L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de UCCX

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2016-2180

OpenSSL : lecture de mémoire hors plage prévue via TS_OBJ_print_bio

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide via TS_OBJ_print_bio() de OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Date création : 02/08/2016.
Références : 1359615, 1996096, 2000095, 2003480, 2003620, 2003673, bulletinapr2017, bulletinjul2016, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2180, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, SA132, SA40312, SB10215, SOL02652550, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2469-1, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, VIGILANCE-VUL-20286.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSL implémente la RFC 3161 (Public Key Infrastructure Time-Stamp Protocol).

Cependant, la fonction TS_OBJ_print_bio() cherche à lire une zone mémoire située hors de la plage prévue, ce qui provoque une erreur fatale, ou permet de lire un fragment de la mémoire du processus.

Un attaquant peut donc forcer la lecture à une adresse invalide via TS_OBJ_print_bio() de OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2016-2177

OpenSSL : lecture de mémoire hors plage prévue

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer un accès mémoire à une adresse invalide dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, DB2 UDB, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, ePO, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du serveur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Date création : 09/06/2016.
Références : 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1996096, 1999395, 1999421, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 1999724, 2000095, 2000209, 2000544, 2001805, 2002770, 2002870, 2003480, 2003620, 2003673, 2008828, bulletinapr2016, bulletinapr2017, bulletinjul2016, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2177, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03763, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, RHSA-2017:1548-01, RHSA-2017:1549-01, RHSA-2017:1550-01, RHSA-2017:1551-01, RHSA-2017:1552-01, RHSA-2017:1658-01, RHSA-2017:1659-01, SA132, SA40312, SB10165, SB10215, SOL23873366, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, USN-3181-1, VIGILANCE-VUL-19855.

Description de la vulnérabilité

Le code source de OpenSSL contient de nombreuses boucles où un pointeur parcourt un tampon.

La définition du langage C autorise un pointeur à désigner le mot suivant la fin du tampon mais l'effet d'un accès au mot suivant est indéfini. Plusieurs tests sont écrits sous la forme "pointeur + longueur courante des données > pointeur de fin", alors que ces 2 expressions ne sont pas toujours définies selon les règles de C. De plus, un test avec ">=" serait parfois préférable. Un attaquant qui maitrise les allocations dynamiques de mémoire peut ainsi provoquer des erreurs d'évaluation de la condition de fin de boucle et éventuellement provoquer un accès mémoire invalide.

Un attaquant peut donc forcer un accès mémoire à une adresse invalide dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2016-2178

OpenSSL : signature DSA en temps non constant

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut chronométrer un processus en cours de signature DSA avec OpenSSL, afin de potentiellement obtenir des informations sur la clé secrète.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, IRAD, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : document.
Date création : 07/06/2016.
Date révision : 08/06/2016.
Références : 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992681, 1993777, 1996096, 1999395, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 1999724, 2000095, 2000544, 2003480, 2003620, 2003673, bulletinapr2016, bulletinapr2017, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2178, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2496-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, RHSA-2017:1548-01, RHSA-2017:1549-01, RHSA-2017:1550-01, RHSA-2017:1551-01, RHSA-2017:1552-01, RHSA-2017:1658-01, RHSA-2017:1659-01, SA132, SA40312, SB10215, SOL53084033, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, SUSE-SU-2016:2470-1, SUSE-SU-2016:2470-2, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, VIGILANCE-VUL-19820.

Description de la vulnérabilité

OpenSSL contient une mise en œuvre de l'algorithme de signature DSA.

Le drapeau BN_FLG_CONSTTIME demande à ce que cette opération soit effectuée en temps constant, afin de contrer les attaques par observation de processus. Cependant, la fonction dsa_sign_setup() du fichier src/crypto/dsa/dsa_ossl.c n'initialise pas correctement le drapeau BN_FLG_CONSTTIME.

Un attaquant peut donc chronométrer un processus en cours de signature DSA avec OpenSSL, afin de potentiellement obtenir des informations sur la clé secrète.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2016-0702 CVE-2016-0705 CVE-2016-0797

OpenSSL : sept vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Prime Collaboration Manager, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco PRSM, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, XenServer, Debian, PowerPath, ExtremeXOS, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FreeBSD, HP Switch, AIX, Domino, Notes, IRAD, Rational ClearCase, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Juniper Network Connect, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Web Gateway, Meinberg NTP Server, Data ONTAP, Snap Creator Framework, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, ROX, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, Ubuntu, VxWorks, WinSCP, X2GoClient.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 7.
Date création : 01/03/2016.
Date révision : 07/03/2016.
Références : 000008897, 046178, 046208, 1979498, 1979602, 1987779, 1993210, 2003480, 2003620, 2003673, 2012827, 2013020, 2014202, 2014651, 2014669, 2015080, 2016039, 7043086, 9010066, 9010067, 9010072, BSA-2016-004, bulletinapr2016, bulletinjan2016, CERTFR-2016-AVI-076, CERTFR-2016-AVI-080, cisco-sa-20160302-openssl, CTX208403, CVE-2016-0702, CVE-2016-0705, CVE-2016-0797, CVE-2016-0798, CVE-2016-0799, CVE-2016-0800, CVE-2016-2842, DSA-3500-1, ESA-2016-080, FEDORA-2016-2802690366, FEDORA-2016-e1234b65a2, FEDORA-2016-e6807b3394, FreeBSD-SA-16:12.openssl, HPESBHF03741, ibm10732391, ibm10733905, ibm10738249, ibm10738401, JSA10722, JSA10759, K22334603, K52349521, K93122894, MBGSA-1602, NTAP-20160301-0001, NTAP-20160303-0001, NTAP-20160321-0001, openSUSE-SU-2016:0627-1, openSUSE-SU-2016:0628-1, openSUSE-SU-2016:0637-1, openSUSE-SU-2016:0638-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, openSUSE-SU-2016:0720-1, openSUSE-SU-2016:1566-1, openSUSE-SU-2017:1211-1, openSUSE-SU-2017:1212-1, PAN-SA-2016-0020, PAN-SA-2016-0028, PAN-SA-2016-0030, RHSA-2016:0301-01, RHSA-2016:0302-01, RHSA-2016:0303-01, RHSA-2016:0304-01, RHSA-2016:0305-01, RHSA-2016:0306-01, RHSA-2016:0372-01, RHSA-2016:0445-01, RHSA-2016:0446-01, RHSA-2016:0490-01, RHSA-2016:1519-01, RHSA-2016:2073-01, RHSA-2018:2568-01, RHSA-2018:2575-01, SA117, SA40168, SB10156, SOL22334603, SOL40524634, SOL52349521, SOL79215841, SOL93122894, SSA:2016-062-02, SSA-623229, SUSE-SU-2016:0617-1, SUSE-SU-2016:0620-1, SUSE-SU-2016:0621-1, SUSE-SU-2016:0624-1, SUSE-SU-2016:0631-1, SUSE-SU-2016:0641-1, SUSE-SU-2016:0678-1, SUSE-SU-2018:2839-1, SUSE-SU-2018:3082-1, TNS-2016-03, USN-2914-1, VIGILANCE-VUL-19060, VN-2016-004, VU#583776.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Un attaquant peut se positionner en Man-in-the-Middle sur un serveur utilisant SSLv2 les algorithmes EXPORT (cette configuration est considérée comme faible depuis des années), afin de lire ou modifier des données de la session. [grav:2/4; CVE-2016-0800, VU#583776]

Un attaquant peut provoquer l'utilisation d'une zone mémoire libérée lorsque OpenSSL traite une clé privée DSA (cette situation est rare), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-0705]

Un attaquant peut lire un fragment de la mémoire via SRP_VBASE_get_by_user, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:1/4; CVE-2016-0798]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans BN_hex2bn(), afin de mener un déni de service. [grav:1/4; CVE-2016-0797]

Un attaquant peut utiliser une chaîne très longue (taille INT_MAX), pour provoquer une corruption de mémoire dans les fonctions BIO_*printf(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-0799]

Un attaquant peut utiliser des conflits de cache sur Intel Sandy-Bridge, afin d'obtenir des clés RSA. [grav:1/4; CVE-2016-0702]

Un attaquant peut utiliser une chaîne très longue (taille INT_MAX), pour provoquer une corruption de mémoire dans la fonction interne doapr_outch(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:2/4; CVE-2016-2842]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique 19068

Cisco Unified Contact Center Express : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Cisco Unified Contact Center Express.
Produits concernés : Cisco Unified CCX.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, accès/droits client.
Provenance : client intranet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 3.
Date création : 02/03/2016.
Références : VIGILANCE-VUL-19068.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Cisco Unified Contact Center Express.

Un attaquant peut uploader un fichier malveillant, afin par exemple de déposer un Cheval de Troie. [grav:2/4]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité, afin d'élever ses privilèges. [grav:2/4]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web. [grav:2/4]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2016-0703 CVE-2016-0704

OpenSSL : deux vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Prime Collaboration Manager, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco PRSM, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, BIG-IP Hardware, TMOS, FreeBSD, HP Switch, IRAD, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Juniper Network Connect, NSM Central Manager, NSMXpress, Data ONTAP, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Solaris, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, VxWorks.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 01/03/2016.
Références : 046178, 046208, 1979498, 9010067, BSA-2016-004, bulletinapr2016, bulletinjan2016, CERTFR-2016-AVI-076, CERTFR-2016-AVI-080, cisco-sa-20160302-openssl, CVE-2016-0703, CVE-2016-0704, FreeBSD-SA-16:12.openssl, HPESBHF03741, JSA10759, NTAP-20160303-0001, openSUSE-SU-2016:0627-1, openSUSE-SU-2016:0628-1, openSUSE-SU-2016:0638-1, openSUSE-SU-2016:0720-1, PAN-SA-2016-0030, RHSA-2016:0372-01, SA117, SA40168, SOL95463126, SUSE-SU-2016:0617-1, SUSE-SU-2016:0620-1, SUSE-SU-2016:0621-1, SUSE-SU-2016:0624-1, SUSE-SU-2016:0631-1, SUSE-SU-2016:0641-1, SUSE-SU-2016:0678-1, TNS-2016-03, VIGILANCE-VUL-19061.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL.

Le fichier 2_srvr.c ne vérifie pas que la clear-key-length est nulle pour les algorithmes non-EXPORT, donc un attaquant peut se positionner en Man-in-the-Middle sur SSLv2, afin de lire ou modifier des données de la session. [grav:2/4; CVE-2016-0703]

Le fichier 2_srvr.c écrase certains octets pour la protection Bleichenbacher, donc un attaquant peut se positionner en Man-in-the-Middle sur SSLv2, afin de lire ou modifier des données de la session. [grav:2/4; CVE-2016-0704]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2014-9293 CVE-2014-9294 CVE-2014-9295

NTP.org : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de NTP.org.
Produits concernés : GAiA, CheckPoint IP Appliance, IPSO, CheckPoint Power-1 Appliance, CheckPoint Security Appliance, CheckPoint Smart-1, CheckPoint VSX-1, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Clearswift Email Gateway, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, HP Switch, HP-UX, AIX, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSMXpress, Meinberg NTP Server, NetBSD, NTP.org, openSUSE, Oracle Communications, Solaris, RHEL, ROX, RuggedSwitch, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, lecture de données, déni de service du service.
Provenance : client intranet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 6.
Date création : 19/12/2014.
Date révision : 17/02/2016.
Références : c04554677, c04574882, c04916783, CERTFR-2014-AVI-537, CERTFR-2014-AVI-538, CERTFR-2016-AVI-148, cisco-sa-20141222-ntpd, cpuoct2016, CVE-2014-9293, CVE-2014-9294, CVE-2014-9295, CVE-2014-9296, DSA-3108-1, FEDORA-2014-17361, FEDORA-2014-17367, FEDORA-2014-17395, FreeBSD-SA-14:31.ntp, HPSBHF03432, HPSBPV03266, HPSBUX03240, JSA10663, MBGSA-1405, MDVSA-2015:003, MDVSA-2015:140, NetBSD-SA2015-003, openSUSE-SU-2014:1670-1, openSUSE-SU-2014:1680-1, RHSA-2014:2024-01, RHSA-2014:2025-01, RHSA-2015:0104-01, sk103825, SOL15933, SOL15934, SOL15935, SOL15936, SSA:2014-356-01, SSA-671683, SSRT101872, SUSE-SU-2014:1686-1, SUSE-SU-2014:1686-2, SUSE-SU-2014:1686-3, SUSE-SU-2014:1690-1, SUSE-SU-2015:0259-1, SUSE-SU-2015:0259-2, SUSE-SU-2015:0259-3, SUSE-SU-2015:0274-1, SUSE-SU-2015:0322-1, USN-2449-1, VIGILANCE-VUL-15867, VN-2014-005, VU#852879.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans NTP.org.

Un attaquant peut prédire la clé par défaut générée par config_auth(), afin de contourner l'authentification. [grav:2/4; CVE-2014-9293]

Un attaquant peut prédire la clé générée par ntp-keygen, afin de déchiffrer les sessions. [grav:2/4; CVE-2014-9294]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans crypto_recv(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2014-9295]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans ctl_putdata(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2014-9295]

Un attaquant peut provoquer un buffer overflow dans configure(), afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2014-9295]

Un attaquant peut provoquer une erreur dans receive(), qui n'est pas détectée. [grav:1/4; CVE-2014-9296]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2016-1319

Cisco Unified : obtention de clé de chiffrement

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut obtenir une clé de chiffrement d'un produit de la gamme Cisco Unified, afin d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Cisco CUCM, Cisco Unified CCX.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : compte utilisateur.
Date création : 09/02/2016.
Références : CERTFR-2016-AVI-051, cisco-sa-20160208-ucm, CVE-2016-1319, VIGILANCE-VUL-18897.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs produits Cisco de la gamme Unified ont un service de gestion de clés cryptographiques.

Cependant, certains modes de stockage de clés ne sont pas assez protégés et un attaquant peut récupérer une clé de chiffrement en clair.

Un attaquant peut donc obtenir une clé de chiffrement d'un produit de la gamme Cisco Unified, afin d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2016-1307

Cisco Unified Contact Center Express : obtention d'information via XMPP

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser un compte par défaut de Cisco Unified Contact Center Express pour obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Cisco Unified CCX.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Date création : 03/02/2016.
Références : CERTFR-2016-AVI-047, cisco-sa-20160202-fducce, CSCuw79085, CSCuw86638, CVE-2016-1307, VIGILANCE-VUL-18861.

Description de la vulnérabilité

Le produit Cisco Unified Contact Center Express dispose d'un service XMPP.

Cependant, l'installateur du produit crée un compte par défaut avec un mot de passe fixe et donc bien connu et non modifiable.

Un attaquant peut donc utiliser ce compte de Cisco Unified Contact Center Express pour obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2016-1298

Cisco Unified Contact Center Express : Cross Site Scripting

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting de Cisco Unified Contact Center Express, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Produits concernés : Cisco Unified CCX.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits client.
Provenance : document.
Date création : 26/01/2016.
Références : CERTFR-2016-AVI-036, cisco-sa-20160125-ucce, CSCux92033, CVE-2016-1298, VIGILANCE-VUL-18814.

Description de la vulnérabilité

Le produit Cisco Unified Contact Center Express dispose d'une interface web de management.

Cependant, les données reçues ne sont pas filtrées avant d'être insérées dans les documents HTML générés.

Un attaquant non authentifié peut donc provoquer un Cross Site Scripting de Cisco Unified Contact Center Express, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur UCCX :