L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de Juniper Junos Space Network Activate

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2016-2180

OpenSSL : lecture de mémoire hors plage prévue via TS_OBJ_print_bio

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide via TS_OBJ_print_bio() de OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Date création : 02/08/2016.
Références : 1359615, 1996096, 2000095, 2003480, 2003620, 2003673, bulletinapr2017, bulletinjul2016, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2180, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, SA132, SA40312, SB10215, SOL02652550, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2469-1, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, VIGILANCE-VUL-20286.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSL implémente la RFC 3161 (Public Key Infrastructure Time-Stamp Protocol).

Cependant, la fonction TS_OBJ_print_bio() cherche à lire une zone mémoire située hors de la plage prévue, ce qui provoque une erreur fatale, ou permet de lire un fragment de la mémoire du processus.

Un attaquant peut donc forcer la lecture à une adresse invalide via TS_OBJ_print_bio() de OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-6515

OpenSSH : déni de service via crypt

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer un mot de passe long, qui est haché par crypt() via OpenSSH, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Brocade vTM, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, AIX, IBM System x Server, Junos Space, McAfee Email Gateway, Data ONTAP, OpenSSH, openSUSE Leap, RHEL, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service.
Provenance : client internet.
Date création : 01/08/2016.
Références : BSA-2016-204, BSA-2016-207, BSA-2016-210, BSA-2016-211, BSA-2016-212, BSA-2016-213, BSA-2016-216, BSA-2017-247, CERTFR-2017-AVI-012, CVE-2016-6515, DLA-1500-1, DLA-1500-2, DLA-594-1, FEDORA-2016-4a3debc3a6, FreeBSD-SA-17:06.openssh, JSA10770, K31510510, MIGR-5099595, MIGR-5099597, NTAP-20171130-0003, openSUSE-SU-2016:2339-1, RHSA-2017:2029-01, SA136, SOL31510510, SSA-181018, USN-3061-1, VIGILANCE-VUL-20279.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSH utilise la fonction crypt() pour hacher les mots de passes soumis par les utilisateurs.

Cependant, si le mot de passe envoyé est très long, la fonction crypt() consomme de nombreuses ressources.

Un attaquant peut donc envoyer un mot de passe long, qui est haché par crypt() via OpenSSH, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2015-5220 CVE-2016-3737

Red Hat JBoss Operations Network : deux vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de Red Hat JBoss Operations Network.
Produits concernés : Junos Space.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service.
Provenance : client intranet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 28/07/2016.
Références : CVE-2015-5220, CVE-2016-3737, JSA10838, RHSA-2016:1519-01, VIGILANCE-VUL-20239.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Red Hat JBoss Operations Network.

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans Web Console, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-5220]

Un attaquant peut envoyer des données sérialisées via JON, afin d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2016-3737]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-1000104 CVE-2016-1000105 CVE-2016-1000107

Serveurs web : création de requêtes client via l'entête Proxy

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer une requête avec un entête Proxy malveillant vers un service web hébergeant un script CGI créant des requêtes client web, pour que ces dernières passent par le proxy de l'attaquant.
Produits concernés : Apache httpd, Tomcat, Mac OS X, Debian, Drupal Core, eZ Publish, Fedora, HP-UX, QRadar SIEM, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, lighttpd, IIS, nginx, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Perl Module ~ non exhaustif, PHP, Python, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Synology DS***, Synology RS***, TrendMicro ServerProtect, TYPO3 Core, Ubuntu, Varnish.
Gravité : 3/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 12.
Date création : 18/07/2016.
Références : 1117414, 1994719, 1994725, 1999671, APPLE-SA-2017-09-25-1, bulletinjul2017, bulletinoct2016, c05324759, CERTFR-2016-AVI-240, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, cpujan2018, CVE-2016-1000104, CVE-2016-1000105, CVE-2016-1000107, CVE-2016-1000108, CVE-2016-1000109, CVE-2016-1000110, CVE-2016-1000111, CVE-2016-1000212, CVE-2016-5385, CVE-2016-5386, CVE-2016-5387, CVE-2016-5388, DLA-553-1, DLA-568-1, DLA-583-1, DLA-749-1, DRUPAL-SA-CORE-2016-003, DSA-3623-1, DSA-3631-1, DSA-3642-1, EZSA-2016-001, FEDORA-2016-07e9059072, FEDORA-2016-2c324d0670, FEDORA-2016-340e361b90, FEDORA-2016-4094bd4ad6, FEDORA-2016-4e7db3d437, FEDORA-2016-604616dc33, FEDORA-2016-683d0b257b, FEDORA-2016-970edb82d4, FEDORA-2016-9c8cf5912c, FEDORA-2016-9de7253cc7, FEDORA-2016-9fd814a7f2, FEDORA-2016-9fd9bfab9e, FEDORA-2016-a29c65b00f, FEDORA-2016-aef8a45afe, FEDORA-2016-c1b01b9278, FEDORA-2016-df0726ae26, FEDORA-2016-e2c8f5f95a, FEDORA-2016-ea5e284d34, HPSBUX03665, HT207615, HT208144, HT208221, httpoxy, JSA10770, JSA10774, openSUSE-SU-2016:1824-1, openSUSE-SU-2016:2054-1, openSUSE-SU-2016:2055-1, openSUSE-SU-2016:2115-1, openSUSE-SU-2016:2120-1, openSUSE-SU-2016:2252-1, openSUSE-SU-2016:2536-1, openSUSE-SU-2016:3092-1, openSUSE-SU-2016:3157-1, openSUSE-SU-2017:0223-1, RHSA-2016:1420-01, RHSA-2016:1421-01, RHSA-2016:1422-01, RHSA-2016:1538-01, RHSA-2016:1609-01, RHSA-2016:1610-01, RHSA-2016:1611-01, RHSA-2016:1612-01, RHSA-2016:1613-01, RHSA-2016:1624-01, RHSA-2016:1626-01, RHSA-2016:1627-01, RHSA-2016:1628-01, RHSA-2016:1629-01, RHSA-2016:1630-01, RHSA-2016:1635-01, RHSA-2016:1636-01, RHSA-2016:1648-01, RHSA-2016:1649-01, RHSA-2016:1650-01, RHSA-2016:1978-01, RHSA-2016:2045-01, RHSA-2016:2046-01, SSA:2016-203-02, SSA:2016-358-01, SSA:2016-363-01, SUSE-SU-2017:1632-1, SUSE-SU-2017:1660-1, SUSE-SU-2019:0223-1, USN-3038-1, USN-3045-1, USN-3134-1, USN-3177-1, USN-3177-2, USN-3585-1, VIGILANCE-VUL-20143, VU#797896.

Description de la vulnérabilité

La majorité des serveurs web supportent les scripts CGI (PHP, Python, etc.).

D'après la RFC 3875, lorsqu'un serveur web reçoit un entête Proxy, il doit créer la variable d'environnement HTTP_PROXY pour les scripts CGI.

Cependant, cette variable est aussi utilisée pour stocker le nom du proxy que les clients web doivent utiliser. Les scripts PHP (via Guzzle, Artax, etc.) ou Python vont alors utiliser le proxy indiqué dans la requête web pour toutes les requêtes clients qu'ils vont émettre dans la session CGI.

Un attaquant peut donc envoyer une requête avec un entête Proxy malveillant vers un service web hébergeant un script CGI créant des requêtes client web, pour que ces dernières passent par le proxy de l'attaquant.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2016-2141

JGroups : insertion non autorisée dans un groupe

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut s'inscrire dans un groupe de communication protégé géré avec JGroups, afin d'avoir accès aux communications sensibles.
Produits concernés : JGroups, Junos Space, JBoss EAP par Red Hat.
Gravité : 4/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données, transit de données.
Provenance : client intranet.
Date création : 24/06/2016.
Références : CVE-2016-2141, JSA10838, RHSA-2016:1328-01, RHSA-2016:1329-01, RHSA-2016:1330-01, RHSA-2016:1331-01, RHSA-2016:1332-01, RHSA-2016:1333-01, RHSA-2016:1334-01, RHSA-2016:1345-01, RHSA-2016:1346-01, RHSA-2016:1347-01, RHSA-2016:1374-01, RHSA-2016:1389-01, RHSA-2016:1432-01, RHSA-2016:1433-01, RHSA-2016:1434-01, RHSA-2016:1435-01, RHSA-2016:2035-01, VIGILANCE-VUL-19966.

Description de la vulnérabilité

Le produit JGroups gère des communications de groupe avec protection cryptographique éventuelle.

Cependant, la vérification de la preuve d'identité est incomplète et la gestion des clés de chiffrement est incorrecte. Un attaquant non autorisé peut recevoir les clés de chiffrement et joindre le groupe en réception et en émission.

Un attaquant peut donc s'inscrire dans un groupe de communication protégé géré avec JGroups, afin d'avoir accès aux communications sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2016-2177

OpenSSL : lecture de mémoire hors plage prévue

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer un accès mémoire à une adresse invalide dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, DB2 UDB, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, ePO, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du serveur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Date création : 09/06/2016.
Références : 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1996096, 1999395, 1999421, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 1999724, 2000095, 2000209, 2000544, 2001805, 2002770, 2002870, 2003480, 2003620, 2003673, 2008828, bulletinapr2016, bulletinapr2017, bulletinjul2016, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2177, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03763, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, RHSA-2017:1548-01, RHSA-2017:1549-01, RHSA-2017:1550-01, RHSA-2017:1551-01, RHSA-2017:1552-01, RHSA-2017:1658-01, RHSA-2017:1659-01, SA132, SA40312, SB10165, SB10215, SOL23873366, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, USN-3181-1, VIGILANCE-VUL-19855.

Description de la vulnérabilité

Le code source de OpenSSL contient de nombreuses boucles où un pointeur parcourt un tampon.

La définition du langage C autorise un pointeur à désigner le mot suivant la fin du tampon mais l'effet d'un accès au mot suivant est indéfini. Plusieurs tests sont écrits sous la forme "pointeur + longueur courante des données > pointeur de fin", alors que ces 2 expressions ne sont pas toujours définies selon les règles de C. De plus, un test avec ">=" serait parfois préférable. Un attaquant qui maitrise les allocations dynamiques de mémoire peut ainsi provoquer des erreurs d'évaluation de la condition de fin de boucle et éventuellement provoquer un accès mémoire invalide.

Un attaquant peut donc forcer un accès mémoire à une adresse invalide dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2016-2178

OpenSSL : signature DSA en temps non constant

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut chronométrer un processus en cours de signature DSA avec OpenSSL, afin de potentiellement obtenir des informations sur la clé secrète.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, IRAD, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : document.
Date création : 07/06/2016.
Date révision : 08/06/2016.
Références : 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992681, 1993777, 1996096, 1999395, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 1999724, 2000095, 2000544, 2003480, 2003620, 2003673, bulletinapr2016, bulletinapr2017, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2178, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2496-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, RHSA-2017:1548-01, RHSA-2017:1549-01, RHSA-2017:1550-01, RHSA-2017:1551-01, RHSA-2017:1552-01, RHSA-2017:1658-01, RHSA-2017:1659-01, SA132, SA40312, SB10215, SOL53084033, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, SUSE-SU-2016:2470-1, SUSE-SU-2016:2470-2, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, VIGILANCE-VUL-19820.

Description de la vulnérabilité

OpenSSL contient une mise en œuvre de l'algorithme de signature DSA.

Le drapeau BN_FLG_CONSTTIME demande à ce que cette opération soit effectuée en temps constant, afin de contrer les attaques par observation de processus. Cependant, la fonction dsa_sign_setup() du fichier src/crypto/dsa/dsa_ossl.c n'initialise pas correctement le drapeau BN_FLG_CONSTTIME.

Un attaquant peut donc chronométrer un processus en cours de signature DSA avec OpenSSL, afin de potentiellement obtenir des informations sur la clé secrète.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2016-1834 CVE-2016-1835 CVE-2016-1836

libxml2 : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de libxml2.
Produits concernés : iOS par Apple, iPhone, Mac OS X, Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxyRA, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Web Gateway, openSUSE, openSUSE Leap, RHEL, SLES, Nessus, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 5.
Date création : 03/06/2016.
Références : CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, CVE-2016-1834, CVE-2016-1835, CVE-2016-1836, CVE-2016-1837, CVE-2016-1840, DLA-503-1, DSA-3593-1, FEDORA-2017-a3a47973eb, FEDORA-2017-be8574d593, HT206567, HT206568, HT206902, HT206903, JSA10770, JSA10774, K14614344, K16712298, K48220300, openSUSE-SU-2016:1594-1, openSUSE-SU-2016:1595-1, RHSA-2016:1292-01, SA129, SB10170, SUSE-SU-2016:1538-1, SUSE-SU-2016:1604-1, TNS-2017-03, USN-2994-1, VIGILANCE-VUL-19787.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans libxml2.

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2016-1834]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2016-1835]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2016-1836]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2016-1837]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2016-1840]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2016-1762

libxml2 : corruption de mémoire

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire de libxml2, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Produits concernés : iOS par Apple, iPhone, Mac OS X, Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxyRA, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, Junos Space, McAfee Web Gateway, openSUSE, openSUSE Leap, RHEL, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Date création : 03/06/2016.
Références : CERTFR-2017-AVI-012, CVE-2016-1762, DLA-503-1, DSA-3593-1, FEDORA-2017-a3a47973eb, FEDORA-2017-be8574d593, HT206567, HT206568, JSA10770, K14338030, openSUSE-SU-2016:1594-1, openSUSE-SU-2016:1595-1, RHSA-2016:1292-01, SA129, SB10170, SUSE-SU-2016:1538-1, SUSE-SU-2016:1604-1, USN-2994-1, VIGILANCE-VUL-19786.

Description de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire de libxml2, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2016-4447 CVE-2016-4448 CVE-2016-4449

libxml2 : trois vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de libxml2.
Produits concernés : iOS par Apple, iPhone, Mac OS X, Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxyRA, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, Junos OS, Junos Space, libxml, McAfee Web Gateway, openSUSE Leap, Oracle Communications, RHEL, Slackware, Splunk Enterprise, SLES, Nessus, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, lecture de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 3.
Date création : 25/05/2016.
Références : 1989337, 1991909, 1991910, 1991911, 1991913, 1991997, CERTFR-2017-AVI-012, cpujan2018, CVE-2016-4447, CVE-2016-4448, CVE-2016-4449, DLA-503-1, DSA-3593-1, FEDORA-2017-a3a47973eb, FEDORA-2017-be8574d593, HT206902, HT206903, JSA10770, JSA10916, K24322529, K41103561, openSUSE-SU-2016:1595-1, RHSA-2016:1292-01, SA129, SB10170, SOL41103561, SPL-119440, SPL-121159, SPL-123095, SSA:2016-148-01, SUSE-SU-2016:1538-1, SUSE-SU-2016:1604-1, TNS-2017-03, USN-2994-1, USN-3235-1, VIGILANCE-VUL-19694.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans libxml2.

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide via xmlParseName, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles. [grav:1/4; CVE-2016-4447]

Un attaquant peut provoquer une attaque par format, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-4448]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire via Entities Content, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-4449]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur Juniper Junos Space Network Activate :