L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de WebSphere MQ

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-2183 CVE-2016-6329

Blowfish, Triple-DES : algorithmes trop faibles, SWEET32

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut créer une session TLS/VPN avec un algorithme Blowfish/Triple-DES, et mener une attaque de deux jours, afin de déchiffrer des données.
Produits concernés : Avaya Ethernet Routing Switch, Blue Coat CAS, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, Avamar, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeRADIUS, hMailServer, HPE BSM, LoadRunner, HP Operations, Performance Center, Real User Monitoring, SiteScope, HP Switch, HP-UX, AIX, DB2 UDB, Informix Server, IRAD, Security Directory Server, Tivoli Directory Server, Tivoli Storage Manager, Tivoli System Automation, WebSphere MQ, Junos Space, McAfee Email Gateway, ePO, Data ONTAP, Snap Creator Framework, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle DB, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, SSL (protocole), Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 25/08/2016.
Références : 1610582, 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992681, 1993777, 1994375, 1995099, 1995922, 1998797, 1999054, 1999421, 2000209, 2000212, 2000370, 2000544, 2001608, 2002021, 2002335, 2002336, 2002479, 2002537, 2002870, 2002897, 2002991, 2003145, 2003480, 2003620, 2003673, 2004036, 2008828, 523628, 9010102, bulletinapr2017, c05349499, c05369403, c05369415, c05390849, CERTFR-2017-AVI-012, CERTFR-2019-AVI-049, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpujul2017, cpuoct2017, CVE-2016-2183, CVE-2016-6329, DSA-2018-124, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-7810e24465, FEDORA-2016-dc2cb4ad6b, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FG-IR-17-173, HPESBGN03697, HPESBGN03765, HPESBUX03725, HPSBGN03690, HPSBGN03694, HPSBHF03674, ibm10718843, java_jan2017_advisory, JSA10770, KM03060544, NTAP-20160915-0001, openSUSE-SU-2016:2199-1, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2496-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2017:1638-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2017:0336-01, RHSA-2017:0337-01, RHSA-2017:0338-01, RHSA-2017:3113-01, RHSA-2017:3114-01, RHSA-2017:3239-01, RHSA-2017:3240-01, RHSA-2018:2123-01, SA133, SA40312, SB10171, SB10186, SB10197, SB10215, SOL13167034, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SSA:2016-363-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, SUSE-SU-2016:2470-1, SUSE-SU-2016:2470-2, SUSE-SU-2017:1444-1, SUSE-SU-2017:2838-1, SUSE-SU-2017:3177-1, SWEET32, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, USN-3270-1, USN-3339-1, USN-3339-2, USN-3372-1, VIGILANCE-VUL-20473.

Description de la vulnérabilité

Les algorithmes de chiffrement symétrique Blowfish et Triple-DES utilisent des blocs de 64 bits.

Cependant, s'ils sont utilisés en mode CBC, une collision se produit après 785 GB transférés, et il devient possible de déchiffrer les blocs avec une attaque qui dure 2 jours.

Un attaquant peut donc créer une session TLS/VPN avec un algorithme Blowfish/Triple-DES, et mener une attaque de deux jours, afin de déchiffrer des données.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2016-2182

OpenSSL : corruption de mémoire via BN_bn2dec

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut provoquer une corruption de mémoire via BN_bn2dec() de OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, Android OS, hMailServer, HP Switch, AIX, DB2 UDB, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, ePO, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : document.
Date création : 24/08/2016.
Références : 1996096, 1999395, 1999421, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 2000095, 2000209, 2002870, 2003480, 2003620, 2003673, 2008828, bulletinapr2017, bulletinjul2016, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2182, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03856, JSA10759, K01276005, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, SA132, SA40312, SB10171, SB10215, SOL01276005, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, VIGILANCE-VUL-20460.

Description de la vulnérabilité

Le bibliothèque OpenSSL travaille sur des grands nombres pour effectuer des opérations comme RSA.

La fonction BN_bn2dec() convertit un grand nombre en sa représentation décimale. Cependant, un nombre spécial force BN_div_word() à retourner une valeur limite, puis les données sont écrites après la fin de la zone mémoire.

Un attaquant peut donc provoquer une corruption de mémoire via BN_bn2dec() de OpenSSL, afin de mener un déni de service, et éventuellement d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-3458 CVE-2016-3485 CVE-2016-3498

Oracle Java : vulnérabilités de juillet 2016

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de Oracle Java.
Produits concernés : Debian, VNX Operating Environment, VNX Series, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, AIX, Domino, Notes, IRAD, SPSS Statistics, Tivoli Storage Manager, Tivoli System Automation, WebSphere AS Traditional, IBM WebSphere ESB, WebSphere MQ, JAXP, ePO, Java OpenJDK, openSUSE, openSUSE Leap, Java Oracle, JavaFX, RHEL, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, lecture de données, création/modification de données, effacement de données, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : compte utilisateur.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 13.
Date création : 20/07/2016.
Références : 1988339, 1988894, 1988978, 1989049, 1989337, 1990031, 1990448, 1991383, 1991909, 1991910, 1991911, 1991913, 1991997, 1995792, 1995799, 2001630, 2007242, 486953, CERTFR-2016-AVI-243, cpujul2016, CVE-2016-3458, CVE-2016-3485, CVE-2016-3498, CVE-2016-3500, CVE-2016-3503, CVE-2016-3508, CVE-2016-3511, CVE-2016-3550, CVE-2016-3552, CVE-2016-3587, CVE-2016-3598, CVE-2016-3606, CVE-2016-3610, DLA-579-1, DSA-3641-1, ESA-2016-099, FEDORA-2016-588e386aaa, FEDORA-2016-c07d18b2a5, FEDORA-2016-c60d35c46c, openSUSE-SU-2016:2050-1, openSUSE-SU-2016:2051-1, openSUSE-SU-2016:2052-1, openSUSE-SU-2016:2058-1, RHSA-2016:1458-01, RHSA-2016:1475-01, RHSA-2016:1476-01, RHSA-2016:1477-01, RHSA-2016:1504-01, RHSA-2016:1587-01, RHSA-2016:1588-01, RHSA-2016:1589-01, RHSA-2016:1776-01, SB10166, SOL05016441, SOL25075696, SUSE-SU-2016:1997-1, SUSE-SU-2016:2012-1, SUSE-SU-2016:2261-1, SUSE-SU-2016:2286-1, SUSE-SU-2016:2347-1, SUSE-SU-2016:2348-1, SUSE-SU-2016:2726-1, USN-3043-1, USN-3062-1, USN-3077-1, VIGILANCE-VUL-20169, ZDI-16-445, ZDI-16-446, ZDI-16-447, ZDI-16-448.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Oracle Communications.

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Hotspot, afin d'obtenir des informations, d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-3587, ZDI-16-448]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Hotspot, afin d'obtenir des informations, d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-3606, ZDI-16-447]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Libraries, afin d'obtenir des informations, d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-3598, ZDI-16-446]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Libraries, afin d'obtenir des informations, d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-3610, ZDI-16-445]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Install, afin d'obtenir des informations, d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-3552]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Deployment, afin d'obtenir des informations, d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-3511]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Install, afin d'obtenir des informations, d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:3/4; CVE-2016-3503]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via JavaFX, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-3498]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via JAXP, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-3500]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via JAXP, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-3508]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via CORBA, afin d'altérer des informations. [grav:2/4; CVE-2016-3458]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Hotspot, afin d'altérer des informations, ou de mener un déni de service. [grav:2/4; CVE-2016-3550]

Un attaquant peut employer une vulnérabilité via Networking, afin d'altérer des informations. [grav:1/4; CVE-2016-3485]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2016-2542

Flexera InstallShield, JRSoft Inno Setup : exécution de code via DLL-planting

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut créer une DLL malveillante dans un chemin de recherche de Flexera InstallShield ou JRSoft Inno Setup, afin d'exécuter du code avec les privilèges d'administration.
Produits concernés : NetWorker, FortiClient, DB2 UDB, Notes, Tivoli Storage Manager, WebSphere MQ, Notepad++, PuTTY, X2GoClient.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur.
Provenance : document.
Date création : 09/05/2016.
Dates révisions : 02/06/2016, 06/07/2016.
Références : 1610582, 1978168, 1978363, 1979808, 1980839, 1982467, 1982741, 1982809, 1983796, 1983797, 1983813, 1983814, 1983815, 1984184, 1984743, 1984863, 494999, CVE-2016-2542, ESA-2017-008, FG-IR-16-046, VIGILANCE-VUL-19558.

Description de la vulnérabilité

Les produits Flexera InstallShield et JRSoft Inno Setup sont utilisés pour construire des programme d'installation de logiciels.

Dans certains cas, les programmes générés chargent des modules d'extension dont le nom et l'emplacement peuvent dépendre des paquets produits. Cependant, dans certains cas, ces DLL sont chargés depuis un dossier accessible en écriture à un utilisateur non privilégié, alors que le programme qui va le charger et l'exécuter a vocation a être exécuté depuis le compte administrateur. Un cas typique est celui ou le programme d'installation est exécuté depuis le dossier des téléchargements d'un navigateur. Notons que le programme d'installation ainsi produit n'a vocation a n'être exécuté que rarement, ce qui limite les possibilités d'exploitation.

Ce problème a déjà été traité pour d'autres produits dans le bulletin VIGILANCE-VUL-18671.

Un attaquant peut donc créer une DLL malveillante dans un chemin de recherche de Flexera InstallShield ou JRSoft Inno Setup, afin d'exécuter du code avec les privilèges d'administration.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité CVE-2016-3092

Apache Tomcat : déni de service via FileUpload

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut envoyer des fichiers de taille spécialement choisie à Apache Tomcat, afin de surcharger le serveur.
Produits concernés : Tomcat, Debian, Fedora, HP-UX, Domino, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli System Automation, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere AS Traditional, IBM WebSphere ESB, WebSphere MQ, MariaDB ~ précis, MySQL Community, MySQL Enterprise, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Oracle OIT, Solaris, Tuxedo, Oracle Virtual Directory, WebLogic, Oracle Web Tier, Percona Server, Puppet, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Ubuntu.
Gravité : 2/4.
Conséquences : déni de service du serveur, déni de service du service.
Provenance : client internet.
Date création : 22/06/2016.
Références : 1987864, 1989628, 1990172, 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992835, 1995388, 1995793, 2000095, 2000544, 2001563, 2012109, 2015814, 7014463, bulletinjul2016, c05324759, cpuapr2017, cpuapr2018, cpujul2017, cpujul2018, cpuoct2017, CVE-2016-3092, DLA-528-1, DLA-529-1, DSA-3609-1, DSA-3611-1, DSA-3614-1, FEDORA-2016-0a4dccdd23, FEDORA-2016-2b0c16fd82, HPSBUX03665, openSUSE-SU-2016:2252-1, RHSA-2016:2068-01, RHSA-2016:2069-01, RHSA-2016:2070-01, RHSA-2016:2071-01, RHSA-2016:2072-01, RHSA-2016:2599-02, RHSA-2016:2807-01, RHSA-2016:2808-01, RHSA-2017:0455-01, RHSA-2017:0456-01, RHSA-2017:0457-01, SUSE-SU-2017:1660-1, USN-3024-1, USN-3027-1, VIGILANCE-VUL-19953.

Description de la vulnérabilité

Le produit Apache Tomcat utilise une variante de la bibliothèque Apache Commons FileUpload.

Celle-ci gère la réception de fichier via HTTP. Cependant, lorsque la taille du fichier envoyé est telle que l'ensemble fichier + enveloppe MIME a la même taille que celle du tampon de lecture du fichier, le transfert est anormalement et extrêmement long.

Un attaquant peut donc envoyer des fichiers de taille spécialement choisie à Apache Tomcat, afin de surcharger le serveur.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité informatique CVE-2016-2177

OpenSSL : lecture de mémoire hors plage prévue

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut forcer un accès mémoire à une adresse invalide dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, DB2 UDB, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, ePO, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 1/4.
Conséquences : lecture de données, déni de service du serveur, déni de service du service, déni de service du client.
Provenance : client internet.
Date création : 09/06/2016.
Références : 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1996096, 1999395, 1999421, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 1999724, 2000095, 2000209, 2000544, 2001805, 2002770, 2002870, 2003480, 2003620, 2003673, 2008828, bulletinapr2016, bulletinapr2017, bulletinjul2016, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2177, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03763, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, RHSA-2017:1548-01, RHSA-2017:1549-01, RHSA-2017:1550-01, RHSA-2017:1551-01, RHSA-2017:1552-01, RHSA-2017:1658-01, RHSA-2017:1659-01, SA132, SA40312, SB10165, SB10215, SOL23873366, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, USN-3181-1, VIGILANCE-VUL-19855.

Description de la vulnérabilité

Le code source de OpenSSL contient de nombreuses boucles où un pointeur parcourt un tampon.

La définition du langage C autorise un pointeur à désigner le mot suivant la fin du tampon mais l'effet d'un accès au mot suivant est indéfini. Plusieurs tests sont écrits sous la forme "pointeur + longueur courante des données > pointeur de fin", alors que ces 2 expressions ne sont pas toujours définies selon les règles de C. De plus, un test avec ">=" serait parfois préférable. Un attaquant qui maitrise les allocations dynamiques de mémoire peut ainsi provoquer des erreurs d'évaluation de la condition de fin de boucle et éventuellement provoquer un accès mémoire invalide.

Un attaquant peut donc forcer un accès mémoire à une adresse invalide dans OpenSSL, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

vulnérabilité CVE-2016-2178

OpenSSL : signature DSA en temps non constant

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut chronométrer un processus en cours de signature DSA avec OpenSSL, afin de potentiellement obtenir des informations sur la clé secrète.
Produits concernés : Blue Coat CAS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, Cisco ASR, Cisco Aironet, Cisco ATA, Cisco AnyConnect Secure Mobility Client, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, Cisco Content SMA, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, Nexus par Cisco, NX-OS, Cisco Prime Access Registrar, Prime Collaboration Assurance, Cisco Prime DCNM, Prime Infrastructure, Cisco Prime LMS, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco WSA, Cisco Wireless Controller, Debian, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, FreeRADIUS, hMailServer, HP Switch, AIX, IRAD, QRadar SIEM, Tivoli Storage Manager, Tivoli Workload Scheduler, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Space, NSM Central Manager, NSMXpress, McAfee Email Gateway, NetScreen Firewall, ScreenOS, Nodejs Core, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Oracle Directory Server, Oracle Directory Services Plus, Oracle Fusion Middleware, Oracle GlassFish Server, Oracle Identity Management, Oracle iPlanet Web Server, Solaris, Tuxedo, WebLogic, Oracle Web Tier, pfSense, Pulse Connect Secure, Pulse Secure Client, Pulse Secure SBR, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, SAS Add-in for Microsoft Office, SAS Analytics Pro, Base SAS Software, SAS Enterprise BI Server, SAS Enterprise Guide, SAS Management Console, SAS OLAP Server, SAS SAS/ACCESS, SAS SAS/AF, SAS SAS/CONNECT, SAS SAS/EIS, SAS SAS/ETS, SAS SAS/FSP, SAS SAS/GRAPH, SAS SAS/IML, SAS SAS/OR, SAS SAS/STAT, SAS SAS/Web Report Studio, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Ubuntu, WinSCP.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : document.
Date création : 07/06/2016.
Date révision : 08/06/2016.
Références : 1991866, 1991867, 1991870, 1991871, 1991875, 1991876, 1991878, 1991880, 1991882, 1991884, 1991885, 1991886, 1991887, 1991889, 1991892, 1991894, 1991896, 1991902, 1991903, 1991951, 1991955, 1991959, 1991960, 1991961, 1992681, 1993777, 1996096, 1999395, 1999474, 1999478, 1999479, 1999488, 1999532, 1999724, 2000095, 2000544, 2003480, 2003620, 2003673, bulletinapr2016, bulletinapr2017, CERTFR-2016-AVI-333, cisco-sa-20160927-openssl, cpuapr2017, cpujan2018, cpuoct2017, CVE-2016-2178, DLA-637-1, DSA-3673-1, DSA-3673-2, FEDORA-2016-97454404fe, FEDORA-2016-a555159613, FG-IR-16-047, FG-IR-16-048, FG-IR-17-127, FreeBSD-SA-16:26.openssl, HPESBHF03856, JSA10759, openSUSE-SU-2016:2391-1, openSUSE-SU-2016:2407-1, openSUSE-SU-2016:2496-1, openSUSE-SU-2016:2537-1, openSUSE-SU-2018:0458-1, RHSA-2016:1940-01, RHSA-2017:1548-01, RHSA-2017:1549-01, RHSA-2017:1550-01, RHSA-2017:1551-01, RHSA-2017:1552-01, RHSA-2017:1658-01, RHSA-2017:1659-01, SA132, SA40312, SB10215, SOL53084033, SP-CAAAPUE, SPL-129207, SSA:2016-266-01, SUSE-SU-2016:2387-1, SUSE-SU-2016:2394-1, SUSE-SU-2016:2458-1, SUSE-SU-2016:2468-1, SUSE-SU-2016:2469-1, SUSE-SU-2016:2470-1, SUSE-SU-2016:2470-2, TNS-2016-16, USN-3087-1, USN-3087-2, VIGILANCE-VUL-19820.

Description de la vulnérabilité

OpenSSL contient une mise en œuvre de l'algorithme de signature DSA.

Le drapeau BN_FLG_CONSTTIME demande à ce que cette opération soit effectuée en temps constant, afin de contrer les attaques par observation de processus. Cependant, la fonction dsa_sign_setup() du fichier src/crypto/dsa/dsa_ossl.c n'initialise pas correctement le drapeau BN_FLG_CONSTTIME.

Un attaquant peut donc chronométrer un processus en cours de signature DSA avec OpenSSL, afin de potentiellement obtenir des informations sur la clé secrète.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité CVE-2015-7462

IBM WebSphere MQ : obtention d'information via mqcertck

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant privilégié peut lire les logs de mqcertck de IBM WebSphere MQ sur IBM i, afin d'obtenir des informations sensibles.
Produits concernés : WebSphere MQ.
Gravité : 2/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : shell privilégié.
Date création : 07/06/2016.
Références : 1984557, CVE-2015-7462, VIGILANCE-VUL-19821.

Description de la vulnérabilité

Le produit IBM WebSphere MQ dispose d'un outil mqcertck, pour diagnostiquer les configurations TLS.

Cependant, un attaquant peut lire les journaux de mqcertck pour obtenir le mot de passe du magasin de certificats.

Un attaquant privilégié peut donc lire les logs de mqcertck de IBM WebSphere MQ sur IBM i, afin d'obtenir des informations sensibles.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2015-7473 CVE-2016-0259 CVE-2016-0260

IBM WebSphere MQ : quatre vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de IBM WebSphere MQ.
Produits concernés : QRadar SIEM, WebSphere MQ.
Gravité : 2/4.
Conséquences : conséquence inconnue, accès/droits administrateur, accès/droits privilégié, accès/droits utilisateur, accès/droits client, lecture de données, création/modification de données, effacement de données, transit de données, déni de service du serveur, déni de service du service, déni de service du client, camouflage.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 4.
Date création : 26/05/2016.
Date révision : 02/06/2016.
Références : 1984555, 1984561, 1984564, 2015824, 7043086, CVE-2015-7473, CVE-2016-0259, CVE-2016-0260, CVE-2016-0379, VIGILANCE-VUL-19709.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans IBM WebSphere MQ.

Un attaquant peut utiliser une vulnérabilité via MQSC command, afin d'exécuter du code. [grav:2/4; 1984555, CVE-2015-7473]

Un attaquant peut provoquer une fuite mémoire via Heap Storage, afin de mener un déni de service. [grav:2/4; 1984564, CVE-2016-0260]

Un attaquant peut forcer la lecture à une adresse invalide via MQ Protocol de IBM WebSphere MQ, afin de mener un déni de service, ou d'obtenir des informations sensibles (VIGILANCE-VUL-20653). [grav:2/4; CVE-2016-0379]

Un attaquant peut contourner les mesures de sécurité via runmqsc, afin d'élever ses privilèges. [grav:2/4; 1984561, CVE-2016-0259]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité informatique CVE-2016-4560

Flexera InstallShield : exécution de code via DLL-planting

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut créer une DLL malveillante pour Flexera InstallShield, afin d'exécuter du code.
Produits concernés : Tivoli Storage Manager, WebSphere MQ.
Gravité : 2/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur.
Provenance : document.
Date création : 02/06/2016.
Références : 1978363, 1984949, 1985483, CVE-2016-4560, VIGILANCE-VUL-19769.

Description de la vulnérabilité

Le produit Flexera InstallShield est utilisé lors de l'installation de plusieurs autres produits.

Cependant, un attaquant peut placer une DLL malveillante dans le chemin, pour qu'elle soit chargée.

Un attaquant peut donc créer une DLL malveillante pour Flexera InstallShield, afin d'exécuter du code.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.

Consulter les informations sur WebSphere MQ :