L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de FabricOS

avis de vulnérabilité CVE-2014-3570 CVE-2014-3571 CVE-2014-3572

OpenSSL : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, MBS, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Solaris, Tuxedo, WebLogic, pfSense, Puppet, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 7.
Date création : 08/01/2015.
Références : 1610582, 1699810, 1700997, 1902260, 1903541, 1973383, 55767, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04556853, c04679334, CERTFR-2015-AVI-008, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2016, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2014-3570, CVE-2014-3571, CVE-2014-3572, CVE-2014-8275, CVE-2015-0204, CVE-2015-0205, CVE-2015-0206, DSA-3125-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBUX03244, HPSBUX03334, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-006, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0800-01, SA40015, SA88, SB10108, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SP-CAAANXD, SPL-95203, SPL-95206, SSA:2015-009-01, SSRT101885, SSRT102000, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, USN-2459-1, VIGILANCE-VUL-15934, VU#243585.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut envoyer un message DTLS, pour forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans dtls1_get_record(), afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2014-3571]

Un attaquant peut envoyer un message DTLS, pour provoquer une fuite mémoire dans dtls1_buffer_record(), afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2015-0206]

Un attaquant peut forcer un client TLS à utiliser ECDH au lieu de ECDHE (ephemeral). [grav:2/4; CVE-2014-3572]

Un attaquant peut forcer un client TLS à utiliser EXPORT_RSA au lieu de RSA (VIGILANCE-VUL-16301). [grav:2/4; CVE-2015-0204, VU#243585]

Un attaquant peut s'authentifier sans utiliser de clé privé, dans le cas où le serveur fait confiance à une autorité de certification qui publie des certificats avec des clés DH (cas rare) (VIGILANCE-VUL-16300). [grav:2/4; CVE-2015-0205]

Un attaquant peut changer l'empreinte d'un certificat, sans conséquence connue sur la sécurité. [grav:1/4; CVE-2014-8275]

Dans certains cas peu probables, la fonction BN_sqr() fournit un résultat incorrect, sans conséquence connue sur la sécurité. [grav:1/4; CVE-2014-3570]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2014-3569

OpenSSL : déréférencement de pointeur NULL via ssl23_get_client_hello

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans ssl23_get_client_hello() de OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, FreeBSD, HP-UX, Tivoli Storage Manager, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, MBS, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, pfSense, Slackware.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service.
Provenance : client internet.
Date création : 29/12/2014.
Références : 1973383, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinapr2017, bulletinjan2015, c04556853, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2014-3569, DSA-3125-1, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBUX03244, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, NetBSD-SA2015-006, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, SA40015, SA88, SB10108, SSA:2015-009-01, SSRT101885, VIGILANCE-VUL-15882.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque OpenSSL peut être compilée avec l'option no-ssl3, afin de désactiver SSLv3.

Cependant, depuis le patch pour la vulnérabilité VIGILANCE-VUL-15491, si OpenSSL est compilé avec no-ssl3 et reçoit un message SSL v3 Client Hello, la fonction ssl23_get_client_hello() du fichier ssl/s23_srvr.c utilise un pointeur NULL.

Un attaquant peut donc forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans ssl23_get_client_hello() de OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2014-8964

PCRE : buffer overflow de Zero Minimum Repeat

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow via un Zero Minimum Repeat dans PCRE, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Produits concernés : FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Fedora, MBS, MongoDB, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, déni de service du serveur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Date création : 20/11/2014.
Références : BSA-2016-006, bulletinjul2015, CERTFR-2018-AVI-288, CVE-2014-8964, FEDORA-2014-15573, FEDORA-2014-16215, FEDORA-2014-16224, FEDORA-2014-17624, FEDORA-2014-17626, FEDORA-2014-17642, MDVSA-2015:002, MDVSA-2015:137, openSUSE-SU-2015:0858-1, openSUSE-SU-2015:1216-1, openSUSE-SU-2016:3099-1, RHSA-2015:0330-02, SUSE-SU-2015:1273-1, TNS-2018-08, USN-2694-1, VIGILANCE-VUL-15679.

Description de la vulnérabilité

La suite PCRE implémente les expressions régulières Perl.

La syntaxe "(?...)" permet de définir un groupe optionnel. Cependant, le moteur gère incorrectement les groupes optionnels (Zero Minimum Repeat) imbriqués, ce qui produit un débordement.

Un attaquant peut donc provoquer un buffer overflow via un Zero Minimum Repeat dans PCRE, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2004-0230

TCP : déni de service à l'aide de paquet Reset

Synthèse de la vulnérabilité

En envoyant des paquets contenant le drapeau Reset et en prédisant certaines informations, un attaquant peut interrompre des sessions TCP actives.
Produits concernés : FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, FW-1, VPN-1, ASA, Cisco Cache Engine, Cisco Catalyst, Cisco CSS, IOS par Cisco, Cisco Router, Cisco VPN Concentrator, WebNS, FreeBSD, Tru64 UNIX, AIX, Juniper E-Series, Juniper J-Series, JUNOSe, Junos OS, NSMXpress, Windows 2000, Windows 2003, Windows 95, Windows 98, Windows ME, Windows XP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenBSD, TCP (protocole), Raptor Firewall, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, SEF, SGS.
Gravité : 3/4.
Conséquences : déni de service du client.
Provenance : client internet.
Date création : 21/04/2004.
Dates révisions : 22/04/2004, 23/04/2004, 26/04/2004, 27/04/2004, 28/04/2004, 03/05/2004, 07/05/2004, 11/05/2004, 15/07/2004, 06/12/2004, 24/12/2004, 18/02/2005, 13/04/2005, 03/05/2005, 12/05/2005, 19/07/2005.
Références : 20040403-01-A, 2005.05.02, 236929, 50960, 50961, 58784, 899480, 922819, BID-10183, BSA-2016-005, CERTA-2004-AVI-138, CERTA-2004-AVI-140, CERTA-2004-AVI-143, CERTFR-2014-AVI-308, CERTFR-2017-AVI-034, CERTFR-2017-AVI-044, CERTFR-2017-AVI-054, CERTFR-2017-AVI-131, CISCO20040420a, CISCO20040420b, cisco-sa-20040420-tcp-ios, cisco-sa-20040420-tcp-nonios, CSCed27956, CSCed32349, CVE-2004-0230, FreeBSD-SA-14:19.tcp, HP01077, IY55949, IY55950, IY62006, IY63363, IY63364, IY63365, IY70026, IY70027, IY70028, JSA10638, MS05-019, MS06-064, NetBSD 2004-006, NetBSD-SA2004-006, Netscreen 58784, OpenBSD 34-019, OpenBSD 35-005, PSN-2012-08-686, PSN-2012-08-687, PSN-2012-08-688, PSN-2012-08-689, PSN-2012-08-690, SGI 20040403, SUSE-SU-2017:0333-1, SUSE-SU-2017:0437-1, SUSE-SU-2017:0494-1, SUSE-SU-2017:1102-1, V6-TCPRSTWINDOWDOS, VIGILANCE-VUL-4128, VU#415294.

Description de la vulnérabilité

L'entête TCP contient un champ window/fenêtre qui correspond à la taille du buffer de réception de la machine ayant émis le paquet. Ainsi si certains paquets arrivent dans le désordre la machine peut les stocker en attente de réception des paquets précédents.

Lorsqu'une connexion TCP est établie, elle peut se terminer de deux manières :
 - les entités s'échangent des paquets contenant le drapeau Fin actif. Dans ce cas, les numéros de séquence (et d'acquittement car le Ack est nécessaire) doivent correspondre exactement.
 - l'une des entités envoie un paquet contenant le drapeau Reset actif. Dans ce cas (drapeau Ack non actif), seul le numéro de séquence doit correspondre approximativement. En effet, il doit se situer dans la fenêtre de réception.

Ainsi, au lieu de deviner un numéro de séquence parmi 2^32 nombres, l'attaquant doit simplement envoyer 2^32/fenêtre paquets Reset. Par exemple si la taille de la fenêtre est 32k, l'attaquant doit envoyer 2^32/32k = 131072 paquets.

Il faut noter que pour mener ce déni de service utilisant un paquet TCP Reset, l'attaquant doit connaître :
 - les adresses IP source et destination
 - les ports source et destination
Certains protocoles comme BGP deviennent alors sensibles car ces informations peuvent être obtenues.

Un attaquant peut ainsi envoyer un paquet TCP contenant le drapeau Reset pour interrompre une session TCP active.

On peut noter que des paquets SYN peuvent aussi être utilisés, mais cette variante est moins efficace à cause des limitations généralement mises en place pour protéger contre les attaques synflood.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.