L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de PAN-OS

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-7973 CVE-2015-7974 CVE-2015-7975

NTP.org : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de NTP.org.
Produits concernés : SNS, Blue Coat CAS, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ACE, ASA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, AIX, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Meinberg NTP Server, NTP.org, openSUSE, openSUSE Leap, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Date création : 21/01/2016.
Références : BSA-2016-005, BSA-2016-006, CERTFR-2016-AVI-045, cisco-sa-20160127-ntpd, CVE-2015-7973, CVE-2015-7974, CVE-2015-7975, CVE-2015-7976, CVE-2015-7977, CVE-2015-7978, CVE-2015-7979, CVE-2015-8138, CVE-2015-8139, CVE-2015-8140, CVE-2015-8158, DLA-559-1, DSA-3629-1, FEDORA-2016-34bc10a2c8, FEDORA-2016-89e0874533, FEDORA-2016-8bb1932088, FEDORA-2016-c3bd6a3496, FreeBSD-SA-16:09.ntp, HPESBHF03750, JSA10776, JSA10796, K00329831, K01324833, K06288381, openSUSE-SU-2016:1292-1, openSUSE-SU-2016:1329-1, openSUSE-SU-2016:1423-1, PAN-SA-2016-0019, RHSA-2016:0063-01, RHSA-2016:0780-01, RHSA-2016:1552-01, RHSA-2016:2583-02, SA113, SOL00329831, SOL01324833, SOL05046514, SOL06288381, SOL13304944, SOL21230183, SOL32790144, SOL71245322, SOL74363721, SSA:2016-054-04, STORM-2016-003, STORM-2016-004, SUSE-SU-2016:1175-1, SUSE-SU-2016:1177-1, SUSE-SU-2016:1247-1, SUSE-SU-2016:1278-1, SUSE-SU-2016:1291-1, SUSE-SU-2016:1311-1, SUSE-SU-2016:1471-1, SUSE-SU-2016:1912-1, SUSE-SU-2016:2094-1, USN-3096-1, VIGILANCE-VUL-18787.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans NTP.org.

Un attaquant peut provoquer une boucle infinie dans ntpq, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-8158]

La valeur Zero Origin Timestamp n'est pas correctement vérifiée. [grav:2/4; CVE-2015-8138]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans Authenticated Broadcast Mode, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7979]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans Recursive Traversal, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7978]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans reslist, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7977]

Un attaquant peut utiliser un nom de fichier contenant des caractères spéciaux dans la commande "ntpq saveconfig". [grav:2/4; CVE-2015-7976]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans nextvar(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2015-7975]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité dans Skeleton Key, afin d'élever ses privilèges. [grav:2/4; CVE-2015-7974]

Un attaquant peut utiliser une attaque de type rejeu contre Deja Vu. [grav:2/4; CVE-2015-7973]

Un attaquant peut utiliser une attaque de type rejeu contre ntpq. [grav:2/4; CVE-2015-8140]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité dans ntpq et ntpdc, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:2/4; CVE-2015-8139]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-0777 CVE-2016-0778

OpenSSH : obtention de clé via Roaming

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant disposant d'un serveur SSH malveillant peut inviter un client à s'y connecter avec OpenSSH, puis appeler la fonctionnalité Roaming, afin d'obtenir des informations sensibles sur les clés utilisées par le client SSH.
Produits concernés : DCFM Enterprise, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, Fedora, FreeBSD, AIX, WebSphere MQ, Copssh, Juniper J-Series, Junos OS, NSM Central Manager, NSMXpress, Meinberg NTP Server, Data ONTAP, OpenBSD, OpenSSH, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Symfony, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, WindRiver Linux.
Gravité : 3/4.
Date création : 14/01/2016.
Date révision : 14/01/2016.
Références : 046062, 7043086, 9010059, BSA-2016-002, bulletinoct2015, CERTFR-2016-AVI-022, CERTFR-2016-AVI-128, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, CVE-2016-0777, CVE-2016-0778, DSA-3446-1, FEDORA-2016-2e89eba0c1, FEDORA-2016-4556904561, FEDORA-2016-67c6ef0d4f, FEDORA-2016-c330264861, FreeBSD-SA-16:07.openssh, JSA10734, JSA10774, NTAP-20160126-0001, openSUSE-SU-2016:0127-1, openSUSE-SU-2016:0128-1, openSUSE-SU-2016:0144-1, openSUSE-SU-2016:0145-1, PAN-SA-2016-0011, RHSA-2016:0043-01, SSA:2016-014-01, SUSE-SU-2016:0117-1, SUSE-SU-2016:0118-1, SUSE-SU-2016:0119-1, SUSE-SU-2016:0120-1, USN-2869-1, VIGILANCE-VUL-18729, VN-2016-001, VU#456088.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSH implémente un client et un serveur SSH.

Le client SSH contient une fonctionnalité expérimentale (non documentée) nommée Roaming, qui est implémentée dans le fichier roaming_client.c. Cette fonctionnalité est activée par défaut, et permet de redémarrer une ancienne session. Elle est impactée par deux vulnérabilités.

La fonctionnalité de Roaming permet à un serveur SSH de lire le contenu de la mémoire du client SSH, pour obtenir ses clés. [grav:3/4; CVE-2016-0777]

La fonctionnalité de Roaming permet à un serveur SSH de provoquer un débordement et une fuite de descripteur dans le client SSH, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-0778]

Un attaquant disposant d'un serveur SSH malveillant peut donc inviter un client à s'y connecter avec OpenSSH, puis appeler la fonctionnalité Roaming, afin d'obtenir des informations sensibles sur les clés utilisées par le client SSH.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2015-1794

OpenSSL : déni de service via ServerKeyExchange

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer un message ServerKeyExchange malveillant vers un client compilé avec OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : Tomcat, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, ASA, AsyncOS, Cisco Content SMA, Cisco ESA, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, HP Switch, IRAD, Tivoli Storage Manager, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, Data ONTAP, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Puppet, Slackware, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Date création : 04/12/2015.
Références : 1972951, 2003480, 2003620, 2003673, 9010051, c05398322, cisco-sa-20151204-openssl, CVE-2015-1794, HPESBHF03709, JSA10759, NTAP-20151207-0001, openSUSE-SU-2016:0637-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, SSA:2015-349-04, USN-2830-1, VIGILANCE-VUL-18443.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque OpenSSL implémente TLS avec l'algorithme DH anonyme.

Cependant, si le serveur TLS envoie un message ServerKeyExchange avec un paramètre p nul, une erreur fatale se produit dans le client lié à OpenSSL.

Un attaquant peut donc envoyer un message ServerKeyExchange malveillant vers un client compilé avec OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2015-3195

OpenSSL : obtention d'information via X509_ATTRIBUTE

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut lire un fragment de la mémoire via X509_ATTRIBUTE de OpenSSL manipulant des données PKCS#7 ou CMS, afin d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Tomcat, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, ASA, AsyncOS, Cisco Content SMA, Cisco ESA, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiClient, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, HP Switch, AIX, IRAD, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, IVE OS, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, MAG Series par Juniper, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SA, Juniper SBR, MariaDB ~ précis, McAfee Email Gateway, MySQL Enterprise, Data ONTAP, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, pfSense, Pulse Connect Secure, MAG Series par Pulse Secure, Pulse Secure SBR, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, Slackware, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Date création : 03/12/2015.
Références : 1972951, 1976113, 1976148, 1985739, 2003480, 2003620, 2003673, 9010051, BSA-2016-006, bulletinjan2016, c05398322, CERTFR-2015-AVI-517, CERTFR-2016-AVI-128, cisco-sa-20151204-openssl, cpuapr2017, cpuoct2016, cpuoct2017, CVE-2015-3195, DSA-3413-1, FEDORA-2015-605de37b7f, FEDORA-2015-d87d60b9a9, FreeBSD-SA-15:26.openssl, HPESBHF03709, JSA10733, JSA10759, NTAP-20151207-0001, openSUSE-SU-2015:2288-1, openSUSE-SU-2015:2289-1, openSUSE-SU-2015:2318-1, openSUSE-SU-2015:2349-1, openSUSE-SU-2016:0637-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, openSUSE-SU-2016:1327-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, RHSA-2015:2616-01, RHSA-2015:2617-01, RHSA-2016:2054-01, RHSA-2016:2055-01, RHSA-2016:2056-01, SA105, SA40100, SB10203, SOL12824341, SOL30714460, SOL55540723, SOL86772626, SSA:2015-349-04, SUSE-SU-2016:0678-1, USN-2830-1, VIGILANCE-VUL-18436.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque OpenSSL supporte les formats PKCS#7 et CMS.

Cependant, si une structure X509_ATTRIBUTE est malformée, OpenSSL n'initialise pas une zone mémoire avant de la retourner à l'utilisateur lisant les données PKCS#7 ou CMS.

On peut noter que SSL/TLS n'est pas affecté.

Un attaquant peut donc lire un fragment de la mémoire via X509_ATTRIBUTE de OpenSSL manipulant des données PKCS#7 ou CMS, afin d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité 18273

PAN-OS : validité prolongée de clé API

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, connaissant une ancienne clé d'API, peut utiliser l'API de PAN-OS, afin d'effectuer des opérations privilégiées.
Produits concernés : Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS.
Gravité : 2/4.
Date création : 10/11/2015.
Date révision : 13/11/2015.
Références : PAN-SA-2015-0006, VIGILANCE-VUL-18273.

Description de la vulnérabilité

Le produit PAN-OS nécessite une clé pour accéder à l'API.

Cette clé est changée lorsque l'administrateur change le mot de passe. Cependant, l'ancienne clé reste valide jusqu'au reboot.

Un attaquant, connaissant une ancienne clé d'API, peut donc utiliser l'API de PAN-OS, afin d'effectuer des opérations privilégiées.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité 17503

PAN-OS : contournement de l'authentification LDAP

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut contourner l'authentification LDAP de PAN-OS, afin d'élever ses privilèges.
Produits concernés : Palo Alto Firewall PA***, Panorama par Palo Alto, PAN-OS.
Gravité : 3/4.
Date création : 27/07/2015.
Références : PAN-SA-2015-0005, VIGILANCE-VUL-17503.

Description de la vulnérabilité

Le produit PAN-OS peut utiliser une authentification locale, basée sur LDAP ou sur RADIUS.

Cependant, lorsque PAN-OS emploie LDAP, un attaquant peut contourner l'authentification. Les détails techniques ne sont pas connus.

Un attaquant peut donc contourner l'authentification LDAP de PAN-OS, afin d'élever ses privilèges.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2015-5364 CVE-2015-5366

Noyau Linux : déni de service via UDP

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer un flot de paquet UDP avec une somme de contrôle incorrecte vers une machine Linux, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Android OS, Junos Space, Linux, openSUSE, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 1/4.
Date création : 01/07/2015.
Références : CERTFR-2015-AVI-311, CERTFR-2015-AVI-318, CERTFR-2015-AVI-331, CERTFR-2015-AVI-352, CERTFR-2015-AVI-357, CERTFR-2015-AVI-391, CERTFR-2017-AVI-012, CVE-2015-5364, CVE-2015-5366, DSA-3313-1, DSA-3329-1, JSA10770, K17307, K17309, openSUSE-SU-2015:1382-1, openSUSE-SU-2016:0301-1, PAN-SA-2016-0025, RHSA-2015:1623-01, RHSA-2015:1778-01, RHSA-2015:1787-01, RHSA-2015:1788-01, RHSA-2016:0045-01, RHSA-2016:1096-01, RHSA-2016:1100-01, RHSA-2016:1225-01, SOL17307, SOL17309, SUSE-SU-2015:1224-1, SUSE-SU-2015:1324-1, SUSE-SU-2015:1478-1, SUSE-SU-2015:1592-1, SUSE-SU-2015:1611-1, USN-2678-1, USN-2680-1, USN-2681-1, USN-2682-1, USN-2683-1, USN-2684-1, USN-2685-1, USN-2713-1, USN-2714-1, VIGILANCE-VUL-17284.

Description de la vulnérabilité

Les paquets UDP ont un champ somme de contrôle, pour vérifier l'intégrité des paquets.

Cependant, la vérification de cette somme se fait un peu tard dans le traitement des paquets, de sorte que sous une forte charge entrante, le noyau passe beaucoup de temps à gérer les files de paquets et plus généralement les structures du noyau, ce qui bloque l'exécution des processus utilisateur.

Un attaquant peut donc envoyer un flot de paquet UDP avec une somme de contrôle incorrecte vers une machine Linux, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2014-8176

OpenSSL : utilisation de mémoire libérée via DTLS

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée via DTLS dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Produits concernés : ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, IronPort Encryption, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Unity ~ précis, Cisco WSA, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, HP Switch, AIX, IRAD, McAfee Email and Web Security, McAfee Email Gateway, Data ONTAP, Snap Creator Framework, SnapManager, NetBSD, OpenSSL, openSUSE, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, pfSense, RHEL, stunnel, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Date création : 12/06/2015.
Références : 1961569, 9010038, 9010039, BSA-2015-006, c05184351, CERTFR-2015-AVI-257, cisco-sa-20150612-openssl, CVE-2014-8176, DSA-3287-1, HPSBHF03613, NetBSD-SA2015-008, NTAP-20150616-0001, openSUSE-SU-2015:1277-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, RHSA-2015:1115-01, SA98, SB10122, SOL16920, USN-2639-1, VIGILANCE-VUL-17118.

Description de la vulnérabilité

Le protocole DTLS (Datagram Transport Layer Security), basé sur TLS, fournit une couche cryptographique au-dessus du protocole UDP.

Cependant, si des données sont reçues entre les messages ChangeCipherSpec et Finished, OpenSSL libère une zone mémoire avant de la réutiliser.

Un attaquant peut donc provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée via DTLS dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-1788 CVE-2015-1789 CVE-2015-1790

OpenSSL : quatre vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, IronPort Encryption, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Unity ~ précis, Cisco WSA, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiClient, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, HP Operations, HP Switch, HP-UX, AIX, DB2 UDB, IRAD, Security Directory Server, SPSS Modeler, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Pulse, Juniper Network Connect, Juniper SBR, McAfee Email and Web Security, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, Snap Creator Framework, SnapManager, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, pfSense, Pulse Connect Secure, Puppet, RHEL, Slackware, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Date création : 12/06/2015.
Références : 1450666, 1610582, 1647054, 1961111, 1961569, 1964113, 1964766, 1966038, 1970103, 1972125, 9010038, 9010039, BSA-2015-006, bulletinjul2015, c04760669, c05184351, c05353965, CERTFR-2015-AVI-257, CERTFR-2015-AVI-431, CERTFR-2016-AVI-128, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150612-openssl, cpuapr2017, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-1788, CVE-2015-1789, CVE-2015-1790, CVE-2015-1792, DSA-3287-1, FEDORA-2015-10047, FEDORA-2015-10108, FreeBSD-SA-15:10.openssl, HPSBGN03678, HPSBHF03613, HPSBUX03388, JSA10694, JSA10733, NetBSD-SA2015-008, NTAP-20150616-0001, openSUSE-SU-2015:1139-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, openSUSE-SU-2015:2243-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, RHSA-2015:1115-01, RHSA-2015:1197-01, SA40002, SA98, SB10122, SOL16898, SOL16913, SOL16915, SOL16938, SSA:2015-162-01, SSRT102180, SUSE-SU-2015:1143-1, SUSE-SU-2015:1150-1, SUSE-SU-2015:1181-1, SUSE-SU-2015:1181-2, SUSE-SU-2015:1182-2, SUSE-SU-2015:1183-1, SUSE-SU-2015:1183-2, SUSE-SU-2015:1184-1, SUSE-SU-2015:1184-2, SUSE-SU-2015:1185-1, TNS-2015-07, TSB16728, USN-2639-1, VIGILANCE-VUL-17117.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut provoquer une boucle infinie via ECParameters, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-1788]

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide dans X509_cmp_time(), afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-1789]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL via EnvelopedContent, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-1790]

Un attaquant peut provoquer une boucle infinie via CMS signedData, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-1792]
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2015-1791

OpenSSL : utilisation de mémoire libérée via NewSessionTicket

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, disposant d'un serveur TLS malveillant, peut employer le message NewSessionTicket, pour provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée dans un client lié à OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Produits concernés : ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, IronPort Encryption, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Unity ~ précis, Cisco WSA, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiClient, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, HP Operations, HP Switch, HP-UX, AIX, IRAD, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Pulse, Juniper Network Connect, Juniper SBR, McAfee Email and Web Security, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, Snap Creator Framework, SnapManager, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, pfSense, Pulse Connect Secure, Puppet, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Date création : 04/06/2015.
Références : 1961569, 1964113, 1970103, 2003480, 2003620, 2003673, 9010038, 9010039, bulletinjul2015, c04760669, c05184351, c05353965, CERTFR-2015-AVI-431, CERTFR-2016-AVI-128, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150612-openssl, cpuapr2017, cpuoct2016, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-1791, DSA-3287-1, FEDORA-2015-10047, FEDORA-2015-10108, FreeBSD-SA-15:10.openssl, HPSBGN03678, HPSBHF03613, HPSBUX03388, JSA10694, JSA10733, NetBSD-SA2015-008, NTAP-20150616-0001, openSUSE-SU-2015:1139-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, RHSA-2015:1115-01, SA40002, SA98, SB10122, SOL16914, SSA:2015-162-01, SSRT102180, SUSE-SU-2015:1143-1, SUSE-SU-2015:1150-1, SUSE-SU-2015:1182-2, SUSE-SU-2015:1184-1, SUSE-SU-2015:1184-2, SUSE-SU-2015:1185-1, TSB16728, USN-2639-1, VIGILANCE-VUL-17062.

Description de la vulnérabilité

Le protocole TLS utilise les messages NewSessionTicket pour obtenir un nouveau ticket de session (RFC 5077).

La fonction ssl3_get_new_session_ticket() du fichier ssl/s3_clnt.c implémente NewSessionTicket dans un client OpenSSL. Cependant, si le client est multi-threadé, cette fonction libère une zone mémoire avant de la réutiliser.

Un attaquant, disposant d'un serveur TLS malveillant, peut donc employer le message NewSessionTicket, pour provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée dans un client lié à OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet.... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur PAN-OS :