1, RHSA-2015:1930-01, RHSA-2015:2520-01, RHSA-2016:0780-01, RHSA-2016:2583-02, SA103, SB10164, SOL10600056, SOL17515, SOL17516, SOL17517, SOL17518, SOL17521, SOL17522, SOL17524, SOL17525, SOL17526, SOL17527, SOL17528, SOL17529, SOL17530, SOL17566, SSA:2015-302-03, SSA-396873, SSA-472334, SUSE-SU-2016:1311-1, SUSE-SU-2016:1471-1, SUSE-SU-2016:1912-1, SUSE-SU-2016:2094-1, Synology-SA-18:13, Synology-SA-18:14, TALOS-2015-0052, TALOS-2015-0054, TALOS-2015-0055, TALOS-2015-0062, TALOS-2015-0063, TALOS-2015-0064, TALOS-2015-0065, TALOS-2015-0069, USN-2783-1, VIGILANCE-VUL-18162, VN-2015-009.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans NTP.org.

Un attaquant peut contourner l'authentification dans crypto-NAK, afin d'élever ses privilèges. [grav:3/4; CVE-2015-7871, TALOS-2015-0069]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans decodenetnum, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7855]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans Password, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2015-7854, TALOS-2015-0065]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans refclock, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2015-7853, TALOS-2015-0064]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire dans atoascii, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2015-7852, TALOS-2015-0063]

Un attaquant peut traverser les répertoires dans saveconfig, afin de lire un fichier situé hors de la racine. [grav:2/4; CVE-2015-7851, TALOS-2015-0062]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans logfile-keyfile, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7850, TALOS-2015-0055]

Un attaquant peut provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée dans Trusted Key, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2015-7849, TALOS-2015-0054]

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide avec un paquet Mode, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7848, TALOS-2015-0052]

Un attaquant peut provoquer une fuite mémoire dans CRYPTO_ASSOC, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7701]

Un attaquant authentifié peut utiliser pidfile/driftfile pour corrompre un fichier avec ses privilèges (VIGILANCE-VUL-17747). [grav:2/4; CVE-2015-5196-REJECT, CVE-2015-7703]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans le client ntp, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7704]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7705]

Une vulnérabilité inconnue a été annoncée dans Autokey. [grav:2/4; CVE-2015-7691]

Une vulnérabilité inconnue a été annoncée dans Autokey. [grav:2/4; CVE-2015-7692]

Une vulnérabilité inconnue a été annoncée dans Autokey. [grav:2/4; CVE-2015-7702]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2015-1798 CVE-2015-1799

NTP.org : deux vulnérabilités de Crypto

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer deux vulnérabilités relatives aux fonctionnalités cryptographiques de NTP.org.
Produits concernés : Cisco ASR, Cisco ACE, ASA, Cisco Catalyst, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Ridgeline, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, HP-UX, AIX, MBS, Meinberg NTP Server, NTP.org, openSUSE, Solaris, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 07/04/2015.
Références : 2779, 2781, bulletinapr2015, c04679309, c05033748, cisco-sa-20150408-ntpd, CVE-2015-1798, CVE-2015-1799, DSA-3223-1, FEDORA-2015-5830, FEDORA-2015-5874, FreeBSD-SA-15:07.ntp, HPSBHF03557, HPSBUX03333, MDVSA-2015:202, ntp4_advisory, ntp_advisory3, openSUSE-SU-2015:0775-1, RHSA-2015:1459-01, RHSA-2015:2231-04, SOL16505, SOL16506, SSA:2015-111-08, SSRT102029, SUSE-SU-2015:1173-1, SUSE-SU-2016:1912-1, SUSE-SU-2016:2094-1, USN-2567-1, VIGILANCE-VUL-16548, VN-2015-006-NTP, VU#374268.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans NTP.org.

Un attaquant peut utiliser un message sans MAC (Message Authentication Code), afin de contourner l'authentification utilisant une clé symétrique. [grav:2/4; 2779, CVE-2015-1798]

Un attaquant peut usurper un paquet entre deux serveurs appairés avec une association symétrique, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; 2781, CVE-2015-1799]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2015-2808

TLS : déchiffrement de RC4 via Bar Mitzvah

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser l'attaque Bar Mitzvah sur TLS, afin d'obtenir des informations sensibles chiffrées par RC4.
Produits concernés : DCFM Enterprise, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Avamar, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, HPE BSM, HP Data Protector, HPE NNMi, HP Operations, SiteScope, HP Switch, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, SnapManager, NetIQ Sentinel, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, SSL (protocole), RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 27/03/2015.
Références : 1450666, 1610582, 1647054, 1882708, 1883551, 1883553, 1902260, 1903541, 1960659, 1963275, 1967498, 523628, 7014463, 7022958, 7045736, 9010041, 9010044, Bar Mitzvah, BSA-2015-007, c04708650, c04767175, c04770140, c04772305, c04773119, c04773241, c04777195, c04777255, c04832246, c04926789, c05085988, c05336888, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2015-2808, DSA-2018-124, HPSBGN03350, HPSBGN03393, HPSBGN03399, HPSBGN03407, HPSBGN03414, HPSBGN03415, HPSBGN03580, HPSBHF03673, HPSBMU03345, HPSBMU03401, HPSBUX03435, HPSBUX03512, NTAP-20150715-0001, NTAP-20151028-0001, RHSA-2015:1020-01, RHSA-2015:1021-01, RHSA-2015:1091-01, SOL16864, SSRT102254, SSRT102977, SUSE-SU-2015:1073-1, SUSE-SU-2015:1085-1, SUSE-SU-2015:1086-1, SUSE-SU-2015:1086-2, SUSE-SU-2015:1086-3, SUSE-SU-2015:1086-4, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, VIGILANCE-VUL-16486, VN-2015-004.

Description de la vulnérabilité

Lors de l'initialisation d'une session TLS, le client et le serveur négocient des algorithmes cryptographiques. L'algorithme RC4 peut être choisi pour chiffrer.

Pour certaines clés faibles (une sur 2^24), la faiblesse "Invariance Weakness" permet de prédire les deux bits les plus faibles (LSB - Least Significant Bit) des 100 premiers octets chiffrés avec RC4. Le premier message TLS chiffré étant "Finished" (36 octets), un attaquant peut alors prédire les LSB de 64 octets.

Un attaquant peut donc utiliser l'attaque Bar Mitzvah sur TLS, afin d'obtenir des informations sensibles chiffrées par RC4.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2015-0138 CVE-2015-0204

OpenSSL, LibReSSL, Mono, JSSE : affaiblissement du chiffrement TLS via FREAK

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Produits concernés : Arkoon FAST360, ArubaOS, Avaya Ethernet Routing Switch, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiClient, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, Chrome, HPE NNMi, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, MBS, McAfee Email Gateway, ePO, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, Windows (plateforme) ~ non exhaustif, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenBSD, Java OpenJDK, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Java Oracle, Solaris, Tuxedo, WebLogic, pfSense, Puppet, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Sophos AV, Splunk Enterprise, Stonesoft NGFW/VPN, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : serveur internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 04/03/2015.
Date révision : 09/03/2015.
Références : 122007, 1450666, 1610582, 1647054, 1698613, 1699051, 1699810, 1700225, 1700997, 1701485, 1902260, 1903541, 1963275, 1968485, 1973383, 55767, 7014463, 7022958, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04556853, c04679334, c04773241, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-117, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-0138, CVE-2015-0204, DSA-3125-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FG-IR-15-007, FREAK, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBMU03345, HPSBUX03244, HPSBUX03334, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-006, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0800-01, RHSA-2015:1020-01, RHSA-2015:1021-01, RHSA-2015:1091-01, SA40015, SA88, SA91, SB10108, SB10110, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SP-CAAANXD, SPL-95203, SPL-95206, SSA:2015-009-01, SSRT101885, SSRT102000, SUSE-SU-2015:1073-1, SUSE-SU-2015:1085-1, SUSE-SU-2015:1086-1, SUSE-SU-2015:1086-2, SUSE-SU-2015:1086-3, SUSE-SU-2015:1086-4, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, T1022075, USN-2459-1, VIGILANCE-VUL-16301, VN-2015-003_FREAK, VU#243585.

Description de la vulnérabilité

Le protocole TLS utilise une succession de messages, que le client et le serveur doivent échanger, avant d'établir une session sécurisée.

Plusieurs algorithmes cryptographiques sont négociables, dont les algorithmes compatibles avec l'export USA (moins de 512 bits).

Un attaquant placé en Man-in-the-middle peut injecter en début de session TLS un message choisissant un algorithme d'export. Ce message devrait générer une erreur, cependant certains clients TLS l'acceptent.

Note : la variante concernant Windows est décrite dans VIGILANCE-VUL-16332.

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut donc forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur ExtremeXOS :