L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de VirusScan

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2016-8016 CVE-2016-8017 CVE-2016-8018

McAfee VirusScan Enterprise : multiples vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de McAfee VirusScan Enterprise.
Produits concernés : VirusScan.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits client, lecture de données, création/modification de données.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 10.
Date création : 12/12/2016.
Références : CERTFR-2016-AVI-408, CVE-2016-8016, CVE-2016-8017, CVE-2016-8018, CVE-2016-8019, CVE-2016-8020, CVE-2016-8021, CVE-2016-8022, CVE-2016-8023, CVE-2016-8024, CVE-2016-8025, SB10181, VIGILANCE-VUL-21358, VU#245327, VU#535111.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans McAfee VirusScan Enterprise.

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:1/4; CVE-2016-8016]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web. [grav:2/4; CVE-2016-8017]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Request Forgery, afin de forcer la victime à effectuer des opérations. [grav:2/4; CVE-2016-8018]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web. [grav:2/4; CVE-2016-8019]

Un attaquant peut manipuler une requête HTTP, afin de détourner un générateur de code. [grav:3/4; CVE-2016-8020]

Un attaquant peut tirer parti d'une mauvaise vérification de signature pour manipuler des fichiers sensibles. [grav:2/4; CVE-2016-8021]

Un attaquant peut usurper une identité, afin d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2016-8022]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité, afin d'élever ses privilèges. [grav:3/4; CVE-2016-8023]

Un attaquant peut manipuler les fins de lignes des requêtes HTTP, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:3/4; CVE-2016-8024]

Un attaquant peut provoquer une injection SQL, afin de lire ou modifier des données. [grav:2/4; CVE-2016-8025]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2016-4534

McAfee VirusScan Enterprise : déverrouillage de la console

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant local peut contourner le mot de passe de la console de McAfee VirusScan Enterprise, afin d'altérer la configuration du produit.
Produits concernés : VirusScan.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits privilégié.
Provenance : shell privilégié.
Date création : 04/05/2016.
Références : CVE-2016-4534, SB10158, VIGILANCE-VUL-19520.

Description de la vulnérabilité

Le produit McAfee VirusScan Enterprise dispose d'une console protégée par un mot de passe.

Cependant, un attaquant local peut fermer les handles de mcconsole.exe, pour déverrouiller la console.

Un attaquant local peut donc contourner le mot de passe de la console de McAfee VirusScan Enterprise, afin d'altérer la configuration du produit.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2016-3984

McAfee VirusScan Enterprise : contournement de self-protection

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant local peut contourner la self-protection de McAfee VirusScan Enterprise, afin d'élever ses privilèges.
Produits concernés : VirusScan.
Gravité : 2/4.
Conséquences : création/modification de données.
Provenance : shell privilégié.
Date création : 26/02/2016.
Date révision : 07/03/2016.
Références : CVE-2016-3984, SB10151, VIGILANCE-VUL-19035.

Description de la vulnérabilité

Le produit McAfee VirusScan Enterprise dispose d'un mécanisme d'auto-protection pour empêcher l'administrateur local de le désactiver.

Cependant, un attaquant local peut contourner ce mécanisme et stopper le produit.

Un attaquant local peut donc contourner la self-protection de McAfee VirusScan Enterprise, afin d'élever ses privilèges.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2015-7547

glibc : buffer overflow de getaddrinfo

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, disposant d'un serveur DNS malveillant, peut répondre avec des données trop longues à un client utilisant la fonction getaddrinfo() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code dans l'application cliente.
Produits concernés : ArubaOS, Blue Coat CAS, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, Cisco ASR, Cisco Catalyst, IOS XE Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Cisco Prime DCNM, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco IP Phone, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Wireless Controller, XenDesktop, PowerPath, Unisphere EMC, VNX Operating Environment, VNX Series, ExtremeXOS, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, QRadar SIEM, Trinzic, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, McAfee MOVE AntiVirus, VirusScan, McAfee Web Gateway, openSUSE, openSUSE Leap, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, RealPresence Distributed Media Application, Polycom VBP, RHEL, ROX, RuggedSwitch, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, ESXi, VMware vSphere, VMware vSphere Hypervisor.
Gravité : 4/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Date création : 16/02/2016.
Date révision : 17/02/2016.
Références : 046146, 046151, 046153, 046155, 046158, 1977665, 478832, 479427, 479906, 480572, 480707, 480708, ARUBA-PSA-2016-001, BSA-2016-003, BSA-2016-004, CERTFR-2016-AVI-066, CERTFR-2016-AVI-071, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2017-AVI-022, cisco-sa-20160218-glibc, CTX206991, CVE-2015-7547, ESA-2016-020, ESA-2016-027, ESA-2016-028, ESA-2016-029, ESA-2016-030, FEDORA-2016-0480defc94, FEDORA-2016-0f9e9a34ce, JSA10774, KB #4858, openSUSE-SU-2016:0490-1, openSUSE-SU-2016:0510-1, openSUSE-SU-2016:0511-1, openSUSE-SU-2016:0512-1, PAN-SA-2016-0021, RHSA-2016:0175-01, RHSA-2016:0176-01, RHSA-2016:0225-01, SA114, SB10150, SOL47098834, SSA:2016-054-02, SSA-301706, SUSE-SU-2016:0470-1, SUSE-SU-2016:0471-1, SUSE-SU-2016:0472-1, SUSE-SU-2016:0473-1, USN-2900-1, VIGILANCE-VUL-18956, VMSA-2016-0002, VMSA-2016-0002.1, VN-2016-003.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque glibc implémente un résolveur DNS (libresolv).

Une application peut alors appeler la fonction getaddrinfo(), qui interroge les serveurs DNS. Lorsque le type AF_UNSPEC est utilisé dans l'appel à getaddrinfo(), deux requêtes DNS A et AAAA sont envoyées simultanément. Cependant, ce cas particulier et un cas avec AF_INET6 ne sont pas correctement gérés, et conduisent à un débordement si la réponse provenant du serveur DNS dépasse 2048 octets.

Un attaquant, disposant d'un serveur DNS malveillant, peut donc répondre avec des données trop longues à un client utilisant la fonction getaddrinfo() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code dans l'application cliente.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2015-5229

glibc : déni de service via calloc

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser une erreur dans l'implémentation de calloc() par la glibc, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : McAfee Email Gateway, McAfee MOVE AntiVirus, VirusScan, McAfee Web Gateway, RHEL, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Date création : 16/02/2016.
Références : CVE-2015-5229, RHSA-2016:0176-01, SB10150, VIGILANCE-VUL-18959.

Description de la vulnérabilité

La fonction calloc() alloue une zone mémoire, qui est initialisée avec des zéros.

Cependant, dans certains l'implémentation de calloc() par la glibc n'initialise pas à zéro certaines zones de la mémoire. Une application compilée avec la glibc peut donc avoir à traiter des données non prévues.

Un attaquant peut donc utiliser une erreur dans l'implémentation de calloc() par la glibc, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2015-8577

VirusScan Enterprise : contournement de BOP

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut utiliser la fonctionnalité BOP de VirusScan Enterprise, afin de faciliter le développement d'une attaque pour une vulnérabilité dans un logiciel protégé par BOP.
Produits concernés : VirusScan.
Gravité : 1/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur.
Provenance : compte utilisateur.
Date création : 09/12/2015.
Références : CVE-2015-8577, SB10142, VIGILANCE-VUL-18482.

Description de la vulnérabilité

Le produit VirusScan Enterprise propose la fonctionnalité BOP (Buffer Overflow Protection).

Cependant, cette fonctionnalité alloue de la mémoire avec les permissions RWX à une adresse prédictible dans l'espace mémoire du processus protégé. Cela facilite alors l'exploitation d'une vulnérabilité dans ce processus.

Un attaquant peut donc utiliser la fonctionnalité BOP de VirusScan Enterprise, afin de faciliter le développement d'une attaque pour une vulnérabilité dans un logiciel protégé par BOP.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2015-0286 CVE-2015-0287 CVE-2015-0289

OpenSSL 0.9/1.0.0/1.0.1 : cinq vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de OpenSSL 0.9/1.0.0/1.0.1.
Produits concernés : Arkoon FAST360, ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ASR, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco CSS, Cisco ESA, IOS XE Cisco, Cisco IPS, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, WebNS, Cisco WSA, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiClient, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FreeBSD, hMailServer, HP-UX, AIX, IRAD, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, ePO, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, Data ONTAP 7-Mode, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, pfSense, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Splunk Enterprise, Stonesoft NGFW/VPN, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, WinSCP.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 5.
Date création : 19/03/2015.
Références : 1701334, 1902519, 1960491, 1964410, 1975397, 55767, 7043086, 9010031, ARUBA-PSA-2015-007, bulletinapr2015, c04679334, CERTFR-2015-AVI-117, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2015-AVI-169, CERTFR-2015-AVI-177, CERTFR-2015-AVI-259, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150320-openssl, cisco-sa-20150408-ntpd, cpuapr2017, cpuoct2016, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-0286, CVE-2015-0287, CVE-2015-0289, CVE-2015-0292, CVE-2015-0293, DSA-3197-1, DSA-3197-2, FEDORA-2015-4300, FEDORA-2015-4303, FG-IR-15-008, FreeBSD-SA-15:06.openssl, HPSBUX03334, JSA10680, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150323-0002, openSUSE-SU-2015:0554-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, openSUSE-SU-2015:2243-1, openSUSE-SU-2016:0638-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0715-01, RHSA-2015:0716-01, RHSA-2015:0752-01, RHSA-2015:0800-01, RHSA-2016:0372-01, RHSA-2016:0445-01, RHSA-2016:0446-01, RHSA-2016:0490-01, SA40001, SA92, SB10110, SOL16301, SOL16302, SOL16317, SOL16319, SOL16320, SOL16321, SOL16323, SPL-98351, SPL-98531, SSA:2015-111-09, SSRT102000, SUSE-SU-2015:0541-1, SUSE-SU-2015:0553-1, SUSE-SU-2015:0553-2, SUSE-SU-2015:0578-1, SUSE-SU-2016:0678-1, TNS-2015-04, USN-2537-1, VIGILANCE-VUL-16429.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans OpenSSL 0.9/1.0.0/1.0.1.

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide dans ASN1_TYPE_cmp, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-0286]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire dans ASN.1, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2015-0287]

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans PKCS#7, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-0289]

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire avec des données base64, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. [grav:3/4; CVE-2015-0292]

Un attaquant peut provoquer un OPENSSL_assert, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2015-0293]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

annonce de vulnérabilité CVE-2015-0288

OpenSSL : déréférencement de pointeur NULL via X509_to_X509_REQ

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans X509_to_X509_REQ() de OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Produits concernés : Arkoon FAST360, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ASR, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco CSS, Cisco ESA, IOS XE Cisco, Cisco IPS, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, WebNS, Cisco WSA, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FreeBSD, hMailServer, HP-UX, AIX, IRAD, Tivoli Workload Scheduler, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, ePO, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, Data ONTAP 7-Mode, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, pfSense, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Splunk Enterprise, Stonesoft NGFW/VPN, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, WinSCP.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Date création : 09/03/2015.
Références : 1701334, 1964410, 55767, 9010031, c04679334, CERTFR-2015-AVI-089, CERTFR-2015-AVI-117, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2015-AVI-177, CERTFR-2015-AVI-259, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150320-openssl, cisco-sa-20150408-ntpd, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-0288, DSA-3197-1, DSA-3197-2, FEDORA-2015-4300, FEDORA-2015-4303, FEDORA-2015-6855, FreeBSD-SA-15:06.openssl, HPSBUX03334, JSA10680, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150323-0002, openSUSE-SU-2015:0554-1, openSUSE-SU-2015:1277-1, openSUSE-SU-2015:2243-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0715-01, RHSA-2015:0716-01, RHSA-2015:0752-01, RHSA-2015:0800-01, SA40001, SB10110, SOL16301, SOL16302, SOL16317, SOL16319, SOL16320, SOL16321, SOL16323, SPL-98351, SPL-98531, SSA:2015-111-09, SSRT102000, SUSE-SU-2015:0541-1, SUSE-SU-2015:0553-1, SUSE-SU-2015:0553-2, SUSE-SU-2015:0578-1, TNS-2015-04, USN-2537-1, VIGILANCE-VUL-16342.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSL manipule des certificats X.509.

Cependant, la fonction X509_to_X509_REQ() ne vérifie pas si un pointeur est NULL, avant de l'utiliser.

Un attaquant peut donc forcer le déréférencement d'un pointeur NULL dans X509_to_X509_REQ() de OpenSSL, afin de mener un déni de service.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2015-0138 CVE-2015-0204

OpenSSL, LibReSSL, Mono, JSSE : affaiblissement du chiffrement TLS via FREAK

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Produits concernés : Arkoon FAST360, ArubaOS, Avaya Ethernet Routing Switch, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, FabricOS, Brocade Network Advisor, Cisco ATA, AnyConnect VPN Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IronPort Email, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Prime Network Control Systems, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco WSA, Clearswift Email Gateway, Debian, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiClient, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, Chrome, HPE NNMi, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Domino, Notes, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, Junos Space Network Management Platform, NSM Central Manager, NSMXpress, Juniper SBR, McAfee Email Gateway, ePO, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, Windows (plateforme) ~ non exhaustif, Data ONTAP 7-Mode, NetBSD, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, Java OpenJDK, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle Internet Directory, Java Oracle, Solaris, Tuxedo, WebLogic, pfSense, Puppet, RHEL, Base SAS Software, SAS SAS/CONNECT, Slackware, Sophos AV, Splunk Enterprise, Stonesoft NGFW/VPN, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données.
Provenance : serveur internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 04/03/2015.
Date révision : 09/03/2015.
Références : 122007, 1450666, 1610582, 1647054, 1698613, 1699051, 1699810, 1700225, 1700997, 1701485, 1902260, 1903541, 1963275, 1968485, 1973383, 55767, 7014463, 7022958, 9010028, ARUBA-PSA-2015-003, bulletinjan2015, c04556853, c04679334, c04773241, CERTFR-2015-AVI-108, CERTFR-2015-AVI-117, CERTFR-2015-AVI-146, CERTFR-2016-AVI-303, cisco-sa-20150310-ssl, cpuapr2017, cpujul2018, cpuoct2017, CTX216642, CVE-2015-0138, CVE-2015-0204, DSA-3125-1, FEDORA-2015-0512, FEDORA-2015-0601, FG-IR-15-007, FREAK, FreeBSD-SA-15:01.openssl, HPSBMU03345, HPSBUX03244, HPSBUX03334, JSA10679, MDVSA-2015:019, MDVSA-2015:062, MDVSA-2015:063, NetBSD-SA2015-006, NetBSD-SA2015-007, NTAP-20150205-0001, openSUSE-SU-2015:0130-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2015:0066-01, RHSA-2015:0800-01, RHSA-2015:1020-01, RHSA-2015:1021-01, RHSA-2015:1091-01, SA40015, SA88, SA91, SB10108, SB10110, SOL16120, SOL16123, SOL16124, SOL16126, SOL16135, SOL16136, SOL16139, SP-CAAANXD, SPL-95203, SPL-95206, SSA:2015-009-01, SSRT101885, SSRT102000, SUSE-SU-2015:1073-1, SUSE-SU-2015:1085-1, SUSE-SU-2015:1086-1, SUSE-SU-2015:1086-2, SUSE-SU-2015:1086-3, SUSE-SU-2015:1086-4, SUSE-SU-2015:1138-1, SUSE-SU-2015:1161-1, T1022075, USN-2459-1, VIGILANCE-VUL-16301, VN-2015-003_FREAK, VU#243585.

Description de la vulnérabilité

Le protocole TLS utilise une succession de messages, que le client et le serveur doivent échanger, avant d'établir une session sécurisée.

Plusieurs algorithmes cryptographiques sont négociables, dont les algorithmes compatibles avec l'export USA (moins de 512 bits).

Un attaquant placé en Man-in-the-middle peut injecter en début de session TLS un message choisissant un algorithme d'export. Ce message devrait générer une erreur, cependant certains clients TLS l'acceptent.

Note : la variante concernant Windows est décrite dans VIGILANCE-VUL-16332.

Un attaquant, placé en Man-in-the-middle, peut donc forcer le client Chrome, JSSE, LibReSSL, Mono ou OpenSSL à accepter un algorithme d'export faible, afin de plus facilement intercepter ou modifier les données échangées.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2015-0235

glibc : buffer overflow de gethostbyname, GHOST

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut par exemple envoyer un email utilisant une adresse IPv4 trop longue, pour forcer le serveur de messagerie à résoudre cette adresse, et provoquer un buffer overflow dans gethostbyname() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code. De nombreux programmes utilisant gethostbyname() sont vulnérables selon une procédure d'attaque similaire.
Produits concernés : Arkoon FAST360, GAiA, CheckPoint IP Appliance, Provider-1, SecurePlatform, CheckPoint Security Gateway, CheckPoint VSX-1, Cisco ASR, Cisco Catalyst, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Infrastructure, Cisco CUCM, XenServer, Clearswift Email Gateway, Debian, Unisphere EMC, VNX Operating Environment, VNX Series, Exim, BIG-IP Hardware, TMOS, HPE BSM, HP Operations, Performance Center, Junos Space, McAfee Email and Web Security, McAfee Email Gateway, McAfee MOVE AntiVirus, McAfee NSP, McAfee NTBA, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, openSUSE, Oracle Communications, Palo Alto Firewall PA***, PAN-OS, PHP, HDX, RealPresence Collaboration Server, RealPresence Distributed Media Application, RealPresence Resource Manager, Polycom VBP, RHEL, SIMATIC, Slackware, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DSM, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, WordPress Core.
Gravité : 4/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du client.
Provenance : serveur internet.
Date création : 27/01/2015.
Date révision : 27/01/2015.
Références : 198850, 199399, c04577814, c04589512, CERTFR-2015-AVI-043, cisco-sa-20150128-ghost, cpujul2015, cpujul2017, cpuoct2016, cpuoct2017, cpuoct2018, CTX200437, CVE-2015-0235, DSA-3142-1, ESA-2015-030, ESA-2015-041, GHOST, HPSBGN03270, HPSBGN03285, JSA10671, K16057, KM01391662, MDVSA-2015:039, openSUSE-SU-2015:0162-1, openSUSE-SU-2015:0184-1, PAN-SA-2015-0002, RHSA-2015:0090-01, RHSA-2015:0092-01, RHSA-2015:0099-01, RHSA-2015:0101-01, RHSA-2015:0126-01, SB10100, sk104443, SOL16057, SSA:2015-028-01, SSA-994726, SUSE-SU-2015:0158-1, USN-2485-1, VIGILANCE-VUL-16060, VU#967332.

Description de la vulnérabilité

La bibliothèque glibc fournit deux fonctions pour obtenir l'adresse IP d'un serveur à partir de son nom DNS :
  struct hostent *gethostbyname(const char *name);
  struct hostent *gethostbyname2(const char *name, int af);

Par exemple :
  he = gethostbyname("www.example.com");

Ces fonctions acceptent aussi de directement travailler sur une adresse IP :
  he = gethostbyname("192.168.1.1");

Cependant, une adresse IPv4 malformée et trop longue comme 192.168.111111.1 (plus de 1024 octets de long) produit un débordement dans la fonction __nss_hostname_digits_dots().

Un attaquant peut donc par exemple envoyer un email utilisant une adresse IPv4 trop longue, pour forcer le serveur de messagerie à résoudre cette adresse, et provoquer un buffer overflow dans gethostbyname() de la glibc, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.

Plusieurs programmes utilisant gethostbyname() sont vulnérables (exim, php, pppd, procmail) selon une procédure d'attaque similaire. Les programmes suivants ne semblent pas être vulnérables : apache, cups, dovecot, gnupg, isc-dhcp, lighttpd, mariadb/mysql, nfs-utils, nginx, nodejs, openldap, openssh, postfix, proftpd, pure-ftpd, rsyslog, samba, sendmail, squid, sysklogd, syslog-ng, tcp_wrappers, vsftpd, xinetd.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur VirusScan :