L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de Tuxedo

vulnérabilité informatique CVE-2015-3414 CVE-2015-3415 CVE-2015-3416

SQLite : trois vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de SQLite.
Produits concernés : Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Solaris, Tuxedo, WebLogic, PHP, RHEL, Slackware, SQLite, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 3.
Date création : 15/04/2015.
Références : bulletinapr2016, CERTFR-2015-AVI-265, cpujul2018, CVE-2015-3414, CVE-2015-3415, CVE-2015-3416, DSA-3252-1, DSA-3252-2, FEDORA-2015-6324, FEDORA-2015-6349, MDVSA-2015:217, RHSA-2015:1634-01, RHSA-2015:1635-01, SOL16950, SSA:2015-198-02, USN-2698-1, VIGILANCE-VUL-16615.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans SQLite.

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide dans l'analyseur de directive de tri, afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2015-3414]

Un attaquant peut provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:1/4; CVE-2015-3415]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans une utilisation de printf, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2015-3416]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2015-0138 CVE-2015-0204

OpenSSL, LibReSSL, Mono, JSSE : affaiblissement du chiffrement TLS via FREAK

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Produits concernés : Arkoon FAST360, ArubaOS, Avaya Ethernet Routing Switch, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiClient, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, Chrome, HPE NNMi, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, ePO, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, Windows (plateforme) ~ non exhaustif, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, Java OpenJDK, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Java Oracle, Solaris, Tuxedo, WebLogic, pfSense, Puppet, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Sophos AV, Splunk Enterprise, Stonesoft NGFW/VPN, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : serveur internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 04/03/2015.
Date révision : 09/03/2015.
Références : 122007, 1450666, 1610582, 1647054, 1698613, 1699051, 1699810, 1700225, 1700997, 1701485, 1902260, 1903541, 1963275, 1968485, 1973383, 55767, 7014463, 7022958, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04556853, c04679334, c04773241, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-117, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-0138, CVE-2015-0204, DSA-3125-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FG-IR-15-007, FREAK, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBMU03345, HPSBUX03244, HPSBUX03334, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-006, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0800-01, RHSA-2015:1020-01, RHSA-2015:1021-01, RHSA-2015:1091-01, SA40015, SA88, SA91, SB10108, SB10110, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SP-CAAANXD, SPL-95203, SPL-95206, SSA:2015-009-01, SSRT101885, SSRT102000, SUSE-SU-2015:1073-1, SUSE-SU-2015:1085-1, SUSE-SU-2015:1086-1, SUSE-SU-2015:1086-2, SUSE-SU-2015:1086-3, SUSE-SU-2015:1086-4, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, T1022075, USN-2459-1, VIGILANCE-VUL-16301, VN-2015-003_FREAK, VU#243585.

Description de la vulnérabilité

Le protocole TLS utilise une succession de messages, que le client et le serveur doivent échanger, avant d'établir une session sécurisée.

Plusieurs algorithmes cryptographiques sont négociables, dont les algorithmes compatibles avec l'export USA (moins de 512 bits).

Un attaquant placé en Man-in-the-middle peut injecter en début de session TLS un message choisissant un algorithme d'export. Ce message devrait générer une erreur, cependant certains clients TLS l'acceptent.

Note : la variante concernant Windows est décrite dans VIGILANCE-VUL-16332.

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut donc forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2014-8157 CVE-2014-8158

JasPer : deux vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de JasPer.
Produits concernés : Debian, Fedora, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Tuxedo, WebLogic, RHEL, Slackware, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 22/01/2015.
Références : cpujul2018, CVE-2014-8157, CVE-2014-8158, DSA-3138-1, FEDORA-2015-1062, FEDORA-2015-1068, FEDORA-2015-1125, FEDORA-2015-1159, MDVSA-2015:034, MDVSA-2015:159, oCERT-2015-001, openSUSE-SU-2015:0200-1, openSUSE-SU-2016:2737-1, openSUSE-SU-2016:2833-1, RHSA-2015:0074-01, RHSA-2015:0698-01, SSA:2015-302-02, USN-2483-1, USN-2483-2, VIGILANCE-VUL-16030.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans JasPer.

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans jpc_dec_process_sot(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2014-8157]

Un attaquant peut provoquer un remplissage de pile dans jpc_qmfb.c, afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2014-8158]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2014-3570 CVE-2014-3571 CVE-2014-3572

OpenSSL : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, McAfee Web Gateway, Data ONTAP, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Solaris, Tuxedo, WebLogic, pfSense, Puppet, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 7.
Date création : 08/01/2015.
Références : 1610582, 1699810, 1700997, 1902260, 1903541, 1973383, 55767, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04556853, c04679334, CERTFR-2015-AVI-008, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2016, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2014-3570, CVE-2014-3571, CVE-2014-3572, CVE-2014-8275, CVE-2015-0204, CVE-2015-0205, CVE-2015-0206, DSA-3125-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBUX03244, HPSBUX03334, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-006, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0800-01, SA40015, SA88, SB10108, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SP-CAAANXD, SPL-95203, SPL-95206, SSA:2015-009-01, SSRT101885, SSRT102000, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, USN-2459-1, VIGILANCE-VUL-15934, VU#243585.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut envoyer un message DTLS, pour forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans dtls1_get_record(), afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2014-3571]

Un attaquant peut envoyer un message DTLS, pour provoquer une fuite mémoire dans dtls1_buffer_record(), afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2015-0206]

Un attaquant peut forcer un client TLS à utiliser ECDH au lieu de ECDHE (ephemeral). [grav:2/4; CVE-2014-3572]

Un attaquant peut forcer un client TLS à utiliser EXPORT_RSA au lieu de RSA (VIGILANCE-VUL-16301). [grav:2/4; CVE-2015-0204, VU#243585]

Un attaquant peut s'authentifier sans utiliser de clé privé, dans le cas où le serveur fait confiance à une autorité de certification qui publie des certificats avec des clés DH (cas rare) (VIGILANCE-VUL-16300). [grav:2/4; CVE-2015-0205]

Un attaquant peut changer l'empreinte d'un certificat, sans conséquence connue sur la sécurité. [grav:1/4; CVE-2014-8275]

Dans certains cas peu probables, la fonction BN_sqr() fournit un résultat incorrect, sans conséquence connue sur la sécurité. [grav:1/4; CVE-2014-3570]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2014-9029

JasPer : deux vulnérabilités de jpc_dec.c

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de JasPer.
Produits concernés : Debian, Fedora, openSUSE, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Tuxedo, WebLogic, RHEL, Slackware, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 04/12/2014.
Références : 1167537, cpujul2018, CVE-2014-9029, DSA-3089-1, FEDORA-2014-16292, FEDORA-2014-16349, FEDORA-2014-16465, FEDORA-2014-16961, FEDORA-2014-17027, FEDORA-2014-17032, MDVSA-2014:247, MDVSA-2015:159, openSUSE-SU-2014:1644-1, openSUSE-SU-2016:2737-1, RHSA-2014:2021-01, RHSA-2015:0698-01, SSA:2015-302-02, USN-2434-1, USN-2434-2, VIGILANCE-VUL-15743.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans JasPer.

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans jpc_dec_cp_setfromcox(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans jpc_dec_cp_setfromrgn(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2014-3566

SSL 3.0 : déchiffrement de session, POODLE

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, placé en Man-in-the-Middle, peut déchiffrer une session SSL 3.0, afin d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : SES, SNS, Apache httpd, Arkoon FAST360, ArubaOS, Asterisk Open Source, BES, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, GAiA, CheckPoint IP Appliance, IPSO, SecurePlatform, CheckPoint Security Appliance, CheckPoint Security Gateway, Cisco ASR, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco CSS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, IronPort Email, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Cisco Router, WebNS, Clearswift Email Gateway, Clearswift Web Gateway, CUPS, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, F-Secure AV, hMailServer, HPE BSM, HP Data Protector, HPE NNMi, HP Operations, ProCurve Switch, SiteScope, HP Switch, TippingPoint IPS, HP-UX, AIX, Domino, Notes, Security Directory Server, SPSS Data Collection, Tivoli System Automation, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, IVE OS, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, MAG Series par Juniper, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SA, McAfee Email and Web Security, McAfee Email Gateway, ePO, VirusScan, McAfee Web Gateway, IE, Windows 2003, Windows 2008 R0, Windows 2008 R2, Windows 2012, Windows 7, Windows 8, Windows (plateforme) ~ non exhaustif, Windows RT, Windows Vista, NETASQ, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, nginx, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle DB, Oracle Fusion Middleware, Oracle Identity Management, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Polycom CMA, HDX, RealPresence Collaboration Server, RealPresence Distributed Media Application, Polycom VBP, Postfix, SSL (protocole), Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, RSA Authentication Manager, ROS, ROX, RuggedSwitch, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, ESXi, vCenter Server, VMware vSphere, VMware vSphere Hypervisor, WinSCP.
Gravité : 3/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : client internet.
Date création : 15/10/2014.
Références : 10923, 1589583, 1595265, 1653364, 1657963, 1663874, 1687167, 1687173, 1687433, 1687604, 1687611, 1690160, 1690185, 1690342, 1691140, 1692551, 1695392, 1696383, 1699051, 1700706, 2977292, 3009008, 7036319, aid-10142014, AST-2014-011, bulletinapr2015, bulletinjan2015, bulletinjan2016, bulletinjul2015, bulletinjul2016, bulletinoct2015, c04486577, c04487990, c04492722, c04497114, c04506802, c04510230, c04567918, c04616259, c04626982, c04676133, c04776510, CERTFR-2014-ALE-007, CERTFR-2014-AVI-454, CERTFR-2014-AVI-509, CERTFR-2015-AVI-169, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20141015-poodle, cpujul2017, CTX216642, CVE-2014-3566, DSA-3053-1, DSA-3253-1, DSA-3489-1, ESA-2014-178, ESA-2015-098, ESXi500-201502001, ESXi500-201502101-SG, ESXi510-201503001, ESXi510-201503001-SG, ESXi510-201503101-SG, ESXi550-201501001, ESXi550-201501101-SG, FEDORA-2014-12989, FEDORA-2014-12991, FEDORA-2014-13012, FEDORA-2014-13017, FEDORA-2014-13040, FEDORA-2014-13069, FEDORA-2014-13070, FEDORA-2014-13444, FEDORA-2014-13451, FEDORA-2014-13764, FEDORA-2014-13777, FEDORA-2014-13781, FEDORA-2014-13794, FEDORA-2014-14234, FEDORA-2014-14237, FEDORA-2014-15379, FEDORA-2014-15390, FEDORA-2014-15411, FEDORA-2014-17576, FEDORA-2014-17587, FEDORA-2015-9090, FEDORA-2015-9110, FreeBSD-SA-14:23.openssl, FSC-2014-8, HPSBGN03256, HPSBGN03305, HPSBGN03332, HPSBHF03156, HPSBHF03300, HPSBMU03152, HPSBMU03184, HPSBMU03213, HPSBMU03416, HPSBUX03162, HPSBUX03194, JSA10656, MDVSA-2014:203, MDVSA-2014:218, MDVSA-2015:062, NetBSD-SA2014-015, nettcp_advisory, openSUSE-SU-2014:1331-1, openSUSE-SU-2014:1384-1, openSUSE-SU-2014:1395-1, openSUSE-SU-2014:1426-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, openSUSE-SU-2016:1586-1, openSUSE-SU-2017:0980-1, PAN-SA-2014-0005, POODLE, RHSA-2014:1652-01, RHSA-2014:1653-01, RHSA-2014:1692-01, RHSA-2014:1920-01, RHSA-2014:1948-01, RHSA-2015:0010-01, RHSA-2015:0011-01, RHSA-2015:0012-01, RHSA-2015:1545-01, RHSA-2015:1546-01, SA83, SB10090, SB10104, sk102989, SOL15702, SP-CAAANKE, SP-CAAANST, SPL-91947, SPL-91948, SSA:2014-288-01, SSA-396873, SSA-472334, SSRT101767, STORM-2014-02-FR, SUSE-SU-2014:1357-1, SUSE-SU-2014:1361-1, SUSE-SU-2014:1386-1, SUSE-SU-2014:1387-1, SUSE-SU-2014:1387-2, SUSE-SU-2014:1409-1, SUSE-SU-2015:0010-1, SUSE-SU-2016:1457-1, SUSE-SU-2016:1459-1, T1021439, TSB16540, USN-2839-1, VIGILANCE-VUL-15485, VMSA-2015-0001, VMSA-2015-0001.1, VMSA-2015-0001.2, VN-2014-003, VU#577193.

Description de la vulnérabilité

Les sessions SSL/TLS peuvent être établies en utilisant plusieurs protocoles :
 - SSL 2.0 (obsolète)
 - SSL 3.0
 - TLS 1.0
 - TLS 1.1
 - TLS 1.2

Un attaquant peut abaisser la version (downgrade) en SSLv3. Cependant, avec SSL 3.0, un attaquant peut modifier la position du padding (octets de bourrage) en chiffrement CBC, afin de progressivement deviner des fragments d'information en clair.

Cette vulnérabilité porte le nom POODLE (Padding Oracle On Downgraded Legacy Encryption).

Un attaquant, placé en Man-in-the-Middle, peut donc déchiffrer une session SSL 3.0, afin d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2014-0114

Apache Struts 1 : exécution de code via ClassLoader

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut accéder au paramètre "class", pour manipuler le ClassLoader, afin d'exécuter du code.
Produits concernés : Struts, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, SiteScope, IRAD, Tivoli Storage Manager, Tivoli System Automation, WebSphere AS Traditional, IBM WebSphere ESB, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Tuxedo, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, Puppet, RHEL, RSA Authentication Manager, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, vCenter Server, VMware vSphere.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur.
Provenance : client internet.
Date création : 26/05/2014.
Références : 1672316, 1673982, 1674339, 1675822, 2016214, c04399728, c05324755, CERTFR-2014-AVI-382, cpuapr2017, cpujan2018, cpujan2019, cpuoct2017, cpuoct2018, CVE-2014-0114, DSA-2940-1, ESA-2014-080, FEDORA-2014-9380, HPSBGN03669, HPSBMU03090, ibm10719287, ibm10719297, ibm10719301, ibm10719303, ibm10719307, MDVSA-2014:095, RHSA-2014:0474-01, RHSA-2014:0497-01, RHSA-2014:0500-01, RHSA-2014:0511-01, RHSA-2018:2669-01, SOL15282, SUSE-SU-2014:0902-1, swg22017525, VIGILANCE-VUL-14799, VMSA-2014-0008, VMSA-2014-0008.1, VMSA-2014-0008.2, VMSA-2014-0012.

Description de la vulnérabilité

Le produit Apache Struts est utilisé pour le développement d'applications Java EE.

Cependant, le paramètre "class" est mappé à getClass(), qui permet d'accéder à la classe, et de manipuler le ClassLoader.

Un attaquant peut donc accéder au paramètre "class", pour manipuler le ClassLoader, afin d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2011-3414 CVE-2011-4461 CVE-2011-4462

Multiple : déni de service via collision de hachés

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer des données provoquant des collisions de stockage, afin de surcharger un service.
Produits concernés : CheckPoint Endpoint Security, CheckPoint Security Gateway, Debian, Fedora, WebSphere AS Traditional, IIS, .NET Framework, Windows 2003, Windows 2008 R0, Windows 2008 R2, Windows 7, Windows Vista, Windows XP, Snap Creator Framework, openSUSE, Oracle AS, Oracle Communications, Oracle DB, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle Internet Directory, Oracle iPlanet Web Server, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, RHEL.
Gravité : 3/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 11.
Date création : 28/12/2011.
Date révision : 22/02/2012.
Références : 1506603, 2638420, 2659883, BID-51186, BID-51194, BID-51195, BID-51196, BID-51197, BID-51199, BID-51235, BID-51441, CERTA-2011-AVI-727, CERTA-2011-AVI-728, cpujul2018, CVE-2011-3414, CVE-2011-4461, CVE-2011-4462, CVE-2011-4885, CVE-2011-5034, CVE-2011-5035, CVE-2011-5036, CVE-2011-5037, CVE-2012-0039, CVE-2012-0193, CVE-2012-0839, DSA-2783-1, DSA-2783-2, FEDORA-2012-0730, FEDORA-2012-0752, MS11-100, n.runs-SA-2011.004, NTAP-20190307-0004, oCERT-2011-003, openSUSE-SU-2012:0262-1, PM53930, RHSA-2012:1604-01, RHSA-2012:1605-01, RHSA-2012:1606-01, RHSA-2013:1455-01, RHSA-2013:1456-01, sk66350, VIGILANCE-VUL-11254, VU#903934.

Description de la vulnérabilité

Une table de hachage permet de stocker des informations, sous la forme de clés pointant vers des valeurs. Chaque clé est convertie en un entier, qui sert à indexer la zone où stocker les données. Par exemple :
 - cléA est convertie en 34
 - cléB est convertie en 13
Les données sont alors stockées en position 34 et 13.

En général, ces clés génèrent des entiers uniformément répartis sur la zone de stockage (qui va par exemple de 0 à 99). Cependant, si un attaquant calcule ses clés afin qu'elles soient converties dans le même entier (par exemple 34), tous les données sont stockées au même endroit (à l'indice 34). Le temps d'accès à ces données est alors très long.

Un formulaire HTTP posté permet d'envoyer de nombreuses variables. Par exemple : var1=a, var2=b, etc. Les serveurs web stockent généralement ces variables dans une table de hachage. Cependant, si l'attaquant calcule ses clés (noms de variables) afin qu'elles soient toutes stockées au même endroit, il peut surcharger le serveur.

D'autres fonctionnalités, comme un analyseur JSON ou des services annexes, peuvent aussi servir de vecteur d'attaque.

Les produits suivants sont aussi affectés :
 - Apache APR (VIGILANCE-VUL-11380)
 - Apache Xerces-C++ (VIGILANCE-VUL-15082)
 - Apache Xerces Java (VIGILANCE-VUL-15083)
 - expat (VIGILANCE-VUL-11420)
 - Java Lightweight HTTP Server (VIGILANCE-VUL-11381)
 - Java Langage (VIGILANCE-VUL-11715)
 - libxml2 (VIGILANCE-VUL-11384)
 - PHP (VIGILANCE-VUL-11379)
 - Python (VIGILANCE-VUL-11416)
 - Ruby (VIGILANCE-VUL-11382)
 - Tomcat (VIGILANCE-VUL-11383)

Un attaquant peut donc envoyer des données provoquant des collisions de stockage, afin de surcharger un service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2005-1380

BEA Admin console : Cross Site Scripting

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut créer une url provoquant une attaque de type Cross Site Scripting dans la console d'administration BEA.
Produits concernés : Tuxedo, WebLogic.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits client.
Provenance : document.
Date création : 27/04/2005.
Références : BID-13400, CVE-2005-1380, V6-BEAADMINCONSOLEXSS, VIGILANCE-VUL-4931.

Description de la vulnérabilité

La console d'administration BEA écoute généralement sur le port 8001 et permet à l'administrateur de gérer le service.

Le paramètre "server" du script /console/actions/jndi/JndiFramesetAction n'est pas correctement filtré. Un attaquant peut y injecter du code Javascript.

Un attaquant peut donc faire exécuter du code Javascript dans le navigateur d'un administrateur acceptant de cliquer sur un lien illicite.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur Tuxedo :