L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de Hewlett-Packard Business Service Management

bulletin de vulnérabilité CVE-2017-13982 CVE-2017-13983 CVE-2017-13984

HPE BSM Platform Application Performance Management System Health : quatre vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de HPE BSM Platform Application Performance Management System Health.
Produits concernés : HPE BSM.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, lecture de données, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 4.
Date création : 02/10/2017.
Références : CVE-2017-13982, CVE-2017-13983, CVE-2017-13984, CVE-2017-13985, HPESBGN03770, KM02942065, VIGILANCE-VUL-23993.

Description de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de HPE BSM Platform Application Performance Management System Health.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2017-14350

HPE Application Performance Management : exécution de code

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser une vulnérabilité de HPE Application Performance Management, afin d'exécuter du code.
Produits concernés : HPE BSM.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur.
Provenance : client intranet.
Date création : 26/09/2017.
Références : CVE-2017-14350, HPESBGN03773, KM02960811, VIGILANCE-VUL-23916, ZDI-17-825.

Description de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser une vulnérabilité de HPE Application Performance Management, afin d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2016-4392

HPE Business Service Management : Cross Site Scripting

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting de HPE Business Service Management, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Produits concernés : HPE BSM.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits client.
Provenance : document.
Date création : 27/10/2016.
Références : c05316329, CVE-2016-4392, HPSBGN03651, VIGILANCE-VUL-20975.

Description de la vulnérabilité

Le produit HPE Business Service Management dispose d'un service web.

Cependant, les données reçues ne sont pas filtrées avant d'être insérées dans les documents HTML générés.

Un attaquant peut donc provoquer un Cross Site Scripting de HPE Business Service Management, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-2183 CVE-2016-6329

Blowfish, Triple-DES : algorithmes trop faibles, SWEET32

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut créer une session TLS/VPN avec un algorithme Blowfish/Triple-DES, et mener une attaque de deux jours, afin de déchiffrer des données.
Produits concernés : Avaya Ethernet Routing Switch, Blue Coat CAS, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, Avamar, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeRADIUS, hMailServer, HPE BSM, LoadRunner, HP Operations, Performance Center, Real User Monitoring, SiteScope, HP Switch, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Informix Server, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli System Automation, WebSphere MQ, Junos Space, McAfee Email Gateway, ePO, Data ONTAP, Snap Creator Framework, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle DB, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, SSL (protocole), Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 25/08/2016.
Références : 1610582, 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992681, 1993777, 1994375, 1995099, 1995922, 1998797, 1999054, 1999421, 2000209, 2000212, 2000370, 2000544, 2001608, 2002021, 2002335, 2002336, 2002479, 2002537, 2002870, 2002897, 2002991, 2003145, 2003480, 2003620, 2003673, 2004036, 2008828, 523628, 9010102, bulletinapr2017, c05349499, c05369403, c05369415, c05390849, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2019-AVI-049, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpujul2017, cpuoct2017, CVE-2016-2183, CVE-2016-6329, DSA-2018-124, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-7810e24465, FEDORA-2016-dc2cb4ad6b, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FG-IR-17-173, HPESBGN03697, HPESBGN03765, HPESBUX03725, HPSBGN03690, HPSBGN03694, HPSBHF03674, ibm10718843, java_jan2017_advisory, JSA10770, KM03060544, NTAP-20160915-0001, openSUSE-SU-2016:2199-1, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2496-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2017:1638-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2017:0336-01, RHSA-2017:0337-01, RHSA-2017:0338-01, RHSA-2017:3113-01, RHSA-2017:3114-01, RHSA-2017:3239-01, RHSA-2017:3240-01, RHSA-2018:2123-01, SA133, SA40312, SB10171, SB10186, SB10197, SB10215, SOL13167034, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SSA:2016-363-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, SUSE-SU-2016:2470-1, SUSE-SU-2016:2470-2, SUSE-SU-2017:1444-1, SUSE-SU-2017:2838-1, SUSE-SU-2017:3177-1, SWEET32, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, USN-3270-1, USN-3339-1, USN-3339-2, USN-3372-1, VIGILANCE-VUL-20473.

Description de la vulnérabilité

Les algorithmes de chiffrement symétrique Blowfish et Triple-DES utilisent des blocs de 64 bits.

Cependant, s'ils sont utilisés en mode CBC, une collision se produit après 785 GB transférés, et il devient possible de déchiffrer les blocs avec une attaque qui dure 2 jours.

Un attaquant peut donc créer une session TLS/VPN avec un algorithme Blowfish/Triple-DES, et mener une attaque de deux jours, afin de déchiffrer des données.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2015-4852 CVE-2015-6420 CVE-2015-6934

Apache Commons Collections : exécution de code via InvokerTransformer

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer un objet Gadget Chain sérialisé malveillant vers une application Java utilisant Apache Commons Collections, afin d'exécuter du code shell.
Produits concernés : CAS Server, Blue Coat CAS, SGOS par Blue Coat, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, Cisco Prime Access Registrar, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco PRSM, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Cisco MeetingPlace, Cisco Unity ~ précis, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, HPE BSM, HPE NNMi, HP Operations, DB2 UDB, Domino, Notes, IRAD, QRadar SIEM, SPSS Modeler, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, JBoss AS OpenSource, Junos Space, ePO, Mule ESB, Snap Creator Framework, SnapManager, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Proxy Server, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, vCenter Server.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 12.
Date création : 12/11/2015.
Références : 1610582, 1970575, 1971370, 1971531, 1971533, 1971751, 1972261, 1972373, 1972565, 1972794, 1972839, 2011281, 7014463, 7022958, 9010052, BSA-2016-004, bulletinjul2016, c04953244, c05050545, c05206507, c05325823, c05327447, CERTFR-2015-AVI-484, CERTFR-2015-AVI-555, cisco-sa-20151209-java-deserialization, COLLECTIONS-580, cpuapr2017, cpuapr2018, cpujan2017, cpujan2018, cpujul2017, cpuoct2016, cpuoct2017, cpuoct2018, CVE-2015-4852, CVE-2015-6420, CVE-2015-6934, CVE-2015-7420-ERROR, CVE-2015-7450, CVE-2015-7501, CVE-2015-8545, CVE-2015-8765, CVE-2016-1985, CVE-2016-1997, CVE-2016-4373, CVE-2016-4398, DSA-3403-1, HPSBGN03542, HPSBGN03560, HPSBGN03630, HPSBGN03656, HPSBGN03670, JSA10838, NTAP-20151123-0001, RHSA-2015:2500-01, RHSA-2015:2501-01, RHSA-2015:2502-01, RHSA-2015:2516-01, RHSA-2015:2517-01, RHSA-2015:2521-01, RHSA-2015:2522-01, RHSA-2015:2523-01, RHSA-2015:2524-01, RHSA-2015:2534-01, RHSA-2015:2535-01, RHSA-2015:2536-01, RHSA-2015:2537-01, RHSA-2015:2538-01, RHSA-2015:2539-01, RHSA-2015:2540-01, RHSA-2015:2541-01, RHSA-2015:2542-01, RHSA-2015:2547-01, RHSA-2015:2548-01, RHSA-2015:2556-01, RHSA-2015:2557-01, RHSA-2015:2559-01, RHSA-2015:2560-01, RHSA-2015:2578-01, RHSA-2015:2579-01, RHSA-2015:2670-01, RHSA-2015:2671-01, RHSA-2016:0040-01, RHSA-2016:0118-01, SA110, SB10144, SOL30518307, VIGILANCE-VUL-18294, VMSA-2015-0009, VMSA-2015-0009.1, VMSA-2015-0009.2, VMSA-2015-0009.3, VMSA-2015-0009.4, VU#576313.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque Apache Commons Collections est utilisée par de nombreuses applications Java.

Un objet Java Gadgets ("gadget chains") peut contenir des Transformers, avec une chaîne "exec" contenant une commande shell qui est exécutée avec la méthode Java.lang.Runtime.exec(). Lorsque des données brutes sont désérialisées, la méthode readObject() est donc appelée pour reconstruire l'objet Gadgets, et elle utilise InvokerTransformer, qui exécute la commande shell indiquée.

On peut noter que d'autres classes (CloneTransformer, ForClosure, InstantiateFactory, InstantiateTransformer, PrototypeCloneFactory, PrototypeSerializationFactory, WhileClosure) exécutent aussi une commande shell à partir de données brutes à désérialiser.

Cependant, plusieurs applications exposent publiquement (avant authentification) la fonctionnalité de désérialisation Java.

Un attaquant peut donc envoyer un objet Gadget Chain sérialisé malveillant vers une application Java utilisant Apache Commons Collections, afin d'exécuter du code shell.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2015-3269

Apache Flex BlazeDS : obtention d'information

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut transmettre des données XML malveillantes via BlazeDS à Adobe LiveCycle Data Services, afin de lire un fichier, de scanner des sites, ou de mener un déni de service.
Produits concernés : Adobe LiveCycle, HPE BSM, HP Operations.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du service.
Provenance : document.
Date création : 19/08/2015.
Références : APSB15-20, c05026202, CVE-2015-3269, HPSBGN03550, VIGILANCE-VUL-17710.

Description de la vulnérabilité

Les données XML peuvent contenir des entités externes (DTD) :
  <!ENTITY nom SYSTEM "fichier">
  <!ENTITY nom SYSTEM "http://serveur/fichier">
Un programme lisant ces données XML peut remplacer ces entités par les données provenant du fichier indiqué. Lorsque le programme utilise des données XML de provenance non sûre, ce comportement permet de :
 - lire le contenu de fichiers situés sur le serveur
 - scanner des sites web privés
 - mener un déni de service en ouvrant un fichier bloquant
Cette fonctionnalité doit donc être désactivée pour traiter des données XML de provenance non sûre.

Cependant, le parseur de Apache Flex BlazeDS autorise les entités externes.

Un attaquant peut donc transmettre des données XML malveillantes à Apache Flex BlazeDS, afin de lire un fichier, de scanner des sites, ou de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2015-4000

TLS : affaiblissement de Diffie-Hellman via Logjam

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut forcer le client/serveur TLS à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Produits concernés : Apache httpd, Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, DCFM Enterprise, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Clearswift Email Gateway, Debian, Summit, Fedora, FileZilla Server, FreeBSD, HPE BSM, HPE NNMi, HP Operations, HP-UX, AIX, DB2 UDB, IRAD, Security Directory Server, SPSS Modeler, Tivoli Storage Manager, Tivoli System Automation, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Pulse, Juniper Network Connect, Juniper SBR, lighttpd, ePO, Firefox, NSS, MySQL Community, MySQL Enterprise, Data ONTAP, Snap Creator Framework, SnapManager, NetBSD, nginx, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Percona Server, RealPresence Collaboration Server, RealPresence Distributed Media Application, RealPresence Resource Manager, Polycom VBP, Postfix, SSL (protocole), Pulse Connect Secure, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, Sendmail, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : serveur internet.
Date création : 20/05/2015.
Date révision : 20/05/2015.
Références : 1610582, 1647054, 1957980, 1958984, 1959033, 1959539, 1959745, 1960194, 1960418, 1960862, 1962398, 1962694, 1963151, 9010038, 9010039, 9010041, 9010044, BSA-2015-005, bulletinjan2016, bulletinjul2015, c04725401, c04760669, c04767175, c04770140, c04773119, c04773241, c04774058, c04778650, c04832246, c04918839, c04926789, CERTFR-2016-AVI-303, CTX216642, CVE-2015-4000, DLA-507-1, DSA-3287-1, DSA-3300-1, DSA-3688-1, FEDORA-2015-10047, FEDORA-2015-10108, FEDORA-2015-9048, FEDORA-2015-9130, FEDORA-2015-9161, FreeBSD-EN-15:08.sendmail, FreeBSD-SA-15:10.openssl, HPSBGN03399, HPSBGN03407, HPSBGN03411, HPSBGN03417, HPSBHF03433, HPSBMU03345, HPSBMU03401, HPSBUX03363, HPSBUX03388, HPSBUX03435, HPSBUX03512, JSA10681, Logjam, NetBSD-SA2015-008, NTAP-20150616-0001, NTAP-20150715-0001, NTAP-20151028-0001, openSUSE-SU-2015:1139-1, openSUSE-SU-2015:1209-1, openSUSE-SU-2015:1216-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, openSUSE-SU-2016:0226-1, openSUSE-SU-2016:0255-1, openSUSE-SU-2016:0261-1, openSUSE-SU-2016:2267-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, RHSA-2015:1072-01, RHSA-2015:1185-01, RHSA-2015:1197-01, RHSA-2016:2054-01, RHSA-2016:2055-01, RHSA-2016:2056-01, SA111, SA40002, SA98, SB10122, SSA:2015-219-02, SSRT102180, SSRT102254, SSRT102964, SSRT102977, SUSE-SU-2015:1143-1, SUSE-SU-2015:1150-1, SUSE-SU-2015:1177-1, SUSE-SU-2015:1177-2, SUSE-SU-2015:1181-1, SUSE-SU-2015:1181-2, SUSE-SU-2015:1182-2, SUSE-SU-2015:1183-1, SUSE-SU-2015:1183-2, SUSE-SU-2015:1184-1, SUSE-SU-2015:1184-2, SUSE-SU-2015:1185-1, SUSE-SU-2015:1268-1, SUSE-SU-2015:1268-2, SUSE-SU-2015:1269-1, SUSE-SU-2015:1581-1, SUSE-SU-2016:0224-1, SUSE-SU-2018:1768-1, TSB16728, USN-2624-1, USN-2625-1, USN-2656-1, USN-2656-2, VIGILANCE-VUL-16950, VN-2015-007.

Description de la vulnérabilité

L'algorithme Diffie-Hellman permet d'échanger des clés cryptographiques. La suite DHE_EXPORT utilise des nombres premiers de maximum 512 bits.

L'algorithme Diffie-Hellman est utilisé par TLS. Cependant, durant la négociation, un attaquant placé en Man-in-the-middle peut forcer TLS à utiliser DHE_EXPORT (même si des suites plus fortes sont disponibles).

Cette vulnérabilité peut ensuite être combinée avec VIGILANCE-VUL-16951.

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut donc forcer le client/serveur TLS à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2015-2808

TLS : déchiffrement de RC4 via Bar Mitzvah

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser l'attaque Bar Mitzvah sur TLS, afin d'obtenir des informations sensibles chiffrées par RC4.
Produits concernés : DCFM Enterprise, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Avamar, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, HPE BSM, HP Data Protector, HPE NNMi, HP Operations, SiteScope, HP Switch, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, SnapManager, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, SSL (protocole), RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Date création : 27/03/2015.
Références : 1450666, 1610582, 1647054, 1882708, 1883551, 1883553, 1902260, 1903541, 1960659, 1963275, 1967498, 523628, 7014463, 7022958, 7045736, 9010041, 9010044, Bar Mitzvah, BSA-2015-007, c04708650, c04767175, c04770140, c04772305, c04773119, c04773241, c04777195, c04777255, c04832246, c04926789, c05085988, c05336888, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2015-2808, DSA-2018-124, HPSBGN03350, HPSBGN03393, HPSBGN03399, HPSBGN03407, HPSBGN03414, HPSBGN03415, HPSBGN03580, HPSBHF03673, HPSBMU03345, HPSBMU03401, HPSBUX03435, HPSBUX03512, NTAP-20150715-0001, NTAP-20151028-0001, RHSA-2015:1020-01, RHSA-2015:1021-01, RHSA-2015:1091-01, SOL16864, SSRT102254, SSRT102977, SUSE-SU-2015:1073-1, SUSE-SU-2015:1085-1, SUSE-SU-2015:1086-1, SUSE-SU-2015:1086-2, SUSE-SU-2015:1086-3, SUSE-SU-2015:1086-4, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, VIGILANCE-VUL-16486, VN-2015-004.

Description de la vulnérabilité

Lors de l'initialisation d'une session TLS, le client et le serveur négocient des algorithmes cryptographiques. L'algorithme RC4 peut être choisi pour chiffrer.

Pour certaines clés faibles (une sur 2^24), la faiblesse "Invariance Weakness" permet de prédire les deux bits les plus faibles (LSB - Least Significant Bit) des 100 premiers octets chiffrés avec RC4. Le premier message TLS chiffré étant "Finished" (36 octets), un attaquant peut alors prédire les LSB de 64 octets.

Un attaquant peut donc utiliser l'attaque Bar Mitzvah sur TLS, afin d'obtenir des informations sensibles chiffrées par RC4.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2015-0235

glibc : buffer overflow de gethostbyname, GHOST

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut par exemple envoyer un email utilisant une adresse IPv4 trop longue, pour forcer le serveur de messagerie à résoudre cette adresse, et provoquer un buffer overflow dans gethostbyname() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. De nombreux programmes utilisant gethostbyname() sont vulnérables selon une procédure d'attaque similaire.
Produits concernés : Arkoon FAST360, GAiA, CheckPoint IP Appliance, Provider-1, SecurePlatform, CheckPoint Security Gateway, CheckPoint VSX-1, Cisco ASR, Cisco Catalyst, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Infrastructure, Cisco CUCM, XenServer, Clearswift Email Gateway, Debian, Unisphere EMC, VNX Operating Environment, VNX Series, Exim, BIG-IP Hardware, TMOS, HPE BSM, HP Operations, Performance Center, Junos Space, McAfee Email and Web Security, McAfee Email Gateway, McAfee MOVE AntiVirus, McAfee NSP, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, openSUSE, Oracle Communications, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, PHP, HDX, RealPresence Collaboration Server, RealPresence Distributed Media Application, RealPresence Resource Manager, Polycom VBP, RHEL, SIMATIC, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, WordPress Core.
Gravité : 4/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du client.
Provenance : serveur internet.
Date création : 27/01/2015.
Date révision : 27/01/2015.
Références : 198850, 199399, c04577814, c04589512, CERTFR-2015-AVI-043, cisco-sa-20150128-ghost, cpujul2015, cpujul2017, cpuoct2016, cpuoct2017, cpuoct2018, CTX200437, CVE-2015-0235, DSA-3142-1, ESA-2015-030, ESA-2015-041, GHOST, HPSBGN03270, HPSBGN03285, JSA10671, K16057, KM01391662, MDVSA-2015:039, openSUSE-SU-2015:0162-1, openSUSE-SU-2015:0184-1, PAN-SA-2015-0002, RHSA-2015:0090-01, RHSA-2015:0092-01, RHSA-2015:0099-01, RHSA-2015:0101-01, RHSA-2015:0126-01, SB10100, sk104443, SOL16057, SSA:2015-028-01, SSA-994726, SUSE-SU-2015:0158-1, USN-2485-1, VIGILANCE-VUL-16060, VU#967332.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque glibc fournit deux fonctions pour obtenir l'adresse IP d'un serveur à partir de son nom DNS :
  struct hostent *gethostbyname(const char *name);
  struct hostent *gethostbyname2(const char *name, int af);

Par exemple :
  he = gethostbyname("www.example.com");

Ces fonctions acceptent aussi de directement travailler sur une adresse IP :
  he = gethostbyname("192.168.1.1");

Cependant, une adresse IPv4 malformée et trop longue comme 192.168.111111.1 (plus de 1024 octets de long) produit un débordement dans la fonction __nss_hostname_digits_dots().

Un attaquant peut donc par exemple envoyer un email utilisant une adresse IPv4 trop longue, pour forcer le serveur de messagerie à résoudre cette adresse, et provoquer un buffer overflow dans gethostbyname() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.

Plusieurs programmes utilisant gethostbyname() sont vulnérables (exim, php, pppd, procmail) selon une procédure d'attaque similaire. Les programmes suivants ne semblent pas être vulnérables : apache, cups, dovecot, gnupg, isc-dhcp, lighttpd, mariadb/mysql, nfs-utils, nginx, nodejs, openldap, openssh, postfix, proftpd, pure-ftpd, rsyslog, samba, sendmail, squid, sysklogd, syslog-ng, tcp_wrappers, vsftpd, xinetd.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2014-9322

Noyau Linux : élévation de privilèges via IRET gsbase

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant local peut employer un IRET sur le noyau Linux, afin d'élever ses privilèges.
Produits concernés : BIG-IP Hardware, TMOS, Android OS, HPE BSM, HP Operations, Performance Center, Linux, openSUSE, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié.
Provenance : shell utilisateur.
Date création : 16/12/2014.
Références : c04594684, CERTFR-2014-AVI-532, CERTFR-2015-AVI-021, CERTFR-2015-AVI-054, CVE-2014-9322, HPSBGN03282, KM01411792, MDVSA-2015:027, openSUSE-SU-2014:1669-1, openSUSE-SU-2014:1677-1, openSUSE-SU-2014:1678-1, openSUSE-SU-2015:0566-1, RHSA-2014:1997-01, RHSA-2014:1998-01, RHSA-2014:2008-01, RHSA-2014:2009-01, RHSA-2014:2010-01, RHSA-2014:2028-01, RHSA-2014:2029-01, RHSA-2014:2030-01, RHSA-2014:2031-01, RHSA-2015:0009-01, SOL16122, SUSE-SU-2014:1693-1, SUSE-SU-2014:1693-2, SUSE-SU-2014:1695-1, SUSE-SU-2014:1695-2, SUSE-SU-2014:1698-1, SUSE-SU-2015:0068-1, SUSE-SU-2015:0581-1, SUSE-SU-2015:0736-1, SUSE-SU-2015:0812-1, USN-2464-1, USN-2491-1, VIGILANCE-VUL-15815.

Description de la vulnérabilité

Sur un processeur Intel, lorsqu'une interruption/exception se produit (par exemple un appel système via int 0x80), le contexte courant (registres CS et EIP/RIP, et drapeaux) est sauvé. A la fin de l'interruption/exception, l'instruction IRET restaure les valeurs sauvées pour que le programme continue son exécution où il avait été interrompu :
 - restauration du pointeur d'instruction EIP/RIP
 - restauration du registre CS (changement de privilège)
 - restauration des drapeaux

Cependant, sur un processeur 64 bit avec une pile noyau inscriptible, suite à un IRET provoquant une #SS Fault, la fonction general_protection() s'exécute avec les adresses GS Base noyau/utilisateur inversées.

Un attaquant local peut donc employer un IRET sur le noyau Linux, afin d'élever ses privilèges.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur Hewlett-Packard Business Service Management :