L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de Prime Data Center Network Manager

annonce de vulnérabilité CVE-2015-1791

OpenSSL : utilisation de mémoire libérée via NewSessionTicket

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, disposant d'un serveur TLS malveillant, peut employer le message NewSessionTicket, pour provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée dans un client lié à OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Produits concernés : ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, IronPort Encryption, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Unity ~ précis, Cisco WSA, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiClient, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, HP Operations, HP Switch, HP-UX, AIX, IRAD, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Pulse, Juniper Network Connect, Juniper SBR, McAfee Email and Web Security, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, Snap Creator Framework, SnapManager, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, pfSense, Pulse Connect Secure, Puppet, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Date création : 04/06/2015.
Références : 1961569, 1964113, 1970103, 2003480, 2003620, 2003673, 9010038, 9010039, bulletinjul2015, c04760669, c05184351, c05353965, CERTFR-2015-AVI-431, CERTFR-2016-AVI-128, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150612-openssl, cpuapr2017, cpuoct2016, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-1791, DSA-3287-1, FEDORA-2015-10047, FEDORA-2015-10108, FreeBSD-SA-15:10.openssl, HPSBGN03678, HPSBHF03613, HPSBUX03388, JSA10694, JSA10733, NetBSD-SA2015-008, NTAP-20150616-0001, openSUSE-SU-2015:1139-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, RHSA-2015:1115-01, SA40002, SA98, SB10122, SOL16914, SSA:2015-162-01, SSRT102180, SUSE-SU-2015:1143-1, SUSE-SU-2015:1150-1, SUSE-SU-2015:1182-2, SUSE-SU-2015:1184-1, SUSE-SU-2015:1184-2, SUSE-SU-2015:1185-1, TSB16728, USN-2639-1, VIGILANCE-VUL-17062.

Description de la vulnérabilité

Le protocole TLS utilise les messages NewSessionTicket pour obtenir un nouveau ticket de session (RFC 5077).

La fonction ssl3_get_new_session_ticket() du fichier ssl/s3_clnt.c implémente NewSessionTicket dans un client OpenSSL. Cependant, si le client est multi-threadé, cette fonction libère une zone mémoire avant de la réutiliser.

Un attaquant, disposant d'un serveur TLS malveillant, peut donc employer le message NewSessionTicket, pour provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée dans un client lié à OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2015-0666

Cisco Prime Data Center Network Manager : traversée de répertoire

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut traverser les répertoires de Cisco Prime Data Center Network Manager, afin de lire un fichier situé hors de la racine du service.
Produits concernés : Cisco Prime DCNM.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Date création : 01/04/2015.
Références : CERTFR-2015-AVI-135, cisco-sa-20150401-dcnm, CSCul69819, CSCus00241, CVE-2015-0666, VIGILANCE-VUL-16518.

Description de la vulnérabilité

Le produit Cisco Prime Data Center Network Manager dispose d'un service web.

Cependant, les données provenant de l'utilisateur sont directement insérées dans un chemin d'accès. Les séquences comme "/.." permettent alors de remonter dans l'arborescence.

Un attaquant peut donc traverser les répertoires de Cisco Prime Data Center Network Manager, afin de lire un fichier situé hors de la racine du service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2015-0138 CVE-2015-0204

OpenSSL, LibReSSL, Mono, JSSE : affaiblissement du chiffrement TLS via FREAK

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Produits concernés : Arkoon FAST360, ArubaOS, Avaya Ethernet Routing Switch, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiClient, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, Chrome, HPE NNMi, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, ePO, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, Windows (plateforme) ~ non exhaustif, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, Java OpenJDK, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Java Oracle, Solaris, Tuxedo, WebLogic, pfSense, Puppet, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Sophos AV, Splunk Enterprise, Stonesoft NGFW/VPN, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : serveur internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 04/03/2015.
Date révision : 09/03/2015.
Références : 122007, 1450666, 1610582, 1647054, 1698613, 1699051, 1699810, 1700225, 1700997, 1701485, 1902260, 1903541, 1963275, 1968485, 1973383, 55767, 7014463, 7022958, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04556853, c04679334, c04773241, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-117, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-0138, CVE-2015-0204, DSA-3125-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FG-IR-15-007, FREAK, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBMU03345, HPSBUX03244, HPSBUX03334, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-006, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0800-01, RHSA-2015:1020-01, RHSA-2015:1021-01, RHSA-2015:1091-01, SA40015, SA88, SA91, SB10108, SB10110, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SP-CAAANXD, SPL-95203, SPL-95206, SSA:2015-009-01, SSRT101885, SSRT102000, SUSE-SU-2015:1073-1, SUSE-SU-2015:1085-1, SUSE-SU-2015:1086-1, SUSE-SU-2015:1086-2, SUSE-SU-2015:1086-3, SUSE-SU-2015:1086-4, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, T1022075, USN-2459-1, VIGILANCE-VUL-16301, VN-2015-003_FREAK, VU#243585.

Description de la vulnérabilité

Le protocole TLS utilise une succession de messages, que le client et le serveur doivent échanger, avant d'établir une session sécurisée.

Plusieurs algorithmes cryptographiques sont négociables, dont les algorithmes compatibles avec l'export USA (moins de 512 bits).

Un attaquant placé en Man-in-the-middle peut injecter en début de session TLS un message choisissant un algorithme d'export. Ce message devrait générer une erreur, cependant certains clients TLS l'acceptent.

Note : la variante concernant Windows est décrite dans VIGILANCE-VUL-16332.

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut donc forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2014-6593 CVE-2015-0205

JSSE, CyaSSL, Mono, OpenSSL : session en clair via SKIP-TLS

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, disposant d'un serveur TLS, peut forcer le client/serveur JSSE, CyaSSL, Mono ou OpenSSL à utiliser une session en clair, afin qu'une tierce partie puisse intercepter ou modifier les données échangées.
Produits concernés : ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP-UX, AIX, IRAD, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, ePO, McAfee Web Gateway, Windows (plateforme) ~ non exhaustif, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, Java OpenJDK, OpenSSL, openSUSE, Oracle Communications, Java Oracle, JavaFX, Solaris, pfSense, Puppet, RHEL, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, vCenter Server, VMware vSphere.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : serveur internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 04/03/2015.
Date révision : 09/03/2015.
Références : 1699051, 1700706, 1701485, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04517481, c04556853, c04580241, c04583581, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpujan2015, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2014-6593, CVE-2015-0205, DSA-3125-1, DSA-3144-1, DSA-3147-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FEDORA-2015-0983, FEDORA-2015-1075, FEDORA-2015-1150, FEDORA-2015-8251, FEDORA-2015-8264, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBUX03219, HPSBUX03244, HPSBUX03273, HPSBUX03281, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:033, MDVSA-2015:062, NetBSD-SA2015-006, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2015:0190-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0067-01, RHSA-2015:0068-01, RHSA-2015:0069-01, RHSA-2015:0079-01, RHSA-2015:0080-01, RHSA-2015:0085-01, RHSA-2015:0086-01, RHSA-2015:0133-01, RHSA-2015:0134-01, RHSA-2015:0135-01, RHSA-2015:0136-01, RHSA-2015:0263-01, RHSA-2015:0264-01, SA40015, SA88, SB10104, SB10108, SKIP-TLS, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SPL-95203, SSA:2015-009-01, SSRT101859, SSRT101885, SSRT101951, SSRT101968, SUSE-SU-2015:0336-1, SUSE-SU-2015:0503-1, USN-2459-1, USN-2486-1, USN-2487-1, VIGILANCE-VUL-16300, VMSA-2015-0003, VMSA-2015-0003.1, VMSA-2015-0003.10, VMSA-2015-0003.11, VMSA-2015-0003.12, VMSA-2015-0003.13, VMSA-2015-0003.14, VMSA-2015-0003.15, VMSA-2015-0003.2, VMSA-2015-0003.3, VMSA-2015-0003.4, VMSA-2015-0003.5, VMSA-2015-0003.6, VMSA-2015-0003.8, VMSA-2015-0003.9.

Description de la vulnérabilité

Le protocole TLS utilise une succession de messages, que le client et le serveur doivent échanger, avant d'établir une session sécurisée.

Cependant, les clients comme JSSE et CyaSSL acceptent que le serveur saute directement à l'état final (CVE-2014-6593, initialement traité dans VIGILANCE-VUL-16014). De même, les serveurs comme Mono ou OpenSSL acceptent que le client saute directement à l'état final (CVE-2015-0205, initialement traité dans VIGILANCE-VUL-15934). La session établie n'utilise alors aucun chiffrement.

Un attaquant, disposant d'un serveur TLS, peut donc forcer le client/serveur JSSE, CyaSSL, Mono ou OpenSSL à utiliser une session en clair, afin qu'une tierce partie puisse intercepter ou modifier les données échangées.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2014-3570 CVE-2014-3571 CVE-2014-3572

OpenSSL : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Solaris, Tuxedo, WebLogic, pfSense, Puppet, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 7.
Date création : 08/01/2015.
Références : 1610582, 1699810, 1700997, 1902260, 1903541, 1973383, 55767, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04556853, c04679334, CERTFR-2015-AVI-008, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2016, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2014-3570, CVE-2014-3571, CVE-2014-3572, CVE-2014-8275, CVE-2015-0204, CVE-2015-0205, CVE-2015-0206, DSA-3125-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBUX03244, HPSBUX03334, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-006, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0800-01, SA40015, SA88, SB10108, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SP-CAAANXD, SPL-95203, SPL-95206, SSA:2015-009-01, SSRT101885, SSRT102000, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, USN-2459-1, VIGILANCE-VUL-15934, VU#243585.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut envoyer un message DTLS, pour forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans dtls1_get_record(), afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2014-3571]

Un attaquant peut envoyer un message DTLS, pour provoquer une fuite mémoire dans dtls1_buffer_record(), afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2015-0206]

Un attaquant peut forcer un client TLS à utiliser ECDH au lieu de ECDHE (ephemeral). [grav:2/4; CVE-2014-3572]

Un attaquant peut forcer un client TLS à utiliser EXPORT_RSA au lieu de RSA (VIGILANCE-VUL-16301). [grav:2/4; CVE-2015-0204, VU#243585]

Un attaquant peut s'authentifier sans utiliser de clé privé, dans le cas où le serveur fait confiance à une autorité de certification qui publie des certificats avec des clés DH (cas rare) (VIGILANCE-VUL-16300). [grav:2/4; CVE-2015-0205]

Un attaquant peut changer l'empreinte d'un certificat, sans conséquence connue sur la sécurité. [grav:1/4; CVE-2014-8275]

Dans certains cas peu probables, la fonction BN_sqr() fournit un résultat incorrect, sans conséquence connue sur la sécurité. [grav:1/4; CVE-2014-3570]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2014-3569

OpenSSL : déréférencement de pointeur NULL via ssl23_get_client_hello

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans ssl23_get_client_hello() de OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, FreeBSD, HP-UX, Tivoli Storage Manager, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, pfSense, Slackware.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service.
Provenance : client internet.
Date création : 29/12/2014.
Références : 1973383, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinapr2017, bulletinjan2015, c04556853, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2014-3569, DSA-3125-1, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBUX03244, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, NetBSD-SA2015-006, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, SA40015, SA88, SB10108, SSA:2015-009-01, SSRT101885, VIGILANCE-VUL-15882.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque OpenSSL peut être compilée avec l'option no-ssl3, afin de désactiver SSLv3.

Cependant, depuis le patch pour la vulnérabilité VIGILANCE-VUL-15491, si OpenSSL est compilé avec no-ssl3 et reçoit un message SSL v3 Client Hello, la fonction ssl23_get_client_hello() du fichier ssl/s23_srvr.c utilise un pointeur NULL.

Un attaquant peut donc forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans ssl23_get_client_hello() de OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2014-3329

Cisco Prime Data Center Network Manager : Cross Site Scripting

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting de Cisco Prime Data Center Network Manager, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Produits concernés : Cisco Prime DCNM.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits client.
Provenance : document.
Date création : 29/07/2014.
Références : CSCum86620, CVE-2014-3329, VIGILANCE-VUL-15105.

Description de la vulnérabilité

Le produit Cisco Prime Data Center Network Manager dispose d'un service web.

Cependant, les données reçues ne sont pas filtrées avant d'être insérées dans les documents HTML générés.

Un attaquant peut donc provoquer un Cross Site Scripting de Cisco Prime Data Center Network Manager, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2013-5486 CVE-2013-5487 CVE-2013-5490

Cisco Prime Data Center Network Manager : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de Cisco Prime Data Center Network Manager.
Produits concernés : Cisco Prime DCNM.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, lecture de données.
Provenance : client intranet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 3.
Date création : 18/09/2013.
Références : BID-62483, BID-62484, BID-62485, CERTA-2013-AVI-534, CERTA-2013-AVI-637, cisco-sa-20130918-dcnm, CSCud80148, CSCue77029, CSCue77035, CSCue77036, CVE-2013-5486, CVE-2013-5487, CVE-2013-5490, VIGILANCE-VUL-13445.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Cisco Prime DCNM (Data Center Network Manager).

Un attaquant peut lire les fichiers du système, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:3/4; BID-62483, CSCue77029, CVE-2013-5487]

Un attaquant peut exécuter des commandes sur le système. [grav:3/4; BID-62484, CSCue77035, CSCue77036, CVE-2013-5486]

Un attaquant peut employer une entité XML, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:2/4; BID-62485, CSCud80148, CVE-2013-5490]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2012-5417

Cisco Prime Data Center Network Manager : exécution de code

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut se connecter sur le service RMI de Cisco Prime Data Center Network Manager, afin d'y exécuter du code avec les privilèges System/root.
Produits concernés : Cisco Prime DCNM.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur.
Provenance : client intranet.
Date création : 31/10/2012.
Date révision : 13/05/2013.
Références : BID-56348, CERTA-2012-AVI-614, cisco-sa-20121031-dcnm, CSCtz44924, CSCua31204, CVE-2012-5417, VIGILANCE-VUL-12105.

Description de la vulnérabilité

Le produit Cisco Data Center Network Manager utilise un serveur d'applications JBoss.

Le service RMI (Remote Method Invocation) de JBoss écoute sur le port 1099 ou 9099. Cependant, la fonctionnalité "jboss.system:service=MainDeployer" est accessible par tous les clients de RMI. Un attaquant peut alors employer cette fonctionnalité pour déployer un service, avec les privilèges de l'administrateur.

Un attaquant peut donc se connecter sur le service RMI de Cisco Prime Data Center Network Manager, afin d'y exécuter du code avec les privilèges System/root.

Les produits Cisco DCNM-SAN Server et Cisco DNCM-LAN Server sont vulnérables.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur Prime Data Center Network Manager :