L'équipe Vigil@nce veille les vulnérabilités publiques qui affectent votre parc informatique, puis propose des correctifs sécurité, une base et des outils pour y remédier.

Vulnérabilités informatiques de Websense Web Security

annonce de vulnérabilité informatique CVE-2015-1793

OpenSSL : trucage de chaîne de certification X.509

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut faire accepter par OpenSSL des certificats usurpés, afin d'intercepter des communications chiffrées ou de contourner des authentifications par signature cryptographique.
Produits concernés : DCFM Enterprise, Brocade Network Advisor, Brocade vTM, ASA, Cisco Catalyst, IOS XE Cisco, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco CUCM, Clearswift Email Gateway, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FileZilla Server, FreeBSD, hMailServer, HP Switch, HP-UX, IRAD, Juniper J-Series, Junos OS, McAfee Email Gateway, McAfee NGFW, Nodejs Core, OpenSSL, Oracle Communications, Solaris, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, Synology DSM, Synology DS***, Synology RS***, Nessus, Websense Web Security, WinSCP, X2GoClient.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits client, lecture de données, création/modification de données.
Provenance : client internet.
Date création : 09/07/2015.
Références : 1962398, 1963151, BSA-2015-009, bulletinjul2015, c04760669, c05184351, CERTFR-2015-AVI-285, CERTFR-2015-AVI-431, cisco-sa-20150710-openssl, cpuoct2017, CVE-2015-1793, FEDORA-2015-11414, FEDORA-2015-11475, FreeBSD-SA-15:12.openssl, HPSBHF03613, HPSBUX03388, JSA10694, SB10125, SOL16937, SPL-103044, SSA:2015-190-01, SSRT102180, VIGILANCE-VUL-17337.

Description de la vulnérabilité

La validation de certificat commence par la construction d'une chaîne où chaque certificat fournit la clé publique de vérification de la signature du suivant.

En fonction de la présence ou non d'extensions X.509v3 d'identification comme "Authority Key Identifier", la construction de la chaîne peut être non déterministe. Lorsque la première chaîne construite ne permet pas de valider un certificat, OpenSSL 1.0.1 et 1.0.2 cherchent d'autres chaînes possibles. Cependant, lors de la vérification de ces chaînes de la seconde chance, certaines vérifications ne sont pas faites. En particulier, un attaquant peut faire utiliser son certificat comme un certificat d'AC, même si ce dernier possède l'extension standard "Contraintes de base" indiquant "AC: non". Cela lui permet de créer des certificats pour toute entité.

Cette vulnérabilité impacte les clients vérifiant un certificat serveur, ou les serveurs TLS vérifiant un certificat client.

Un attaquant peut donc faire accepter par OpenSSL des certificats usurpés, afin d'intercepter des communications chiffrées ou de contourner des authentifications par signature cryptographique.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

bulletin de vulnérabilité informatique CVE-2014-3566 CVE-2014-6271 CVE-2014-9711

Websense TRITON AP-WEB : neuf vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de Websense TRITON AP-WEB.
Produits concernés : TRITON AP-WEB, Websense Web Filter, Websense Web Security.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, accès/droits client, lecture de données, déni de service du service.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 9.
Date création : 19/03/2015.
Références : APP-3494, CVE-2014-3566, CVE-2014-6271, CVE-2014-9711, CVE-2015-2703, CVE-2015-2746, CVE-2015-2748, CVE-2015-2761, CVE-2015-2762, DSS-7910, EI-2301, EI-2465, EI-2529, EI-2970, VIGILANCE-VUL-16418, WCG-2132, WCG-2301, WCG-2347, WCG-2589, WSE-3881, WSE-4219, WSE-4308, WSE-4322, WSE 4544, WSE-4723, WSE-5122.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Websense TRITON AP-WEB.

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting dans TRITON UI Exceptions and Scanning Exceptions, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web. [grav:2/4; CVE-2015-2761, WSE-5122]

Un attaquant peut énumérer les utilisateurs du domaine Windows. [grav:2/4; CVE-2015-2762, WCG-2589]

Un attaquant, placé en Man-in-the-Middle, peut déchiffrer une session SSL 3.0, afin d'obtenir des informations sensibles (VIGILANCE-VUL-15485). [grav:2/4; CVE-2014-3566, DSS-7910, EI-2301, EI-2970, WCG-2301, WCG-2347, WSE 4544, WSE-4723]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting dans Content Gateway Error Messages, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web. [grav:2/4; CVE-2014-9711, CVE-2015-2703, EI-2465, EI-2529, WCG-2132]

Un attaquant peut accéder aux répertoires de Apache, afin d'obtenir des informations sensibles. [grav:2/4; CVE-2015-2748, WSE-4322]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting dans Block Pages, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web. [grav:2/4; CVE-2014-9711, CVE-2015-2703, WSE-4308]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Scripting dans Job Queue, afin d'exécuter du code JavaScript dans le contexte du site web. [grav:2/4; CVE-2014-9711, CVE-2015-2703, WSE-3881]

Un attaquant peut définir une variable d'environnement spéciale, qui est passée à bash (via CGI ou OpenSSH par exemple), afin d'exécuter du code (VIGILANCE-VUL-15399). [grav:3/4; CVE-2014-6271, WSE-4219]

Un attaquant peut provoquer un Cross Site Request Forgery dans V-Series Appliances, afin de forcer la victime à effectuer des opérations. [grav:2/4; APP-3494, CVE-2015-2746]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2014-0224

OpenSSL : man in the middle via ChangeCipherSpec

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut se placer en man in the middle entre un serveur et un client utilisant OpenSSL, afin de lire ou modifier les données échangées.
Produits concernés : ArubaOS, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, GAiA, CheckPoint IP Appliance, IPSO, Provider-1, SecurePlatform, CheckPoint Security Appliance, CheckPoint Security Gateway, Cisco ASR, Cisco ATA, Cisco ACE, ASA, AsyncOS, Cisco Catalyst, CiscoWorks, Cisco Content SMA, Cisco CSS, Cisco ESA, IOS par Cisco, IOS XE Cisco, IOS XR Cisco, Cisco IPS, IronPort Email, IronPort Management, IronPort Web, Nexus par Cisco, NX-OS, Prime Collaboration Assurance, Prime Collaboration Manager, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Cisco Router, Secure ACS, Cisco CUCM, Cisco Manager Attendant Console, Cisco Unified CCX, Cisco IP Phone, Cisco MeetingPlace, Cisco Wireless IP Phone, Cisco Unity ~ précis, WebNS, Cisco WSA, Clearswift Web Gateway, Debian, Avamar, EMC CAVA, EMC CEE, EMC CEPA, Celerra FAST, Celerra NS, Celerra NX4, EMC CMDCE, Connectrix Switch, ECC, NetWorker, PowerPath, Unisphere EMC, VNX Operating Environment, VNX Series, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiAnalyzer, FortiAnalyzer Virtual Appliance, FortiClient, FortiManager, FortiManager Virtual Appliance, FreeBSD, HP Operations, ProCurve Switch, HP Switch, HP-UX, AIX, Tivoli Storage Manager, WebSphere MQ, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Pulse, Juniper Network Connect, Juniper UAC, McAfee Web Gateway, MySQL Enterprise, NetBSD, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, openSUSE Leap, Oracle Communications, Solaris, Polycom CMA, HDX, RealPresence Collaboration Server, Polycom VBP, RHEL, JBoss EAP par Red Hat, ACE Agent, ACE Server, RSA Authentication Agent, RSA Authentication Manager, SecurID, ROS, ROX, RuggedSwitch, SIMATIC, Slackware, Splunk Enterprise, stunnel, SUSE Linux Enterprise Desktop, SLES, Nessus, InterScan Messaging Security Suite, InterScan Web Security Suite, TrendMicro ServerProtect, Ubuntu, ESXi, vCenter Server, VMware vSphere, VMware vSphere Hypervisor, Websense Email Security, Websense Web Filter, Websense Web Security.
Gravité : 3/4.
Conséquences : lecture de données, création/modification de données, transit de données.
Provenance : document.
Date création : 05/06/2014.
Date révision : 05/06/2014.
Références : 1676496, 1690827, aid-06062014, c04336637, c04347622, c04363613, CERTFR-2014-AVI-253, CERTFR-2014-AVI-254, CERTFR-2014-AVI-255, CERTFR-2014-AVI-260, CERTFR-2014-AVI-274, CERTFR-2014-AVI-279, CERTFR-2014-AVI-286, CERTFR-2014-AVI-513, cisco-sa-20140605-openssl, cpuoct2016, CTX140876, CVE-2014-0224, DOC-53313, DSA-2950-1, DSA-2950-2, FEDORA-2014-17576, FEDORA-2014-17587, FEDORA-2014-7101, FEDORA-2014-7102, FG-IR-14-018, FreeBSD-SA-14:14.openssl, HPSBHF03052, HPSBUX03046, JSA10629, MDVSA-2014:105, MDVSA-2014:106, MDVSA-2015:062, NetBSD-SA2014-006, openSUSE-SU-2014:0764-1, openSUSE-SU-2014:0765-1, openSUSE-SU-2015:0229-1, openSUSE-SU-2016:0640-1, RHSA-2014:0624-01, RHSA-2014:0625-01, RHSA-2014:0626-01, RHSA-2014:0627-01, RHSA-2014:0628-01, RHSA-2014:0629-01, RHSA-2014:0630-01, RHSA-2014:0631-01, RHSA-2014:0632-01, RHSA-2014:0633-01, RHSA-2014:0679-01, RHSA-2014:0680-01, SA40006, SA80, SB10075, sk101186, SOL15325, SPL-85063, SSA:2014-156-03, SSA-234763, SSRT101590, SUSE-SU-2014:0759-1, SUSE-SU-2014:0759-2, SUSE-SU-2014:0761-1, SUSE-SU-2014:0762-1, USN-2232-1, USN-2232-2, USN-2232-3, USN-2232-4, VIGILANCE-VUL-14844, VMSA-2014-0006, VMSA-2014-0006.1, VMSA-2014-0006.10, VMSA-2014-0006.11, VMSA-2014-0006.2, VMSA-2014-0006.3, VMSA-2014-0006.4, VMSA-2014-0006.5, VMSA-2014-0006.6, VMSA-2014-0006.7, VMSA-2014-0006.8, VMSA-2014-0006.9, VU#978508.

Description de la vulnérabilité

Le produit OpenSSL implémente SSL/TLS, qui utilise un handshake.

Cependant, en utilisant un handshake utilisant un message ChangeCipherSpec, un attaquant peut forcer l'utilisation de clés faibles.

Un attaquant peut donc se placer en man in the middle entre un serveur et un client utilisant OpenSSL, afin de lire ou modifier les données échangées.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

avis de vulnérabilité CVE-2014-0160

OpenSSL : obtention d'information via Heartbeat

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer le protocole Heartbeat sur une application compilée avec OpenSSL, afin d'obtenir des informations sensibles, comme des clés stockées en mémoire.
Produits concernés : Tomcat, ARCserve Backup, ArubaOS, i-Suite, ProxyAV, ProxySG par Blue Coat, SGOS par Blue Coat, ASA, Cisco Catalyst, IOS XE Cisco, Prime Infrastructure, Cisco PRSM, Cisco Router, Cisco CUCM, Cisco IP Phone, Cisco Unity ~ précis, XenDesktop, Clearswift Email Gateway, Clearswift Web Gateway, Debian, ECC, PowerPath, ArcGIS ArcView, ArcGIS for Desktop, ArcGIS for Server, Black Diamond, ExtremeXOS, Summit, BIG-IP Hardware, TMOS, Fedora, FortiClient, FortiGate, FortiGate Virtual Appliance, FortiOS, FreeBSD, HP Diagnostics, LoadRunner, Performance Center, AIX, WebSphere MQ, IVE OS, Juniper J-Series, Junos OS, Junos Pulse, Juniper Network Connect, Juniper SA, Juniper UAC, LibreOffice, McAfee Email Gateway, ePO, GroupShield, McAfee NGFW, VirusScan, McAfee Web Gateway, Windows 8, Windows RT, MySQL Enterprise, NetBSD, OpenBSD, OpenSSL, openSUSE, Opera, Solaris, pfSense, HDX, RealPresence Collaboration Server, Polycom VBP, Puppet, RHEL, RSA Authentication Manager, SIMATIC, Slackware, Sophos AV, Splunk Enterprise, Stonesoft NGFW/VPN, stunnel, ASE, OfficeScan, Ubuntu, Unix (plateforme) ~ non exhaustif, ESXi, VMware Player, vCenter Server, VMware vSphere, VMware vSphere Hypervisor, VMware Workstation, Websense Email Security, Websense Web Filter, Websense Web Security.
Gravité : 3/4.
Conséquences : lecture de données.
Provenance : client internet.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 2.
Date création : 08/04/2014.
Références : 1669839, 190438, 2076225, 2962393, c04236102, c04267775, c04286049, CA20140413-01, CERTFR-2014-ALE-003, CERTFR-2014-AVI-156, CERTFR-2014-AVI-161, CERTFR-2014-AVI-162, CERTFR-2014-AVI-167, CERTFR-2014-AVI-169, CERTFR-2014-AVI-177, CERTFR-2014-AVI-178, CERTFR-2014-AVI-179, CERTFR-2014-AVI-180, CERTFR-2014-AVI-181, CERTFR-2014-AVI-198, CERTFR-2014-AVI-199, CERTFR-2014-AVI-213, cisco-sa-20140409-heartbleed, CTX140605, CVE-2014-0160, CVE-2014-0346-REJECT, DSA-2896-1, DSA-2896-2, emr_na-c04236102-7, ESA-2014-034, ESA-2014-036, ESA-2014-075, FEDORA-2014-4879, FEDORA-2014-4910, FEDORA-2014-4982, FEDORA-2014-4999, FG-IR-14-011, FreeBSD-SA-14:06.openssl, Heartbleed, HPSBMU02995, HPSBMU03025, HPSBMU03040, ICSA-14-105-03, JSA10623, MDVSA-2014:123, MDVSA-2015:062, NetBSD-SA2014-004, openSUSE-SU-2014:0492-1, openSUSE-SU-2014:0560-1, openSUSE-SU-2014:0719-1, pfSense-SA-14_04.openssl, RHSA-2014:0376-01, RHSA-2014:0377-01, RHSA-2014:0378-01, RHSA-2014:0396-01, RHSA-2014:0416-01, SA40005, SA79, SB10071, SOL15159, SPL-82696, SSA:2014-098-01, SSA-635659, SSRT101565, USN-2165-1, VIGILANCE-VUL-14534, VMSA-2014-0004, VMSA-2014-0004.1, VMSA-2014-0004.2, VMSA-2014-0004.3, VMSA-2014-0004.6, VMSA-2014-0004.7, VU#720951.

Description de la vulnérabilité

L'extension Heartbeat de TLS (RFC 6520) assure une fonctionnalité de keep-alive, sans effectuer de renégociation. Pour cela, des données aléatoires sont échangées (payload).

La version 1.0.1 de OpenSSL implémente Heartbeat, qui est activé par défaut. La fonction [d]tls1_process_heartbeat() gère les messages Heartbeat. Cependant, elle ne vérifie pas la taille des données aléatoires, et continue à lire après la fin du payload, puis envoie la zone mémoire complète (jusqu'à 64ko) à l'autre extrémité (client ou serveur).

Un attaquant peut donc employer le protocole Heartbeat sur une application compilée avec OpenSSL, afin d'obtenir des informations sensibles, comme des clés stockées en mémoire.
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)

alerte de vulnérabilité informatique CVE-2012-4604

Websense Web Security : quatre vulnérabilités

Synthèse de la vulnérabilité

Un attaquant peut employer plusieurs vulnérabilités de Websense Web Security, la plus grave permettant d'exécuter du code.
Produits concernés : Websense Web Security.
Gravité : 3/4.
Conséquences : accès/droits utilisateur, accès/droits client.
Provenance : document.
Nombre de vulnérabilités dans ce bulletin : 4.
Date création : 16/12/2011.
Références : BID-51085, BID-51086, BID-51087, BID-51088, CVE-2012-4604, NGS00137, NGS00138, NGS00140, NGS00141, VIGILANCE-VUL-11236.

Description de la vulnérabilité

Plusieurs vulnérabilités ont été annoncées dans Websense Web Security.

Un attaquant peut créer un Cross Site Scripting dans l'interface de Report Management. [grav:2/4; BID-51085, NGS00137]

Un attaquant peut contourner l'authentification de l'interface de Report Management. [grav:3/4; BID-51087, CVE-2012-4604, NGS00138]

Un attaquant distant peut exécuter du code avec les privilèges System. [grav:3/4; BID-51086, NGS00140]

Un attaquant peut créer un Cross Site Scripting dans l'interface de Report Management. [grav:2/4; BID-51088, NGS00141]
Bulletin Vigil@nce complet... (Essai gratuit)
Notre base de données contient d'autres bulletins. Vous pouvez utiliser un essai gratuit pour les consulter.