L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de HP-UX

avis de vulnérabilité CVE-2016-2775

ISC BIND : boucle infinie via lwresd

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer une boucle infinie via lwresd de ISC BIND, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : Debian, Fedora, HP-UX, AIX, BIND, openSUSE Leap, Solaris, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, VxWorks.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service.
Provenance : client internet.
Date création : 19/07/2016.
Références : AA-01393, bulletinjul2016, c05321107, CVE-2016-2775, DLA-645-1, FEDORA-2016-007efacd1c, FEDORA-2016-2941b3264e, FEDORA-2016-3fba74e7f5, FEDORA-2016-53f0c65f40, openSUSE-SU-2017:1063-1, RHSA-2017:2533-01, SSA:2016-204-01, SUSE-SU-2017:0998-1, SUSE-SU-2017:0999-1, SUSE-SU-2017:1027-1, VIGILANCE-VUL-20144.

Description de la vulnérabilité

Le produit ISC BIND implémente le "lightweight resolver protocol" dans le démon lwresd, ou dans named lorsque named.conf contient la section "lwres".

Cependant, si getrrsetbyname() est appelée pour résoudre un nom relatif trop long (combiné avec une liste de recherche), une récursion infinie se produit dans lwresd/lwres.

Un attaquant peut donc provoquer une boucle infinie via lwresd de ISC BIND, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-1000104 CVE-2016-1000105 CVE-2016-1000107

Serveurs web : création de requêtes client via l'entête Proxy

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer une requête avec un entête Proxy malveillant vers un service web hébergeant un script CGI créant des requêtes client web, pour que ces dernières passent par le proxy de l'attaquant.
Produits concernés : Apache httpd, Tomcat, Mac OS X, Debian, Drupal Core, eZ Publish, Fedora, HP-UX, QRadar SIEM, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, lighttpd, IIS, nginx, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Perl Module ~ non exhaustif, PHP, Python, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Synology DS***, Synology RS***, TrendMicro ServerProtect, TYPO3 Core, Ubuntu, Varnish.
Gravité : 3/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 12.
Date création : 18/07/2016.
Références : 1117414, 1994719, 1994725, 1999671, APPLE-SA-2017-09-25-1, bulletinjul2017, bulletinoct2016, c05324759, CERTFR-2016-AVI-240, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, cpujan2018, CVE-2016-1000104, CVE-2016-1000105, CVE-2016-1000107, CVE-2016-1000108, CVE-2016-1000109, CVE-2016-1000110, CVE-2016-1000111, CVE-2016-1000212, CVE-2016-5385, CVE-2016-5386, CVE-2016-5387, CVE-2016-5388, DLA-553-1, DLA-568-1, DLA-583-1, DLA-749-1, DRUPAL-SA-CORE-2016-003, DSA-3623-1, DSA-3631-1, DSA-3642-1, EZSA-2016-001, FEDORA-2016-07e9059072, FEDORA-2016-2c324d0670, FEDORA-2016-340e361b90, FEDORA-2016-4094bd4ad6, FEDORA-2016-4e7db3d437, FEDORA-2016-604616dc33, FEDORA-2016-683d0b257b, FEDORA-2016-970edb82d4, FEDORA-2016-9c8cf5912c, FEDORA-2016-9de7253cc7, FEDORA-2016-9fd814a7f2, FEDORA-2016-9fd9bfab9e, FEDORA-2016-a29c65b00f, FEDORA-2016-aef8a45afe, FEDORA-2016-c1b01b9278, FEDORA-2016-df0726ae26, FEDORA-2016-e2c8f5f95a, FEDORA-2016-ea5e284d34, HPSBUX03665, HT207615, HT208144, HT208221, httpoxy, JSA10770, JSA10774, openSUSE-SU-2016:1824-1, openSUSE-SU-2016:2054-1, openSUSE-SU-2016:2055-1, openSUSE-SU-2016:2115-1, openSUSE-SU-2016:2120-1, openSUSE-SU-2016:2252-1, openSUSE-SU-2016:2536-1, openSUSE-SU-2016:3092-1, openSUSE-SU-2016:3157-1, openSUSE-SU-2017:0223-1, RHSA-2016:1420-01, RHSA-2016:1421-01, RHSA-2016:1422-01, RHSA-2016:1538-01, RHSA-2016:1609-01, RHSA-2016:1610-01, RHSA-2016:1611-01, RHSA-2016:1612-01, RHSA-2016:1613-01, RHSA-2016:1624-01, RHSA-2016:1626-01, RHSA-2016:1627-01, RHSA-2016:1628-01, RHSA-2016:1629-01, RHSA-2016:1630-01, RHSA-2016:1635-01, RHSA-2016:1636-01, RHSA-2016:1648-01, RHSA-2016:1649-01, RHSA-2016:1650-01, RHSA-2016:1978-01, RHSA-2016:2045-01, RHSA-2016:2046-01, SSA:2016-203-02, SSA:2016-358-01, SSA:2016-363-01, SUSE-SU-2017:1632-1, SUSE-SU-2017:1660-1, SUSE-SU-2019:0223-1, USN-3038-1, USN-3045-1, USN-3134-1, USN-3177-1, USN-3177-2, USN-3585-1, VIGILANCE-VUL-20143, VU#797896.

Description de la vulnérabilité

La majorité des serveurs web supportent les scripts CGI (PHP, Python, etc.).

D'après la RFC 3875, lorsqu'un serveur web reçoit un entête Proxy, il doit créer la variable d'environnement HTTP_PROXY pour les scripts CGI.

Cependant, cette variable est aussi utilisée pour stocker le nom du proxy que les clients web doivent utiliser. Les scripts PHP (via Guzzle, Artax, etc.) ou Python vont alors utiliser le proxy indiqué dans la requête web pour toutes les requêtes clients qu'ils vont émettre dans la session CGI.

Un attaquant peut donc envoyer une requête avec un entête Proxy malveillant vers un service web hébergeant un script CGI créant des requêtes client web, pour que ces dernières passent par le proxy de l'attaquant.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-3092

Apache Tomcat : déni de service via FileUpload

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer des fichiers de taille spécialement choisie à Apache Tomcat, afin de surcharger le serveur.
Produits concernés : Tomcat, Debian, Fedora, HP-UX, Domino, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli System Automation, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, IBM WebSphere ESB, WebSphere MQ, MariaDB ~ précis, MySQL Community, MySQL Enterprise, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, Percona Server, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du serveur, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Date création : 22/06/2016.
Références : 1987864, 1989628, 1990172, 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992835, 1995388, 1995793, 2000095, 2000544, 2001563, 2012109, 2015814, 7014463, bulletinjul2016, c05324759, cpuapr2017, cpuapr2018, cpujul2017, cpujul2018, cpuoct2017, CVE-2016-3092, DLA-528-1, DLA-529-1, DSA-3609-1, DSA-3611-1, DSA-3614-1, FEDORA-2016-0a4dccdd23, FEDORA-2016-2b0c16fd82, HPSBUX03665, openSUSE-SU-2016:2252-1, RHSA-2016:2068-01, RHSA-2016:2069-01, RHSA-2016:2070-01, RHSA-2016:2071-01, RHSA-2016:2072-01, RHSA-2016:2599-02, RHSA-2016:2807-01, RHSA-2016:2808-01, RHSA-2017:0455-01, RHSA-2017:0456-01, RHSA-2017:0457-01, SUSE-SU-2017:1660-1, USN-3024-1, USN-3027-1, VIGILANCE-VUL-19953.

Description de la vulnérabilité

Le produit Apache Tomcat utilise une variante de la bibliothèque Apache Commons FileUpload.

Celle-ci gère la réception de fichier via HTTP. Cependant, lorsque la taille du fichier envoyé est telle que l'ensemble fichier + enveloppe MIME a la même taille que celle du tampon de lecture du fichier, le transfert est anormalement et extrêmement long.

Un attaquant peut donc envoyer des fichiers de taille spécialement choisie à Apache Tomcat, afin de surcharger le serveur.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2016-2016

HP-UX : accès en lecture et écriture via VxFS

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant local peut contourner les restrictions d'accès de VxFS de HP-UX, afin de lire ou modifier des fichiers.
Produits concernés : HP-UX.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données, effacement de données.
Provenance : shell utilisateur.
Date création : 10/05/2016.
Références : c05121749, CVE-2016-2016, HPSBUX03577, SSRT102172, VIGILANCE-VUL-19567.

Description de la vulnérabilité

Le produit HP-UX utilise le système de fichiers VxFS (JFS).

Cependant, les ACL ne sont pas appliquées correctement lorsqu'elles sont héritées.

Un attaquant local peut donc contourner les restrictions d'accès de VxFS de HP-UX, afin de lire ou modifier des fichiers.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-5370 CVE-2016-0128 CVE-2016-2110

Windows, Samba : exécution de code via Badlock

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser la vulnérabilité Badlock dans Windows ou Samba, afin d'exécuter du code.
Produits concernés : ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, HP-UX, DB2 UDB, QRadar SIEM, Windows 10, Windows 2008 R0, Windows 2008 R2, Windows 2012, Windows 7, Windows 8, Windows RT, Windows Vista, Data ONTAP, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Pulse Connect Secure, RHEL, Samba, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur.
Provenance : client intranet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 9.
Date création : 23/03/2016.
Date révision : 12/04/2016.
Références : 1986595, 1987766, 3148527, 9010080, bulletinjan2016, bulletinoct2016, c05162399, CVE-2015-5370, CVE-2016-0128, CVE-2016-2110, CVE-2016-2111, CVE-2016-2112, CVE-2016-2113, CVE-2016-2114, CVE-2016-2115, CVE-2016-2118, DLA-509-1, DSA-3548-1, DSA-3548-2, DSA-3548-3, FEDORA-2016-48b3761baa, FEDORA-2016-be53260726, HPSBUX03616, MS16-047, NTAP-20160412-0001, openSUSE-SU-2016:1025-1, openSUSE-SU-2016:1064-1, openSUSE-SU-2016:1106-1, openSUSE-SU-2016:1107-1, openSUSE-SU-2016:1108-1, openSUSE-SU-2016:1440-1, RHSA-2016:0611-01, RHSA-2016:0612-01, RHSA-2016:0613-01, RHSA-2016:0618-01, RHSA-2016:0619-01, RHSA-2016:0620-01, RHSA-2016:0621-01, RHSA-2016:0623-01, RHSA-2016:0624-01, RHSA-2016:0625-01, SA122, SA40196, SOL37603172, SOL53313971, SSA:2016-106-02, SSRT110128, SUSE-SU-2016:1022-1, SUSE-SU-2016:1023-1, SUSE-SU-2016:1024-1, SUSE-SU-2016:1028-1, SUSE-SU-2016:1105-1, USN-2950-1, USN-2950-2, USN-2950-3, USN-2950-4, USN-2950-5, VIGILANCE-VUL-19207, VU#813296.

Description de la vulnérabilité

Les produits Windows et Samba implémentent l'authentification pour CIFS.

Cependant, plusieurs vulnérabilités dans ces implémentations permettent de mener un Man-in-the-Middle, ou d'affaiblir le protocole.

Un attaquant peut donc utiliser la vulnérabilité Badlock dans Windows ou Samba, afin d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2016-1285 CVE-2016-1286 CVE-2016-2088

ISC BIND : trois vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de ISC BIND.
Produits concernés : Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP-UX, AIX, BIND, McAfee Email Gateway, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : déni de service du service.
Provenance : serveur internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 3.
Date création : 10/03/2016.
Références : bulletinjan2016, c05087821, CVE-2016-1285, CVE-2016-1286, CVE-2016-2088, DSA-3511-1, FEDORA-2016-161b73fc2c, FEDORA-2016-364c0a9df4, FEDORA-2016-5047abe4a9, FEDORA-2016-b593e84223, FreeBSD-SA-16:13.bind, HPSBUX03583, openSUSE-SU-2016:0827-1, openSUSE-SU-2016:0830-1, openSUSE-SU-2016:0834-1, openSUSE-SU-2016:0859-1, RHSA-2016:0458-01, RHSA-2016:0459-01, RHSA-2016:0562-01, RHSA-2016:0601-01, SB10214, SOL62012529, SSA:2016-069-01, SSRT110084, SUSE-SU-2016:0759-1, SUSE-SU-2016:0780-1, SUSE-SU-2016:0825-1, USN-2925-1, VIGILANCE-VUL-19144.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans ISC BIND.

Un attaquant peut provoquer une erreur d'assertion via rndc, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-1285]

Un attaquant peut provoquer une erreur d'assertion via DNAME, afin de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-1286]

Un attaquant peut provoquer une erreur d'assertion via DNS Cookies, afin de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-2088]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2015-7560 CVE-2016-0771

Samba : deux vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de Samba.
Produits concernés : Debian, Fedora, HP-UX, DB2 UDB, openSUSE, openSUSE Leap, RHEL, Samba, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données, déni de service du service.
Provenance : compte utilisateur.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 08/03/2016.
Références : 1986595, c05121842, CERTFR-2016-AVI-084, CVE-2015-7560, CVE-2016-0771, DSA-3514-1, FEDORA-2016-cad77a4576, FEDORA-2016-ed1587f6ba, HPSBUX03596, openSUSE-SU-2016:0813-1, openSUSE-SU-2016:0877-1, openSUSE-SU-2016:1064-1, openSUSE-SU-2016:1106-1, openSUSE-SU-2016:1107-1, openSUSE-SU-2016:1108-1, openSUSE-SU-2016:1440-1, RHSA-2016:0448-01, RHSA-2016:0449-01, SSA:2016-068-02, SUSE-SU-2016:0814-1, SUSE-SU-2016:0816-1, SUSE-SU-2016:0837-1, SUSE-SU-2016:0905-1, USN-2922-1, VIGILANCE-VUL-19118.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Samba.

Un attaquant peut créer un lien symbolique, afin de modifier des ACL. [grav:2/4; CVE-2015-7560]

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide via un enregistrement DNS TXT envoyé vers le serveur DNS interne en mode AC DC, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-0771]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-0763

Apache Tomcat : accès en lecture et écriture via setGlobalContext

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, autorisé à déposer une application web illicite sur le service, peut contourner les restrictions d'accès via setGlobalContext de Apache Tomcat, afin de lire ou modifier des données.
Produits concernés : Tomcat, Debian, Fedora, SiteScope, HP-UX, Snap Creator Framework, openSUSE Leap, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données, effacement de données.
Provenance : document.
Date création : 22/02/2016.
Références : 1980693, c05150442, c05324755, cpuapr2017, cpuoct2017, CVE-2016-0763, DSA-3530-1, DSA-3552-1, DSA-3609-1, FEDORA-2016-e6651efbaf, HPSBGN03669, HPSBUX03606, NTAP-20180531-0001, openSUSE-SU-2016:0865-1, RHSA-2016:1087-01, RHSA-2016:1088-01, RHSA-2016:1089-01, RHSA-2016:2599-02, RHSA-2016:2807-01, RHSA-2016:2808-01, SUSE-SU-2016:0769-1, SUSE-SU-2016:0822-1, USN-3024-1, VIGILANCE-VUL-18999.

Description de la vulnérabilité

Le produit Apache Tomcat peut exécuter une application web de provenance incertaine avec un Security Manager.

Cependant, une application malveillante peut appeler ResourceLinkFactory.setGlobalContext() pour injecter un contexte dans une autre application, et accéder à ses données.

Un attaquant, autorisé à déposer une application web illicite sur le service, peut donc contourner les restrictions d'accès via setGlobalContext de Apache Tomcat, afin de lire ou modifier des données.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2016-0714

Apache Tomcat : exécution de code via PersistentManager

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, autorisé à déposer une application web illicite sur le service, peut utiliser le PersistentManager de Apache Tomcat, afin d'exécuter du code.
Produits concernés : Tomcat, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, HP-UX, QRadar SIEM, Snap Creator Framework, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur.
Provenance : document.
Date création : 22/02/2016.
Références : 1980693, 1983989, c05054964, c05150442, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2017, CVE-2016-0714, DSA-3530-1, DSA-3552-1, DSA-3609-1, HPSBUX03561, HPSBUX03606, K30971148, NTAP-20180531-0001, openSUSE-SU-2016:0865-1, RHSA-2016:1087-01, RHSA-2016:1088-01, RHSA-2016:1089-01, RHSA-2016:2045-01, RHSA-2016:2599-02, RHSA-2016:2807-01, RHSA-2016:2808-01, SOL30971148, SUSE-SU-2016:0769-1, SUSE-SU-2016:0822-1, SUSE-SU-2016:0839-1, USN-3024-1, VIGILANCE-VUL-18998.

Description de la vulnérabilité

Le produit Apache Tomcat peut exécuter une application web de provenance incertaine avec un Security Manager.

Cependant, une application malveillante peut utiliser PersistentManager pour placer un objet dans une session, et ainsi exécuter du code.

Un attaquant, autorisé à déposer une application web illicite sur le service, peut donc utiliser le PersistentManager de Apache Tomcat, afin d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2016-0706

Apache Tomcat : obtention d'information via StatusManagerServlet

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, autorisé à déposer une application web illicite sur le service, peut utiliser une vulnérabilité dans StatusManagerServlet de Apache Tomcat, afin d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Tomcat, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, HP-UX, QRadar SIEM, Snap Creator Framework, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : document.
Date création : 22/02/2016.
Références : 1980693, 1983989, c05054964, c05150442, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2017, CVE-2016-0706, DSA-3530-1, DSA-3552-1, DSA-3609-1, HPSBUX03561, HPSBUX03606, K30971148, NTAP-20180531-0001, openSUSE-SU-2016:0865-1, RHSA-2016:1087-01, RHSA-2016:1088-01, RHSA-2016:1089-01, RHSA-2016:2045-01, RHSA-2016:2599-02, RHSA-2016:2807-01, RHSA-2016:2808-01, SOL30971148, SUSE-SU-2016:0769-1, SUSE-SU-2016:0822-1, SUSE-SU-2016:0839-1, USN-3024-1, VIGILANCE-VUL-18997.

Description de la vulnérabilité

Le produit Apache Tomcat peut exécuter une application web de provenance incertaine avec un Security Manager.

Cependant, une application malveillante peut utiliser StatusManagerServlet pour obtenir le contenu des requêtes HTTP en cours de traitement.

Un attaquant, autorisé à déposer une application web illicite sur le service, peut donc utiliser une vulnérabilité dans StatusManagerServlet de Apache Tomcat, afin d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur HP-UX :