L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de Stormshield Network Security

avis de vulnérabilité CVE-2016-1371 CVE-2016-1372

ClamAV : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de ClamAV.
Produits concernés : SNS, ClamAV, Debian, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, déni de service du service.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 12/08/2016.
Références : CVE-2016-1371, CVE-2016-1372, DLA-546-1, DLA-546-2, STORM-2016-003, STORM-2016-004, USN-3093-1, VIGILANCE-VUL-20374.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans ClamAV.

Un attaquant peut soumettre un fichier exécutable mal formé, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-1371]

Un attaquant peut soumettre une archive 7zip mal formée, afin de mener un déni de service et éventuellement d'exécuter du code machine. [grav:2/4; CVE-2016-1372]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2016-5419 CVE-2016-5420 CVE-2016-5421

cURL : trois vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de cURL.
Produits concernés : SDS, SES, SNS, OpenOffice, Mac OS X, Brocade vTM, curl, Debian, Fedora, Android OS, Juniper EX-Series, Junos OS, SRX-Series, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Puppet, RHEL, Slackware, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, accès/droits client, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : serveur internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 3.
Date création : 03/08/2016.
Références : bulletinoct2016, cpuoct2018, CVE-2016-5419, CVE-2016-5420, CVE-2016-5421, DLA-586-1, DSA-3638-1, FEDORA-2016-24316f1f56, FEDORA-2016-8354baae0f, HT207423, JSA10874, openSUSE-SU-2016:2227-1, openSUSE-SU-2016:2379-1, RHSA-2016:2575-02, RHSA-2018:3558-01, SSA:2016-219-01, STORM-2019-002, USN-3048-1, VIGILANCE-VUL-20295.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans cURL.

Le client TLS de libcurl peut reprendre une session malgré le changement de certificat client, ce qui peut conduire à l'authentification sur un serveur avec l'identité incorrecte. [grav:2/4; CVE-2016-5419]

Le client TLS de libcurl peut réutiliser une session malgré le changement de certificat client, ce qui peut conduire à l'authentification sur un serveur avec l'identité incorrecte. [grav:2/4; CVE-2016-5420]

Un attaquant peut provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée via curleasyinit(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-5421]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique 19729

Netasq, Stormshield Network Security : Man-in-the-Middle via NSRPC Client

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut se positionner en Man-in-the-Middle via NSRPC sur Netasq ou Stormshield Network Security, afin d'obtenir les privilèges de l'administrateur.
Produits concernés : SNS, NETASQ.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, lecture de données, création/modification de données.
Provenance : serveur intranet.
Date création : 30/05/2016.
Références : STORM-2016-001, VIGILANCE-VUL-19729.

Description de la vulnérabilité

Les produits Netasq et Stormshield Network Security utilisent le client NSRPC.

Cependant, un attaquant peut modifier la taille de messages NSRPC, pour mener un brute force, et obtenir le haché du mot de passe de l'administrateur.

Un attaquant peut donc se positionner en Man-in-the-Middle via NSRPC sur Netasq ou Stormshield Network Security, afin d'obtenir les privilèges de l'administrateur.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2016-2105 CVE-2016-2106 CVE-2016-2107

OpenSSL : six vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : SDS, SES, SNS, Tomcat, Mac OS X, StormShield, Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, IronPort Email, IronPort Encryption, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, XenServer, Debian, PowerPath, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, Android OS, HP Operations, HP Switch, AIX, IRAD, QRadar SIEM, IBM System x Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, MariaDB ~ précis, McAfee NSM, Meinberg NTP Server, MySQL Community, MySQL Enterprise, Data ONTAP, NETASQ, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Proxy Server, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, VirtualBox, WebLogic, Oracle Web Tier, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Percona Server, pfSense, Pulse Connect Secure, Puppet, Python, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Management Console, Shibboleth SP, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, VxWorks, X2GoClient.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, lecture de données, création/modification de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 6.
Date création : 03/05/2016.
Références : 1982949, 1985850, 1987779, 1993215, 1995099, 1998797, 2003480, 2003620, 2003673, 510853, 9010083, bulletinapr2016, bulletinapr2017, CERTFR-2016-AVI-151, CERTFR-2016-AVI-153, CERTFR-2018-AVI-160, cisco-sa-20160504-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpujul2016, cpujul2017, cpujul2018, cpuoct2016, cpuoct2017, cpuoct2018, CTX212736, CTX233832, CVE-2016-2105, CVE-2016-2106, CVE-2016-2107, CVE-2016-2108, CVE-2016-2109, CVE-2016-2176, DLA-456-1, DSA-3566-1, ESA-2017-142, FEDORA-2016-05c567df1a, FEDORA-2016-1e39d934ed, FEDORA-2016-e1234b65a2, FG-IR-16-026, FreeBSD-SA-16:17.openssl, HPESBGN03728, HPESBHF03756, HT206903, JSA10759, K23230229, K36488941, K51920288, K75152412, K93600123, MBGSA-1603, MIGR-5099595, MIGR-5099597, NTAP-20160504-0001, openSUSE-SU-2016:1237-1, openSUSE-SU-2016:1238-1, openSUSE-SU-2016:1239-1, openSUSE-SU-2016:1240-1, openSUSE-SU-2016:1241-1, openSUSE-SU-2016:1242-1, openSUSE-SU-2016:1243-1, openSUSE-SU-2016:1273-1, openSUSE-SU-2016:1566-1, openSUSE-SU-2017:0487-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, RHSA-2016:0722-01, RHSA-2016:0996-01, RHSA-2016:1137-01, RHSA-2016:1648-01, RHSA-2016:1649-01, RHSA-2016:1650-01, RHSA-2016:2054-01, RHSA-2016:2055-01, RHSA-2016:2056-01, RHSA-2016:2073-01, SA123, SA40202, SB10160, SOL23230229, SOL36488941, SOL51920288, SOL75152412, SP-CAAAPPQ, SPL-119440, SPL-121159, SPL-123095, SSA:2016-124-01, STORM-2016-002, SUSE-SU-2016:1206-1, SUSE-SU-2016:1228-1, SUSE-SU-2016:1231-1, SUSE-SU-2016:1233-1, SUSE-SU-2016:1267-1, SUSE-SU-2016:1290-1, SUSE-SU-2016:1360-1, SUSE-SU-2018:0112-1, TNS-2016-10, USN-2959-1, VIGILANCE-VUL-19512, VN-2016-006, VN-2016-007.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut se positionner en Man-in-the-Middle et utiliser l'algorithme AES CBC avec un serveur supportant AES-NI, afin de lire ou modifier des données de la session. Cette vulnérabilité a initialement été corrigée dans les versions 1.0.1o et 1.0.2c, mais jamais annoncée. [grav:3/4; CVE-2016-2108]

Un attaquant peut se positionner en Man-in-the-Middle et utiliser l'algorithme AES CBC avec un serveur supportant AES-NI, afin de lire ou modifier des données de la session. [grav:3/4; CVE-2016-2107]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans EVP_EncodeUpdate(), qui est principalement utilisée par les outils en ligne de commande, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-2105]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans EVP_EncryptUpdate(), qui est difficile à atteindre, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-2106]

Un attaquant peut provoquer une consommation excessive de mémoire dans d2i_CMS_bio(), afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-2109]

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide dans les applications utilisant X509_NAME_oneline(), afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles. [grav:2/4; CVE-2016-2176]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-7704 CVE-2015-8138 CVE-2016-1547

NTP.org : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de NTP.org.
Produits concernés : SNS, ASA, Cisco Catalyst, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IronPort Encryption, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco MeetingPlace, Cisco Unity ~ précis, XenServer, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, AIX, Juniper EX-Series, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, SRX-Series, McAfee Web Gateway, Meinberg NTP Server, NTP.org, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, pfSense, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 11.
Date création : 27/04/2016.
Références : bulletinapr2016, bulletinapr2019, c05270839, CERTFR-2016-AVI-153, CERTFR-2017-AVI-365, CERTFR-2018-AVI-545, cisco-sa-20160428-ntpd, cpujan2018, CTX220112, CVE-2015-7704, CVE-2015-8138, CVE-2016-1547, CVE-2016-1548, CVE-2016-1549, CVE-2016-1550, CVE-2016-1551, CVE-2016-2516, CVE-2016-2517, CVE-2016-2518, CVE-2016-2519, DLA-559-1, DSA-3629-1, FEDORA-2016-5b2eb0bf9c, FEDORA-2016-777d838c1b, FEDORA-2018-70c191d84a, FEDORA-2018-de113aeac6, FreeBSD-SA-16:16.ntp, HPESBHF03750, HPSBHF03646, JSA10776, JSA10796, JSA10824, JSA10826, JSA10898, K11251130, K20804323, K24613253, K43205719, K63675293, MBGSA-1602, openSUSE-SU-2016:1292-1, openSUSE-SU-2016:1329-1, openSUSE-SU-2016:1423-1, openSUSE-SU-2018:0970-1, PAN-SA-2016-0019, RHSA-2016:1141-01, RHSA-2016:1552-01, SB10164, SOL11251130, SOL20804323, SOL24613253, SOL41613034, SOL43205719, SOL45427159, SOL61200338, SOL63675293, SSA:2016-120-01, STORM-2016-003, STORM-2016-004, SUSE-SU-2016:1175-1, SUSE-SU-2016:1177-1, SUSE-SU-2016:1247-1, SUSE-SU-2016:1278-1, SUSE-SU-2016:1291-1, SUSE-SU-2016:1311-1, SUSE-SU-2016:1471-1, SUSE-SU-2016:1912-1, SUSE-SU-2016:2094-1, SUSE-SU-2018:1464-1, SUSE-SU-2018:1765-1, Synology-SA-18:13, Synology-SA-18:14, TALOS-2016-0081, TALOS-2016-0082, TALOS-2016-0083, TALOS-2016-0084, TALOS-2016-0132, USN-3096-1, USN-3349-1, VIGILANCE-VUL-19477, VU#718152.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans NTP.org.

Le démon ntpd sur certains systèmes peut accepter des paquets provenant de 127.0.0.0/8. [grav:1/4; CVE-2016-1551, TALOS-2016-0132]

Un attaquant peut utiliser une attaque Sybil, afin de modifier l'heure du système. [grav:2/4; CVE-2016-1549, TALOS-2016-0083]

Un attaquant peut provoquer une erreur d'assertion avec deux fois la même IP, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-2516]

Un attaquant peut provoquer une erreur dans la gestion de trustedkey/requestkey/controlkey, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-2517]

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide dans MATCH_ASSOC, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles. [grav:1/4; CVE-2016-2518]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans ctl_getitem(), afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-2519]

Un attaquant peut envoyer un paquet CRYPTO-NAK malveillant, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-1547, TALOS-2016-0081]

Un attaquant peut utiliser Interleave-pivot, afin de modifier l'heure d'un client. [grav:2/4; CVE-2016-1548, TALOS-2016-0082]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans le client ntp, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7704]

La valeur Zero Origin Timestamp n'est pas correctement vérifiée. [grav:2/4; CVE-2015-8138]

Un attaquant peut mesurer le temps d'exécution d'une comparaison, afin de deviner un haché. [grav:2/4; CVE-2016-1550, TALOS-2016-0084]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2016-0755

cURL : élévation de privilèges via des relais avec authentification NTLM

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser cURL avec un relais HTTP avec le compte NTLM d'une autre utilisateur, afin d'élever ses privilèges.
Produits concernés : SDS, SES, SNS, OpenOffice, Mac OS X, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, curl, Debian, Fedora, Juniper EX-Series, Junos OS, SRX-Series, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Slackware, Ubuntu.
Gravité : 1/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié.
Provenance : shell utilisateur.
Date création : 27/01/2016.
Références : BSA-2016-004, cpuoct2018, CVE-2016-0755, DSA-3455-1, FEDORA-2016-3fa315a5dd, FEDORA-2016-55137a3adb, FEDORA-2016-57bebab3b6, FEDORA-2016-5a141de5d9, HT207170, JSA10874, openSUSE-SU-2016:0360-1, openSUSE-SU-2016:0373-1, openSUSE-SU-2016:0376-1, SSA:2016-039-01, STORM-2019-002, USN-2882-1, VIGILANCE-VUL-18826.

Description de la vulnérabilité

Le produit cURL contient un client HTTP embarquable. Il peut gérer les relais mandataires.

Un relais peut imposer une authentification. Dans le cas de NTLM, l'authentification se fait une fois par connexion (alors que l'authentification au niveau HTTP se fait à chaque requête). Par ailleurs, cURL peut réutiliser une connexion TCP vers le relais d'une requête HTTP à l'autre. Cependant, lorsque l'application utilisant cURL utilise 2 comptes différents pour l'authentification auprès du relais, cURL va utiliser la connexion authentifiée pour toutes les requêtes même si les authentifiés spécifiés pour la requête courante sont différents de ceux utilisés pour la connexion.

Un attaquant peut donc utiliser cURL avec un relais HTTP avec le compte NTLM d'une autre utilisateur, afin d'élever ses privilèges.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-7973 CVE-2015-7974 CVE-2015-7975

NTP.org : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de NTP.org.
Produits concernés : SNS, Blue Coat CAS, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ACE, ASA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, AIX, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Meinberg NTP Server, NTP.org, openSUSE, openSUSE Leap, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, RHEL, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, lecture de données, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 11.
Date création : 21/01/2016.
Références : BSA-2016-005, BSA-2016-006, CERTFR-2016-AVI-045, cisco-sa-20160127-ntpd, CVE-2015-7973, CVE-2015-7974, CVE-2015-7975, CVE-2015-7976, CVE-2015-7977, CVE-2015-7978, CVE-2015-7979, CVE-2015-8138, CVE-2015-8139, CVE-2015-8140, CVE-2015-8158, DLA-559-1, DSA-3629-1, FEDORA-2016-34bc10a2c8, FEDORA-2016-89e0874533, FEDORA-2016-8bb1932088, FEDORA-2016-c3bd6a3496, FreeBSD-SA-16:09.ntp, HPESBHF03750, JSA10776, JSA10796, K00329831, K01324833, K06288381, openSUSE-SU-2016:1292-1, openSUSE-SU-2016:1329-1, openSUSE-SU-2016:1423-1, PAN-SA-2016-0019, RHSA-2016:0063-01, RHSA-2016:0780-01, RHSA-2016:1552-01, RHSA-2016:2583-02, SA113, SOL00329831, SOL01324833, SOL05046514, SOL06288381, SOL13304944, SOL21230183, SOL32790144, SOL71245322, SOL74363721, SSA:2016-054-04, STORM-2016-003, STORM-2016-004, SUSE-SU-2016:1175-1, SUSE-SU-2016:1177-1, SUSE-SU-2016:1247-1, SUSE-SU-2016:1278-1, SUSE-SU-2016:1291-1, SUSE-SU-2016:1311-1, SUSE-SU-2016:1471-1, SUSE-SU-2016:1912-1, SUSE-SU-2016:2094-1, USN-3096-1, VIGILANCE-VUL-18787.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans NTP.org.

Un attaquant peut provoquer une boucle infinie dans ntpq, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-8158]

La valeur Zero Origin Timestamp n'est pas correctement vérifiée. [grav:2/4; CVE-2015-8138]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans Authenticated Broadcast Mode, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7979]

Un attaquant peut provoquer une erreur fatale dans Recursive Traversal, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7978]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans reslist, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-7977]

Un attaquant peut utiliser un nom de fichier contenant des caractères spéciaux dans la commande "ntpq saveconfig". [grav:2/4; CVE-2015-7976]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans nextvar(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2015-7975]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité dans Skeleton Key, afin d'élever ses privilèges. [grav:2/4; CVE-2015-7974]

Un attaquant peut utiliser une attaque de type rejeu contre Deja Vu. [grav:2/4; CVE-2015-7973]

Un attaquant peut utiliser une attaque de type rejeu contre ntpq. [grav:2/4; CVE-2015-8140]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité dans ntpq et ntpdc, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:2/4; CVE-2015-8139]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-8605

ISC DHCP : buffer overflow de decode_udp_ip_header

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow en envoyant un paquet IPv4+UDP malveillant vers un client ou serveur ISC DHCP, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Produits concernés : SNS, ArubaOS, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, ISC DHCP, NETASQ, openSUSE, openSUSE Leap, Slackware, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service.
Provenance : LAN.
Date création : 13/01/2016.
Références : AA-01334, ARUBA-PSA-2016-007, CERTFR-2016-AVI-167, CVE-2015-8605, DSA-3442-1, FEDORA-2016-0c5bb21bf1, FEDORA-2016-adb533a418, openSUSE-SU-2016:0601-1, openSUSE-SU-2016:0610-1, SOL57500018, SSA:2016-012-01, STORM-2015-018, USN-2868-1, VIGILANCE-VUL-18707.

Description de la vulnérabilité

Le protocole DHCP utilise des paquets UDP.

La fonction decode_udp_ip_header() du fichier common/packet.c de ISC DHCP décode ces paquets UDP. Cependant, si la taille indiquée dans l'entête IPv4 pour les données UDP est trop grande, un débordement se produit.

Un attaquant peut donc provoquer un buffer overflow en envoyant un paquet IPv4+UDP malveillant vers un client ou serveur ISC DHCP, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique 18687

Netasq, Stormshield Network Security : Cross Site Scripting de Certificate

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting dans Netasq et Stormshield Network Security, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Produits concernés : SNS, NETASQ.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits client.
Provenance : document.
Date création : 12/01/2016.
Références : STORM-2015-015, VIGILANCE-VUL-18687.

Description de la vulnérabilité

Le produit Netasq ou Stormshield Network Security dispose d'un service web.

Cependant, les données reçues du certificat X.509 ne sont pas filtrées avant d'être insérées dans les documents HTML générés sur la page d'erreur du proxy.

Un attaquant peut donc provoquer un Cross Site Scripting dans Netasq et Stormshield Network Security, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2015-3194

OpenSSL : déréférencement de pointeur NULL via Certificate Verification

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL durant la vérification d'un certificat par OpenSSL (en mode client ou serveur), afin de mener un déni de service.
Produits concernés : SES, SNS, Tomcat, Mac OS X, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, ASA, AsyncOS, Cisco Content SMA, Cisco ESA, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiClient, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, HP Switch, AIX, IRAD, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, WebSphere MQ, IVE OS, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, MAG Series par Juniper, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SA, Juniper SBR, MariaDB ~ précis, McAfee Email Gateway, MySQL Enterprise, Data ONTAP, NETASQ, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, pfSense, Pulse Connect Secure, MAG Series par Pulse Secure, Pulse Secure SBR, Puppet, RHEL, Slackware, stunnel, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Date création : 03/12/2015.
Références : 1972951, 1976113, 1976148, 1985739, 1986593, 2003480, 2003620, 2003673, 9010051, BSA-2016-006, bulletinjan2016, c05398322, CERTFR-2015-AVI-517, cisco-sa-20151204-openssl, cpuoct2017, CVE-2015-3194, DSA-3413-1, FEDORA-2015-605de37b7f, FEDORA-2015-d87d60b9a9, FreeBSD-SA-15:26.openssl, HPESBHF03709, HT209139, JSA10759, NTAP-20151207-0001, openSUSE-SU-2015:2288-1, openSUSE-SU-2015:2289-1, openSUSE-SU-2015:2318-1, openSUSE-SU-2016:0637-1, openSUSE-SU-2016:1327-1, RHSA-2015:2617-01, SA105, SA40100, SB10203, SOL12824341, SOL30714460, SOL55540723, SOL86772626, SSA:2015-349-04, STORM-2015-017, USN-2830-1, VIGILANCE-VUL-18435.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque OpenSSL peut utiliser l'algorithme RSA PSS pour vérifier la validité de certificats X.509.

Cependant, si le paramètre "mask generation" est absent durant la vérification d'une signature au format ASN.1, OpenSSL ne vérifie pas si un pointeur est NULL, avant de l'utiliser.

Un attaquant peut donc forcer le déréférencement d'un pointeur NULL durant la vérification d'un certificat par OpenSSL (en mode client ou serveur), afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur Stormshield Network Security :