L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de ITeFix Copssh

avis de vulnérabilité 22184

OpenSSH : deux vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSH.
Produits concernés : Copssh, OpenSSH.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : serveur internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 20/03/2017.
Références : 1058, VIGILANCE-VUL-22184.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSH.

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité via CBC Padding, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:1/4]

Un serveur malveillant peut traverser les répertoires via sftp-client en transfert récursif, afin de créer un fichier situé hors de la racine. [grav:2/4]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2015-6563 CVE-2015-6564 CVE-2015-6565

OpenSSH : trois vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant authentifié peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSH.
Produits concernés : Blue Coat CAS, DCFM Enterprise, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, AIX, Copssh, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, OpenBSD, OpenSSH, pfSense, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, création/modification de données.
Provenance : compte utilisateur.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 12/08/2015.
Dates révisions : 03/09/2015, 27/01/2017.
Références : BFS-SA-2015-002, BSA-2015-009, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, CVE-2015-6563, CVE-2015-6564, CVE-2015-6565, DLA-1500-1, DLA-1500-2, FEDORA-2015-13520, FreeBSD-SA-15:22.openssh, JSA10774, JSA10840, K17263, RHSA-2015:2088-06, RHSA-2016:0741-01, SA104, SB10177, SB10178, SOL17263, SUSE-SU-2015:1581-1, VIGILANCE-VUL-17643.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSH.

Un attaquant local peut écrire un message (ou des séquences ANSI) sur le tty des autres utilisateurs, car les tty sont "world-writable". Il est aussi possible d'utiliser l'ioctl TIOCSTI, afin d'injecter des commandes shell. [grav:2/4; CVE-2015-6565]

Sur OpenSSH Portable, un attaquant local peut utiliser PAM et compromettre le processus de pré-authentification, afin de se connecter sous le compte d'autres utilisateurs. [grav:2/4; BFS-SA-2015-002, CVE-2015-6563]

Sur OpenSSH Portable, un attaquant peut compromettre le processus de pré-authentification et provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée dans le support de PAM, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; BFS-SA-2015-002, CVE-2015-6564]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2016-7055 CVE-2017-3730 CVE-2017-3731

OpenSSL : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Router, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, hMailServer, AIX, Domino, Notes, IRAD, Rational ClearCase, Security Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Copssh, Junos OS, Juniper Network Connect, NSM Central Manager, NSMXpress, SRX-Series, MariaDB ~ précis, ePO, Meinberg NTP Server, MySQL Community, MySQL Enterprise, Data ONTAP, OpenSSL, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, VirtualBox, WebLogic, Oracle Web Tier, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Percona Server, XtraDB Cluster, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, RHEL, Slackware, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, TrendMicro ServerProtect, Ubuntu, VxWorks.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 26/01/2017.
Références : 1117414, 2000544, 2000988, 2000990, 2002331, 2004036, 2004940, 2009389, 2010154, 2011567, 2012827, 2014202, 2014651, 2014669, 2015080, BSA-2016-204, BSA-2016-207, BSA-2016-211, BSA-2016-212, BSA-2016-213, BSA-2016-216, BSA-2016-234, bulletinapr2017, bulletinjan2018, bulletinoct2017, CERTFR-2017-AVI-035, CERTFR-2018-AVI-343, cisco-sa-20170130-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpujul2017, cpujul2018, cpuoct2017, CVE-2016-7055, CVE-2017-3730, CVE-2017-3731, CVE-2017-3732, DLA-814-1, DSA-3773-1, FEDORA-2017-3451dbec48, FEDORA-2017-e853b4144f, FG-IR-17-019, FreeBSD-SA-17:02.openssl, ibm10732391, ibm10733905, ibm10738249, ibm10738401, JSA10775, K37526132, K43570545, K44512851, K-510805, NTAP-20170127-0001, NTAP-20170310-0002, NTAP-20180201-0001, openSUSE-SU-2017:0481-1, openSUSE-SU-2017:0487-1, openSUSE-SU-2017:0527-1, openSUSE-SU-2017:0941-1, openSUSE-SU-2017:2011-1, openSUSE-SU-2017:2868-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, PAN-70674, PAN-73914, PAN-SA-2017-0012, PAN-SA-2017-0014, PAN-SA-2017-0016, RHSA-2017:0286-01, RHSA-2018:2568-01, RHSA-2018:2575-01, SA141, SA40423, SB10188, SSA:2017-041-02, SUSE-SU-2018:0112-1, SUSE-SU-2018:2839-1, SUSE-SU-2018:3082-1, TNS-2017-03, USN-3181-1, VIGILANCE-VUL-21692.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide via Truncated Packet, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles. [grav:2/4; CVE-2017-3731]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL via DHE/ECDHE Parameters, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2017-3730]

Un attaquant peut utiliser une erreur propagation de la retenue dans BN_mod_exp(), afin de calculer la clé privée. [grav:1/4; CVE-2017-3732]

Une erreur se produit dans la Broadwell-specific Montgomery Multiplication Procedure, mais sans impact apparent. [grav:1/4; CVE-2016-7055]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-10009 CVE-2016-10010 CVE-2016-10011

OpenSSH : cinq vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSH.
Produits concernés : Mac OS X, Blue Coat CAS, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP-UX, AIX, Copssh, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, McAfee Email Gateway, Data ONTAP, OpenSSH, openSUSE Leap, Solaris, pfSense, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, lecture de données.
Provenance : client intranet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 19/12/2016.
Références : 1009, 1010, bulletinapr2017, CVE-2016-10009, CVE-2016-10010, CVE-2016-10011, CVE-2016-10012, DLA-1500-1, DLA-1500-2, FEDORA-2017-4767e2991d, FreeBSD-SA-17:01.openssh, HPESBUX03818, HT207615, JSA10880, K24324390, K31440025, K62201745, K64292204, NTAP-20171130-0002, openSUSE-SU-2017:0344-1, openSUSE-SU-2017:0674-1, pfSense-SA-17_03.webgui, RHSA-2017:2029-01, SA144, SSA-181018, SSA:2016-358-02, SUSE-SU-2018:2275-1, SUSE-SU-2018:2685-1, SUSE-SU-2018:3540-1, USN-3538-1, VIGILANCE-VUL-21419.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSH.

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité via ssh-agent, afin d'élever ses privilèges. [grav:2/4; CVE-2016-10009]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité via Unix Domain Sockets, afin d'élever ses privilèges. [grav:2/4; CVE-2016-10010]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité via Privilege-separated Child realloc(), afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:1/4; CVE-2016-10011]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow via Pre-authentication Compression, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-10012]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité via AllowUser/DenyUsers Address Ranges, afin d'élever ses privilèges. [grav:2/4]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-7053 CVE-2016-7054 CVE-2016-7055

OpenSSL 1.1 : trois vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL 1.1.
Produits concernés : Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Wireless Controller, NetWorker, VNX Operating Environment, VNX Series, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiOS, IRAD, Tivoli Storage Manager, Copssh, Junos OS, Juniper Network Connect, NSM Central Manager, NSMXpress, SRX-Series, MySQL Community, MySQL Enterprise, Data ONTAP, OpenSSL, openSUSE Leap, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, Percona Server, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 10/11/2016.
Date révision : 13/12/2016.
Références : 2004036, 2004940, 2011567, 492284, 492616, bulletinapr2017, CERTFR-2018-AVI-343, cisco-sa-20161114-openssl, cpujan2018, cpujul2017, CVE-2016-7053, CVE-2016-7054, CVE-2016-7055, ESA-2016-148, ESA-2016-149, FG-IR-17-019, JSA10775, NTAP-20170127-0001, NTAP-20170310-0002, NTAP-20180201-0001, openSUSE-SU-2017:0527-1, openSUSE-SU-2017:0941-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, SA40423, VIGILANCE-VUL-21093.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL 1.1.

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow via ChaCha20/Poly1305, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-7054]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL via CMS Structures, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-7053]

Une erreur se produit dans la Broadwell-specific Montgomery Multiplication Procedure, mais sans impact apparent. [grav:1/4; CVE-2016-7055]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2016-7052

OpenSSL 1.0.2i : déréférencement de pointeur NULL via CRL

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL via une CRL sur une application liée à OpenSSL 1.0.2i, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Fedora, FreeBSD, hMailServer, HP Switch, AIX, DB2 UDB, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, Copssh, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, ePO, Meinberg NTP Server, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, Base SAS Software, Shibboleth SP, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, WindRiver Linux.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 26/09/2016.
Références : 1996096, 2000095, 2000209, 2003480, 2003620, 2003673, 2008828, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-7052, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FreeBSD-SA-16:27.openssl, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2496-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, SA132, SB10171, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-270-01, SUSE-SU-2016:2470-1, SUSE-SU-2016:2470-2, TNS-2016-16, VIGILANCE-VUL-20701.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSL version 1.0.2i a corrigé un bug dans la gestion des CRL.

Cependant, ce correctif ne vérifie pas si un pointeur est NULL, avant de l'utiliser.

Un attaquant peut donc forcer le déréférencement d'un pointeur NULL via une CRL sur une application liée à OpenSSL 1.0.2i, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2016-6302 CVE-2016-6303 CVE-2016-6304

OpenSSL : sept vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : SDS, SES, SNS, Mac OS X, Arkoon FAST360, Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, DB2 UDB, IRAD, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Copssh, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, MariaDB ~ précis, McAfee Email Gateway, ePO, MySQL Community, MySQL Enterprise, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, VirtualBox, WebLogic, Oracle Web Tier, Percona Server, XtraDB Cluster, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Grid Manager, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WindRiver Linux, VxWorks.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 22/09/2016.
Références : 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992681, 1993777, 1996096, 1999395, 1999421, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 2000095, 2000209, 2000544, 2002870, 2003480, 2003620, 2003673, 2008828, bulletinapr2017, bulletinjul2016, bulletinoct2016, CERTFR-2016-AVI-320, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpuapr2018, cpujan2017, cpujan2018, cpujul2017, cpuoct2017, CVE-2016-6302, CVE-2016-6303, CVE-2016-6304, CVE-2016-6305, CVE-2016-6306, CVE-2016-6307, CVE-2016-6308, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-16-050, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03856, HT207423, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2496-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, RHSA-2016:2802-01, RHSA-2017:1548-01, RHSA-2017:1549-01, RHSA-2017:1550-01, RHSA-2017:1551-01, RHSA-2017:1552-01, RHSA-2017:1658-01, RHSA-2017:1659-01, RHSA-2017:2493-01, RHSA-2017:2494-01, SA132, SA40312, SB10171, SB10215, SOL54211024, SOL90492697, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, STORM-2016-005, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, SUSE-SU-2016:2470-1, SUSE-SU-2016:2470-2, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, VIGILANCE-VUL-20678.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut provoquer une surconsommation de mémoire via une requête OCSP, afin de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-6304]

Un attaquant peut provoquer un blocage de processus dans SSL_peek, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-6305]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow via MDC2_Update, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:1/4; CVE-2016-6303]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow en lecture seule, afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2016-6302]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow en lecture seule via le décodage d'un certificat X.509, afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2016-6306]

Un attaquant peut provoquer une allocation excessive de mémoire pour des blocs TLS. [grav:1/4; CVE-2016-6307]

Un attaquant peut provoquer une allocation excessive de mémoire pour des blocs DTLS. [grav:1/4; CVE-2016-6308]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité 20281

OpenSSH : deux vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSH.
Produits concernés : Copssh, OpenSSH.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : LAN.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 02/08/2016.
Références : VIGILANCE-VUL-20281.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSH.

Une vulnérabilité inconnue a été annoncée via CBC Padding Oracle Countermeasures. [grav:1/4]

Une vulnérabilité inconnue a été annoncée via Encrypt-then-MAC. [grav:1/4]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-6515

OpenSSH : déni de service via crypt

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer un mot de passe long, qui est haché par crypt() via OpenSSH, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Brocade vTM, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, AIX, IBM System x Server, Copssh, Junos Space, McAfee Email Gateway, Data ONTAP, OpenSSH, openSUSE Leap, RHEL, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 01/08/2016.
Références : BSA-2016-204, BSA-2016-207, BSA-2016-210, BSA-2016-211, BSA-2016-212, BSA-2016-213, BSA-2016-216, BSA-2017-247, CERTFR-2017-AVI-012, CVE-2016-6515, DLA-1500-1, DLA-1500-2, DLA-594-1, FEDORA-2016-4a3debc3a6, FreeBSD-SA-17:06.openssh, JSA10770, K31510510, MIGR-5099595, MIGR-5099597, NTAP-20171130-0003, openSUSE-SU-2016:2339-1, RHSA-2017:2029-01, SA136, SOL31510510, SSA-181018, USN-3061-1, VIGILANCE-VUL-20279.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSH utilise la fonction crypt() pour hacher les mots de passes soumis par les utilisateurs.

Cependant, si le mot de passe envoyé est très long, la fonction crypt() consomme de nombreuses ressources.

Un attaquant peut donc envoyer un mot de passe long, qui est haché par crypt() via OpenSSH, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-6210

OpenSSH : détection d'utilisateur via BLOWFISH

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer un mot de passe très long sur OpenSSH, afin de détecter si un nom de login est valide.
Produits concernés : ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, AIX, Copssh, OpenSSH, openSUSE Leap, Solaris, RHEL, Slackware, Ubuntu.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Confiance : confirmé par l'éditeur (5/5).
Date création : 18/07/2016.
Références : bulletinoct2016, CERTFR-2016-AVI-279, CVE-2016-6210, DLA-578-1, DSA-3626-1, FEDORA-2016-16e8d38f57, FEDORA-2016-341c83dbd3, FEDORA-2016-7440fa5ce2, K14845276, openSUSE-SU-2016:2339-1, RHSA-2017:2029-01, RHSA-2017:2563-01, SA136, SSA:2016-219-03, USN-3061-1, VIGILANCE-VUL-20133.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSH utilise une contre-mesure, afin que les tentatives d'authentification avec un login invalide durent aussi longtemps qu'une authentification normale. Pour cela, une fausse entrée de mot de passe est créée, avec un haché basé sur l'algorithme BLOWFISH.

Cependant, BLOWFISH est plus rapide que SHA256/SHA512 utilisé couramment. Plus le mot de passe à hacher est long, plus cette différence de temps est mesurable.

Un attaquant peut donc employer un mot de passe très long sur OpenSSH, afin de détecter si un nom de login est valide.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur ITeFix Copssh :